AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Nuées Célestes...

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
epsilon
Modératrice
Modératrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 624
Age : 15
Points : 2
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: Nuées Célestes...    Dim 5 Oct 2008 - 16:37

Les jeunes soleils de NGC 7129


Crédit & Copyright: Bob et Janice Fera (Fera Photography)
Cette image est disponible en format : 800x541


On trouve encore de jeunes soleils à l’intérieur de NGC 7129, à quelque 3000 années-lumière de nous dans la constellation de Céphée. Tandis que ces étoiles sont à un âge relativement tendre, environ un million d’années, il est probable que notre propre Soleil soit né dans pareille nursery il y a à peu près 5 milliards d’années. Parmi les éléments remarquables de cette image, on peut citer les nuages de poussière bleutés qui réfléchissent la lumière des jeunes étoiles, ainsi que les sortes de petits croissants rougeâtres qui signalent la présence de jeunes objets stellaires très énergétiques. Connus sous le nom d’objets de Herbig-Haro, leur forme et leur couleur sont caractéristiques de l’hydrogène percuté par les jets jaillissant des étoiles récemment formées. Par la suite, le gaz qui a donné naissance à ces étoiles sera dispersé, et les étoiles se mettront à dériver chacune de leur côté au fil des orbites de cet amas à la cohésion faible autour du centre de la Galaxie. A la distance estimée de NGC 7129, cette vue télescopique couvre une distance d’environ 40 années-lumière.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 52
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Nuées Célestes...    Sam 27 Mar 2010 - 17:56

;10 vf pour l'info Cecap... merci

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 52
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Nuées Célestes...    Jeu 7 Oct 2010 - 0:49

Sous l’œil d’Hubble, un groupe d’étoiles s'anime

Pour la première fois, les astronomes sont parvenus à mesurer la vitesse de centaines d'étoiles au sein de l'amas stellaire NGC3603.

Ils ont utilisé pour cela des observations espacées de 10 ans, issues du télescope spatial Hubble, qui vient de fêter ses 20 ans sur orbite.


Le télescope Hubble a observé en détail la zone centrale de NGC3603, encadrée dans cette image.
Crédit: NASA, ESA and the Hubble Heritage (STScI/AURA)-ESA/Hubble Collaboration

Surprise: le mouvement des étoiles au sein de ce groupe d'étoiles ne concorde pas avec les modèles d'évolution.

Une précision extrême
"Nos mesures ont une précision de 27 millionièmes de seconde d'arc par an. Cet angle minuscule correspond à l'épaisseur d'un cheveu vu à 800 km", explique Boyke Rochau, du Max Planck Institut. C'est avec cette précision que le mouvement de plus de 700 étoiles de l'amas a été mesuré.

Ci-dessous, la zone centrale de NGC3603, telle qu'elle est détaillée par Hubble:


NGC3603 vue par le HST. Credit: NASA, ESA and the Hubble Heritage (STScI/AURA)-ESA/Hubble Collaboration

La vidéo ci-dessous (ou sur You Tube) montre le déplacement des étoiles les plus véloces:



Un amas encore peu ordonné
Chacune des étoiles se déplace avec une vitesse propre acquise à sa naissance, il y a un million d'années. L'amas n'a donc pas encore atteint son équilibre gravitationnel. Si c'était le cas, on observerait des variations de vitesses en fonction de la masse des étoiles.

Pour en savoir plus sur le télescope spatial Hubble:
· notre hors-série 20e anniversaire "Voir l'Univers".
· notre pack découverte "Hubble: 20 ans dans l'espace" sur le site de podcasts cieletespaceradio.fr.

JL Dauvergne, le 2 juin 2010
pour en savoir plus, allez à l'adresse ci-dessous
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/evenement/5426_sous-l-oeil-d-hubble-un-groupe-d-etoiles-s-anime

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 52
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Nuées Célestes...    Lun 1 Nov 2010 - 23:47

Un amas à la fois ouvert et globulaire

Ces milliers d'étoiles sont toutes nées en même temps, d'un même nuage moléculaire. Elles forment l'amas stellaire NGC1872 situé dans le Grand Nuage de Magellan et visible dans la constellation australe de la Dorade.


Ces milliers d'étoiles ont toutes le même âge et la même composition, elles sont nées d'un même cocon.
Crédit: NASA/ESA/Ciel et Espace Photos
Les amas stellaires sont classés en deux catégories: les amas ouverts et les amas globulaires. Mais NGC1872 est particulier: il est dense comme un amas globulaire, mais jeune et riche en étoiles bleues comme un amas ouvert.

Ce genre d'amas "intermédiaire" est typique du Grand Nuage de Magellan, galaxie satellite de la nôtre. Cette image a été prise par la caméra ACS du télescope spatial Hubble, à travers un filtre jaune et un filtre proche infrarouge.

Emilie Martin, le 19 juillet 2010.
pour en savoir plus, allez à l'adresse ci-dessous
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/image-du-jour/5589_un-amas-la-fois-ouvert-et-globulaire

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 52
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Nuées Célestes...    Lun 1 Nov 2010 - 23:55

Nuée Stellaire dans le Dauphin


L'amas globulaire NGC 6934 photographié par le télescope spatial Hubble.
Crédit: Nasa/ESA/Ciel & Espace Photos
Photographié par le télescope spatial Hubble, dans la constellation du Dauphin, l'amas globulaire NGC 6934 n'évoque-t-il pas une brouillard d'insectes affairés autour d'un lampadaire ?

À 50 000 années-lumière de la Terre, ce magnifique objet céleste découvert par William Herschel à la fin du XVIIIe siècle rassemble plusieurs milliers de vieilles étoiles. Chacune circule sur une orbite qui lui est propre, d'inclinaison aléatoire, ce qui donne à l'objet
sa forme de globule.

La Voie lactée compte environ 150 amas de ce genre à sa périphérie. Si la plupart se sont formés en même temps que notre galaxie, certains toutefois sont des noyaux de galaxies naines déchirées par la terrible force gravitationnelle de notre grande spirale.

David Fossé, le 28 septembre 2010
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/6015

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 52
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Nuées Célestes...    Dim 7 Nov 2010 - 0:53

Hubble voyage 10 000 ans dans le futur

En observant l'amas Oméga du Centaure à 4 ans d'intervalle, les astronomes ont pu simuler la position de ses étoiles sur les 10 000 prochaines années.

Au cœur de la fourmilière
Découvert en 1677 par Edmond Halley, Oméga du Centaure est si dense qu'il est suspecté d'être non pas un amas globulaire, mais le noyau d'une galaxie naine. On y compte la bagatelle de 10 millions d'étoiles !


Visualisation du mouvement de quelques étoiles au cœur de l’amas Oméga du Centaure.
Crédit: Nasa, ESA, and J. Anderson and R. van der Marel (STScI)
Depuis le sol, il est difficile de séparer distinctement les étoiles les unes des autres au centre de cette fourmilière stellaire. Pour s'y retrouver, les astronomes ont utilisé la puissance du télescope spatial Hubble - dont on fête les 20 ans cette année.

100 000 étoiles mesurées !
La position de 100 000 étoiles situées au centre de l'amas a été mesurée en 2002 et en 2006. Dans ce laps de temps pourtant court, les chercheurs ont pu détecter le mouvement de chacune d'elles autour du centre de l'amas, abritant un trou noir de 10 000 masses stellaires.

« Avec Hubble, il suffit de 3 à 4 ans pour détecter le déplacement des étoiles avec une précision supérieure à ce que l'on obtiendrait sur un intervalle de 50 ans avec des télescopes au sol », explique Roeland Van der Marel, astronome au Space Telescope Science Institute de Baltimore.

Oméga du Centaure dans le futur
À partir de ces données, les astronomes ont modélisé le mouvement futur des étoiles, leur permettant de réaliser un film de leur évolution dans les 10 000 prochaines années:

Vidéo: Omega Centauri Model Zoom Sequence and Future Star Motions
Lien: http://hubblesite.org/newscenter/archive/releases/2010/28/video/c/

Des versions plus résolues de cette vidéo sont proposées sur le site du télescope spatial hubblesite.org.

Oméga visible depuis le sud de la France
Bien visible à l'œil nu, Oméga du Centaure est l'un des plus beaux objets du ciel austral. Il peut néanmoins être observé depuis certains sites de l'extrême sud de la France, et depuis la Corse, juste au-dessus de l'horizon.

Un ciel de qualité exceptionnel est requis pour le voir aussi bas, comme le montrent les animations réalisées par A.Jaureguiberry, S.Fontaine, S.Tretan, M.Goutaudier et S.Rondi depuis le Pic du Midi. En voici ci-dessous un exemple.

Il apparaît juste dans le col pyrénéen situé entre le pic Méchant et la Munia.


A.Jaureguiberry, S.Fontaine, S.Tretan,
M.Goutaudier et S.Rondi
depuis le Pic du Midi.
JL Dauvergne, le 28 octobre 2010
pour en savoir plus, allez à l'adresse ci-dessous
Soursce Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/6216

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 52
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Nuées Célestes...    Dim 12 Déc 2010 - 3:19

M 107, un essaim d'étoiles anciennes

L'amas globulaire M 107, situé à 21000 années-lumière de la Terre dans la constellation d'Ophiuchus (le Serpentaire), compte parmi les plus anciens. Il a été la cible du télescope de 2,2 m de l'ESO dans un programme visant à répertorier les astres intéressants à étudier avec le VLT.


L'amas globulaire M 107.
Crédit: ESO/Ciel et Espace Photos
Cet amas de 80 années-lumière de diamètre contient des milliers d'étoiles en phase de géante rouge, comme Chi Cygni ou Bételgeuse. Cela signifie qu'elles arrivent en fin de vie. Ces étoiles sont identifiables sur ce cliché grâce à leur coloration marquée.

Etudier des amas globulaires comme M 107 permet aux scientifiques de retracer la chronologie de la Voie lactée.

Philippe Henarejos, le 8 décembre 2010.
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/6414


_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 52
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Nuées Célestes...    Dim 30 Jan 2011 - 0:34

Un curieux amas globulaire

Dans la constellation de Céphée, à environ 40 000 années-lumière de la Terre, Palomar 1 est un amas globulaire bien atypique. Pour s'en convaincre, il suffit de comparer le cliché que vient de réaliser le télescope spatial Hubble (ci-contre) avec les photos des amas M13, M107 ou Oméga du Centaure.


L'atypique amas globulaire Palomar 1.
Crédit: NASA/ESA/C&E photos
Beaucoup moins peuplé que la plupart des amas globulaires, Palomar 1 est aussi plus jeune. Il se serait formé voici 6,3 à 8 milliards d'années, contre 10 à 12 milliards d'années pour les autres amas du genre. Un tel décalage trahit sans doute une origine différente.

Palomar 1 ne se serait pas formé dans le voisinage de notre galaxie, la Voie lactée. Est-ce le cœur résiduel d'une galaxie naine happée par la nôtre ? Ou bien la descendance d'un nuage interstellaire qui se serait effondré sur lui-même en pénétrant le halo de la Voie lactée ? Dernière hypothèse: Palomar 1 pourrait être un amas interstellaire, piégé dans le champ d'attraction de notre galaxie.

David Fossé, le 24 janvier 2011
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/6614


_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 52
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Nuées Célestes...    Sam 19 Fév 2011 - 0:04

M15, l’amas globulaire et la nébuleuse planétaire

Parmi les dizaines d'amas globulaires connus autour de la Voie lactée, M15, à 35000 années-lumière de la Terre est une exception. Il est le seul à posséder une nébuleuse planétaire, Pease 1, découverte en 1927 grâce au télescope de 2,5 m du mont Wilson (États-Unis).


L'amas globulaire M15 vu par le télescope Hubble.
Crédit: ESA/Hubble & NASA
Le télescope spatial Hubble avait déjà photographié M 15. Les astronomes l'ont à nouveau utilisé pour obtenir cette image encore plus précise, sur laquelle Pease 1 apparaît nettement, en bleu.

M15 est un amas globulaire très dense, qui rayonne une luminosité équivalant à 360000 fois celle du Soleil. Âgé de 13 milliards d'années, c'est l'un des plus anciens objets proches que l'on observe.

Philippe Henarejos, le 14 février 2011
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/6763

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 52
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Nuées Célestes...    Mer 16 Mar 2011 - 16:48

Portrait d’une famille éclatée

NGC 288 est un amas globulaire pas comme les autres. La plupart de ses semblables, comme M 13 ou M 107, possèdent un noyau d'étoiles très compact. NGC 288 fait partie de cette minorité d'amas globulaires où la fratrie d'étoiles en son centre semble moins soudée.


L'amas NGC 288 photographié par Hubble.
Crédit: NASA/ESA/C&E Photos
La couleur et la luminosité des étoiles visibles ici nous permettent de comprendre leur histoire. Les nombreux points lumineux sont des étoiles équivalant à notre Soleil. Les plus brillantes sont divisées en deux catégories: les jaunes sont des géantes rouges en fin de vie. Les bleues, bien plus massives, ont déjà terminé leur phase de géante rouge. Elles sont désormais alimentées par la fusion de l'hélium dans leur noyau.

Il aura fallu un peu plus d'une heure d'exposition au télescope spatial Hubble pour réaliser ce cliché. Cet amas globulaire, observé pour la première fois le 27 octobre 1785 par l'astronome anglais William Herschel, est situé à 30 000 années-lumière de la Terre, dans la constellation du Sculpteur.

Aurélie Bordenave, le 14 mars 2011
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/6926

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 52
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Nuées Célestes...    Sam 26 Mar 2011 - 1:11

Les perles de Persée

Ces dizaines de perles figées dans un ciel d'encre sont des étoiles nées toutes ensemble il y a 12 millions d'années. Elles forment NGC 869, un amas ouvert distant d'environ 7000 années-lumière. Avec son voisin NGC 884, il constitue l'un des plus célèbres objets du ciel boréal, le double amas de Persée.


NGC 869, dans le double amas de Persée.
Crédit: Capella-Observatory/C&E Photos
Quoique NGC 869 soit visible à l'œil nu, c'est aux jumelles qu'il révèle sa vraie richesse. Et au télescope, il offre une vision à couper le souffle ! Témoin, cette photo réalisée en Grèce avec un instrument de 60 cm de diamètre, par les astronomes amateurs du Capella Observatory.

David Fossé, le 24 mars 2011
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/6999

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 52
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Nuées Célestes...    Mer 30 Mar 2011 - 19:20

La fausse quiétude de l’amas M12

L'amas globulaire M 12, dans la constellation du Serpentaire (Ophiuchus), n'est pas le plus spectaculaire. Avec ses 200000 étoiles, ce voisin de M10 passerait même pour l'un des plus discrets si on le compare à Oméga du Centaure ou à M22. Pourtant, il intéresse les astronomes car il cache un passé tumultueux.


L'amas globulaire M 12, vu par le télescope Hubble.
Crédit: NASA/ESA/C&E Photos
Cette image prise par le télescope spatial Hubble permet aux spécialistes de traquer dans le cœur de M 12 les systèmes binaires qui émettent des rayons X et de mesurer la masse de nombreuses étoiles. C'est en se livrant à ce genre de mesures qu'on a constaté que M 12 avait visiblement perdu un million d'étoiles !

Ces astres, M 12, qui se trouve actuellement à 23000 années-lumière du Système solaire, les a semées le long de sa trajectoire autour de la Voie lactée, lors de chaque traversée du plan de la Galaxie.

Philippe Henarejos, le 28 mars 2011.
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/7005

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 52
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Nuées Célestes...    Sam 2 Avr 2011 - 16:36

Hubble fait scintiller les étoiles de Messier 12

Délaissant les galaxies quelques instants, le télescope spatial américain s'est tourné vers l'amas globulaire M 12, une jolie concentration d'étoiles dont le calme apparent est trompeur.
  • Découvrez les lunettes et télescopes pour observer le ciel >>
Situé à 23.000 années-lumière de nous dans la constellation d'Ophiuchus, l'amas globulaire M 12 fut découvert par Charles Messier lui-même en 1764. L'astronome français le classa comme une nébuleuse sans étoiles et c'est William Herschel qui parvint à le résoudre en étoiles vingt ans plus tard. Messier 12 rassemble environ 200.000 étoiles dans un volume d'une centaine d'années-lumière de diamètre, ce qui est une densité assez faible par rapport à certains amas comme M 107. Les astronomes ont d'ailleurs longtemps hésité pour classer M 12, ne sachant pas trop s'il s'agissait d'un amas ouvert ou d'un amas globulaire. Dans les années 1940 l'astrophysicien américain Harlow Shapley instaura une classification des amas globulaires allant de 1 (pour les plus denses) à 12 pour les moins denses et rangea Messier 12 dans la neuvième catégorie.

Composés d'étoiles âgées, les amas globulaires nés il y a plus de 10 milliards d'années sont un peu la mémoire de la formation de la Voie Lactée. Deux-cent d'entre eux sont connus pour orbiter dans le halo de notre galaxie mais les astronomes pensent que la poussière interstellaire leur en cache dix fois plus.

Hold-up galactique
Pour avoir une aussi grande longévité, les amas globulaires doivent comporter une quantité importante d'étoiles de faible masse qui brûlent leur carburant (l'hydrogène) avec parcimonie. Il y a quelques années une équipe d'astronomes italiens, sous la direction de Guido de Marchi, avait utilisé le Very Large Telescope au Chili pour analyser la lumière de plus de 16.000 étoiles de Messier 12. Surprise: dans cet amas, la proportion d'étoiles de faible masse est environ quatre fois plus faible que dans les autres amas globulaires.

Pour Guido de Marchi, l'amas aurait perdu environ 1 million d'étoiles de faible masse depuis sa formation, des astres qui ont été arrachés de l'amas par les interactions gravitationnelles avec notre galaxie chaque fois que Messier 12 s'en approche un peu trop près. D'autres études ont également montré la présence de nombreuses sources de rayons X au sein de M 12. Comme dans tout amas globulaire, la promiscuité est à l'origine de systèmes d'étoiles binaires aux orbites très serrées avec des transferts de matière d'une étoile orbitant autour d'un trou noir ou d'une étoile à neutrons, ce qu'on appelle des binaires X.

Pour réaliser cette scintillante image de l'amas globulaire Messier 12, le télescope spatial américain Hubble a effectué différentes expositions avec des filtres, on observe leurs effets colorés sur les aigrettes artificielles qui entourent les étoiles, des aigrettes provoquées par la réflexion de la lumière sur les tiges qui maintiennent le miroir secondaire du télescope. Le temps total de pose dépasse une trentaine de minutes.


L'amas globulaire Messier 12 scintille devant le télescope Hubble.
© Nasa/Esa/Hubble
Par Jean-Baptiste Feldmann, Futura-Sciences, le 31 mars 2011 à 08h33
Source Actualité Futura-Sciences:
http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronomie/d/en-image-hubble-fait-scintiller-les-etoiles-de-messier-12_29151/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 52
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Nuées Célestes...    Lun 4 Avr 2011 - 11:02

La parure rose des jeunes étoiles de NGC 371

L'Observatoire Européen Austral (ESO) propose une nouvelle image réalisée par le Very Large Telescope. Il s'agit d'un jeune amas d'étoiles blotti dans le Petit Nuage de Magellan, NGC 371.
  • Découvrez les lunettes et télescopes pour observer le ciel >>
Les astronomes de l'hémisphère sud sont des observateurs privilégiés. Leur ciel recèle quelques joyaux comme les Nuages de Magellan dans la constellation du Toucan, deux petites galaxies situées à moins de 200.000 années-lumière de nous. Découvertes par le navigateur Ferdinand Magellan au XVIe siècle lors de son tour du monde, ces deux galaxies ont longtemps été considérées comme des satellites de la nôtre. Mais on sait depuis qu'on a mesuré leur vitesse qu'il n'en est rien: elles sont beaucoup trop rapides et ne font que passer.

C'est le Petit Nuage de Magellan (PNM) qui nous intéresse aujourd'hui. Cent fois plus petit que notre galaxie, il compte environ 1 million d'étoiles. C'est le plus éloigné des deux Nuages, espacé de 75.000 années-lumière de son grand frère. Il y a quelques années le VLT s'était déjà tourné vers un amas d'étoiles du PNM, NGC 330. En étudiant 350 étoiles chaudes, les astronomes avaient mis la main sur un taux élevé d'étoiles Be, des astres dotés d'un disque équatorial gazeux qu'on trouve dans des environnements à faible métallicité. C'est également dans le PNM que les astrophysiciens ont découvert des superbulles, des enveloppes de gaz et de poussières en expansion, restes d'explosions de supernovae.

La vie en rose
L'amas NGC 371 niche au milieu d'un joli nuage rose, une région riche en hydrogène. Le gaz est devenu lumineux car il est ionisé par les grandes quantités de rayonnements ultraviolets émis par les jeunes étoiles de l'amas. L'hydrogène ionisé présente cette belle couleur caractéristique qu'on retrouve dans la majeure partie des nébuleuses à émission et qui s'étend ici dans toutes les directions sur des centaines d'années-lumière. Les astronomes ont également découvert dans cet amas une grande quantité d'étoiles variables. Certaines, des céphéides, permettent de mesurer les distances dans l'univers. D'autres, des étoiles B à pulsations lentes, sont utilisées en astérosismologie, une technique consistant à mesurer les oscillations de l'astre pour déterminer sa structure interne.

L'image ci-dessous a été réalisée avec l'instrument FORS1, un spectrographe à large dispersion installé sur le VLT. Elle a été retraitée par l'astronome amateur Manu Mejias qui a obtenu la sixième place au concours des Trésors Cachés 2010 de l'ESO.


NGC 371, un jeune amas d'étoiles plongé dans une nébuleuse à émission dans le Petit Nuage de Magellan.
© ESO/Manu Mejias
Par Jean-Baptiste Feldmann, Futura-Sciences, le 2 avril 2011 à 16h31
Source Actualité Futura-Sciences:
http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronomie/d/en-image-la-parure-rose-des-jeunes-etoiles-de-ngc-371_29207/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 52
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Nuées Célestes...    Ven 6 Mai 2011 - 20:53

Messier 5, éblouissant

Sur cette image réalisée par le télescope spatial Hubble, plusieurs centaines de milliers d'étoiles concourent à vous éblouir. Nées en même temps voici plus de 12 milliards d'années, elles forment à 24 000 années-lumière de distance le splendide amas globulaire Messier 5 (M5), visible aux jumelles dans la constellation de la Tête du Serpent.


L'amas globulaire Messier 5 rassemble plusieurs centaines de milliers d'étoiles.
Crédit: NASA/ESA/Ciel et Espace Photos
Les étoiles qui survivent plus de 10 milliards d'années sont nécessairement petites et rougeâtres, brûlant chichement leur réserve d'hydrogène. Or, dans Messier 5, les astronomes ont repéré plusieurs étoiles bleues, mimant la couleur des jeunes étoiles !

Il s'agit d'astres régénérés. Dans un amas globulaire - ici M5 ne fait que 165 années-lumière de diamètre -, la densité d'étoiles est telle qu'il n'est pas rare qu'elles entrent en collision. Lorsque cela se produit, les étoiles mélangent leurs couches internes et du combustible nucléaire redevient disponible: l'étoile ainsi formée brille d'un nouvel éclat.

David Fossé, le 3 mai 2011
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/7186

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 52
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Nuées Célestes...    Mer 11 Mai 2011 - 0:42

Le nouveau souffle de l'amas globulaire M 5

Considérés comme la mémoire de la formation de la Voie lactée, les amas globulaires sont généralement composés de vieilles étoiles. Mais voilà que le télescope Hubble vient de dénicher une nouvelle génération de jeunes soleils au sein de l'amas globulaire M 5.

Il y a quelques semaines, le télescope spatial Hubble faisait scintiller les étoiles de Messier 12, un amas globulaire situé dans la constellation d'Ophiuchus qui s'est fait arracher 1 million d'étoiles de faible masse depuis sa formation lors d'interactions gravitationnelles exercées à chacun de ses passages trop rapprochés de notre galaxie. Cette fois-ci le fleuron de la Nasa a pointé son regard aiguisé en direction de M 5, un amas globulaire situé à 25.000 années-lumière de nous dans la constellation du Serpent.

Bien qu'observé et catalogué par Charles Charles Messier en 1764, l'amas fut découvert soixante-deux ans plus tôt par l'astronome allemand Gottfried Kirch. Messier 5 présente une magnitude de 5,6 et un diamètre apparent de 23 minutes d'arc, ce qui en fait un objet céleste qu'une simple paire de jumelles révèle comme une jolie tache floue. Pour en distinguer la multitude des étoiles, une lunette ou un petit télescope font l'affaire.


L'amas globulaire Messier 12 saisi il y a quelques semaines par le télescope Hubble.
© Nasa/Esa/Hubble
De vieilles étoiles, mais pas seulement
Quand les astronomes observent un amas globulaire, ils savent que ce dernier est né dans le même nuage que la galaxie autour duquel il orbite et s'attendent donc à y trouver une population d'étoiles âgées qui doivent leur longévité à leur faible masse. Un scénario qu'on observe par exemple dans M 107, un autre amas globulaire de la constellation d'Ophiuchus. Dans Messier 5, la situation est un peu différente. Il y a bien entendu une forte population de géantes rouges qui trahissent l'âge de l'amas mais également un nombre important de jeunes étoiles. Les astronomes surnomment ces dernières blue straggler ou traînardes bleues. Elles sont sans doute nées au cours de transferts de masse au sein de systèmes stellaires binaires ou lors de collisions entre étoiles, une hypothèse assez facile à imaginer dans des amas où la densité de soleils est bien plus élevée que dans tout autre endroit d'une galaxie.

L'image ci-dessous a été réalisée à travers différents filtres (comme on peut le constater en observant les aigrettes qui entourent les étoiles les plus brillantes) à l'aide de la caméra ACS (Advanced Camera for Surveys) qui avait été remise en état en mai 2009 au cours de la mission STS-125.


Messier 5, nouvelle cible du télescope spatial Hubble.
© Nasa/Esa/Hubble
Par Jean-Baptiste Feldmann, Futura-Sciences, le 7 mai 2011 à 10h24
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronomie/d/le-nouveau-souffle-de-lamas-globulaire-m-5_29941/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 52
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Nuées Célestes...    Mer 27 Juil 2011 - 23:33

Un amas globulaire léger

Les amas globulaires sont les témoins de la formation de la Voie Lactée. Spécialement ceux qui gravitent dans le bulbe de la Galaxie, c'est-à-dire près de sa région centrale.

C'est le cas de Djorgovski 1, qui a été photographié par le télescope spatial Hubble. Distant de 40000 années-lumière, cet amas globulaire ne contient que des étoiles de faible éclat, ce qui le rend difficile à observer. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il n'a été découvert qu'en 1987.


L'étrange amas globulaire Djorgovski 1, vu par le télescope Hubble.
Crédit: ESA/Hubble&NASA
Djorgovski 1 se distingue de ses congénères par le fait que ses étoiles ne sont faites que d'hydrogène et d'hélium, les deux éléments les plus légers de l'Univers, ceux qui ont été formés en premier. Cette caractéristique est une bizarrerie car les éléments plus lourds se forment dans les étoiles. Or cet amas en regorge, et elles ne sont pas jeunes. Une énigme pour les astrophysiciens.

Philippe Henarejos, le 27 juin 2011.
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/7428

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 52
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Nuées Célestes...    Sam 13 Aoû 2011 - 17:58

Une superbulle pour l'amas d'étoiles NGC1929

Dans le Grand Nuage de Magellan, les turbulentes étoiles de l'amas NGC1929 sont à l'origine d'une immense bulle de gaz que vient de photographier le VLT.
  • Découvrez les images du ciel profond >>
Observés pour la première fois au XVIe siècle par le navigateur Ferdinand Magellan dans le ciel de l'hémisphère sud au cour de son tour du monde, les deux Nuages de Magellan sont des petites galaxies voisines de notre Voie Lactée dont elles ne sont pas les satellites comme on l'a longtemps cru. En 2007 l'observatoire en rayons X Chandra avait découvert N19, une superbulle dans le Petit Nuage de Magellan.

Il s'agit d'une vaste enveloppe de gaz formée à la suite de l'explosion de plusieurs supernovae dont les ondes de choc créent une immense cavité dans le milieu interstellaire et repoussent le gaz à la périphérie. Le VLT de l'ESO vient de photographier une structure similaire dans le Grand Nuage de Magellan, surnommée N44 et centrée sur l'amas NGC1929.


Le VLT est installé au Chili sous l'un des plus beaux ciels de la planète.
© Iztok Boncina/ESO
Des conditions infernales, et pourtant...
Les étoiles de l'amas NGC1929 sont responsables de l'existence de la superbulle N44. Les étoiles les plus massives qui ont explosé en supernovae on soufflé une enveloppe de gaz devenue lumineuse sous l'action du rayonnement ultraviolet intense qu'émettent de jeunes soleils. L'intérieur de la superbulle (qui mesure environ 325 par 250 années-lumière) est rempli d'un gaz ionisé très chaud (plusieurs millions de kelvins). Contrairement à ce que la violence des phénomènes en jeu peut laisser penser, il se forme de nouvelles étoiles en bordure de la superbulle, là où le gaz est comprimé. Notre Système solaire est d'ailleurs lui-même presque au centre d'une vieille superbulle aujourd'hui refroidie. Les astronomes ont découvert son existence en observant une baisse de la lumière des étoiles à une distance de quelques centaines d'années-lumière, baisse provoquée par la poussière interstellaire amassée à la périphérie de la bulle.

L'image ci-dessous a été composée par l'argentin Manu Mejias qui a obtenu le 7e prix du concours intitulé "les trésors cachés 2010 de l'ESO", une manifestation destinée à inciter les astronomes amateurs à plonger dans les archives de l'Observatoire Européen pour y dénicher des joyaux bien cachés.


L'amas d'étoiles NGC1929 est entouré d'une superbulle au sein du Grand Nuage de Magellan.
© Manu Mejias/ESO
Par Jean-Baptiste Feldmann, Futura-Sciences, le 22 juillet 2011 à 17h34
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronomie/d/une-superbulle-pour-lamas-detoiles-ngc-1929_31560/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 52
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Nuées Célestes...    Mar 18 Oct 2011 - 17:39

NGC2100, un amas d'étoiles dans les filets de la Tarentule

Le New Technology Telescope (NTT) de l’ESO a pris une magnifique image de l’amas ouvert NGC2100. Cet amas d’étoiles brillant est âgé d’environ 15 millions d’années et se trouve dans le Grand Nuage de Magellan, une galaxie proche. Cet amas est entouré par du gaz brillant de la nébuleuse de la Tarentule située à proximité.

Les observateurs ne prêtent pas souvent attention à l'amas NGC2100 car il se trouve à proximité de l’impressionnante nébuleuse de la Tarentule et du superamas d’étoiles RMC136. Les couleurs visibles dans les nébuleuses dépendent de la température des étoiles qui les éclairent. Les jeunes étoiles chaudes de la nébuleuse de la Tarentule, situées dans le superamas d’étoiles RMC136, se trouvent en haut et à droite de l'image en bas de l'article et sont suffisamment puissantes pour provoquer le rayonnement de l’oxygène ressortant sur cette image comme une nébulosité bleue.

Au-dessous de NGC2100, le rayonnement rouge indique soit que les limites extérieures de l’influence des étoiles chaudes de RMC136 ont été atteintes, soit que les étoiles plus froides et plus âgées (qui sont les seules à pouvoir exciter l’hydrogène) ont une influence dominante dans cette région. Les étoiles qui illuminent NGC2100 sont plus vieilles et moins vigoureuses et ont par conséquent une faible (ou même aucune) nébulosité associée.


Le New Technology Telescope (NTT), un des fleurons de l'Observatoire de La Silla au Chili.
© ESO
Amas ouverts et globulaires
Les amas d’étoiles sont des groupes d’étoiles formées en même temps à partir d’un même nuage de gaz et de poussière. Les étoiles les plus massives ont tendance à se former dans le centre de l’amas alors que les moins massives dominent les régions externes. Le plus grand nombre d’étoiles est concentré au centre, rendant le milieu de l’amas plus brillant que les régions externes. NGC2100 est un amas ouvert (comme l'amas des Pléiades), ce qui signifie que ses étoiles ne sont que faiblement liées par la gravité. Ces amas ont une durée de vie qui se mesure seulement en dizaines ou en centaines de millions d’années, car ils peuvent éventuellement se disperser lors d’interactions gravitationnelles avec d’autres corps. Les amas globulaires (comme M107), qui peuvent paraître semblables pour les yeux non exercés, contiennent beaucoup plus de vieilles étoiles, sont liés bien plus fortement et ont de ce fait une durée de vie plus longue: de nombreux amas globulaires ont été évalués comme étant presque aussi vieux que l’univers. Ainsi, alors que NGC2100 doit être plus vieux que ses voisins dans le Grand Nuage de Magellan, il reste un enfant au regard de la plupart des amas d’étoiles.

Les données utilisées pour cette image de ce jeune amas « sous-apprécié » ont été sélectionnées parmi les archives de données de l’ESO par David Roma, un des concurrents au concours « Trésors cachés », organisé par l’ESO en 2010.


NGC2100, un brillant amas d'étoiles dans le Grand Nuage de Magellan.
© ESO
* ESO

Source: OAMP, le 15 septembre 2011 à 08h30
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronomie/d/ngc-2100-un-amas-detoiles-dans-les-filets-de-la-tarentule_33360/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 52
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Nuées Célestes...    Sam 22 Oct 2011 - 0:31

Les Pléiades redessinées

En jetant un coup d'œil distrait sur cette image, l'astronome amateur averti ne reconnaîtra pas forcément l'amas d'étoiles visible ici. Il s'agit pourtant du plus célèbre d'entre eux: les Pléiades.

L'aspect de ce groupe de jeunes étoiles a été transfiguré par la quantité d'informations recueillies sur le capteur CCD de l'astronome amateur Stanislas Volskiy. Il utilise une modeste lunette de seulement 106mm de diamètre. Mais alors, quel est donc son secret pour obtenir un tel résultat ?


Les Pléiades vues sous le ciel pur du Chili.
Crédit: Stanislav Volskiy
Son matériel, piloté à distance, est installé en plein désert d'Atacama, au Chili, sur le terrain d'Alain Maury. Le ciel y est extrêmement pur et sombre. Mais ce n'est pas suffisant pour obtenir une image aussi fournie: il a cumulé en tout 30h de temps de pose ! On découvre alors que la région est totalement tapissée de nuages de gaz et de poussières, éclairés par les étoiles des Pléiades et de la Voie Lactée.

JL Dauvergne, le 21 septembre 2011
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/7809

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 52
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Nuées Célestes...    Mar 1 Nov 2011 - 1:51

L'amas M53, repaire d’étoiles tricheuses

L'amas globulaire M53, dans la Chevelure de Bérénice, est bien connu des astronomes amateurs, notamment parce qu'il est tout proche d'un autre amas, NGC5053. Il intéresse aussi les professionnels en raison de sa population stellaire. Distant de 60.000 al., M53 contient en effet de nombreuses Blue Stragglers Stars, ou Trainardes Bleues.

Ces étoiles sont des géantes dont l'espérance de vie n'excède pas quelques centaines de millions d'années. Or, on les retrouve en très grand nombre au cœur de M53 qui est âgé de plusieurs milliards d'années, comme tous ses congénères. Les astronomes expliquent cette contradiction par des collisions entre étoiles au centre de l'amas qui ont redonné une seconde jeunesse à ces astres.


L'amas globulaire M53 par le télescope spatial Hubble.
Crédit: Nasa/ESA/C&E Photos
Cette image du télescope spatial Hubble permet aux professionnels de répertorier les Blue Stragglers Stars avec précision. D'autres étoiles de ce type ont déjà été observées dans les amas globulaires M5 et M30. Toutefois, elles y sont en proportions nettement moindres.

Philippe Henarejos, le 6 octobre 2011
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/7897

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 52
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Nuées Célestes...    Lun 7 Nov 2011 - 17:23

160 amas globulaires pour la Voie Lactée

Les astronomes découvrent encore des amas globulaires autour de la Voie Lactée. Grâce au télescope européen VISTA, situé au Chili, ils viennent d'en ajouter deux aux 158 déjà connus.

Cette image, prise par le télescope de 4,1m doté d'une grande ouverture, montre VVV-CL001. Ce n'est pas le plus brillant, à droite, mais celui beaucoup plus ténu sur la gauche du cliché, à côté d'une étoile brillante.


Les amas globulaires UKS1 et VVV-CL001.
Crédit: ESO/VVV Team/C&E Photos
VVV-CL001 était jusque-là resté invisible, masqué par les poussières interstellaires de la Voie Lactée. Le télescope VISTA, qui peut observer dans l'infrarouge, a permis de le déceler, dans un autre champ, un autre amas globulaire VVV-CL2.

Les astronomes se demandent si VVV-CL1 est lié par la gravitation à UKS1 visible sur la droite de cette image. Auquel cas ils seraient à peu près à la même distance.

Philippe Henarejos, le 19 octobre 2011
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/7973

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 52
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Nuées Célestes...    Sam 12 Nov 2011 - 21:31

Deux nouveaux amas globulaires pour la Voie Lactée

Les amas globulaires contiennent des étoiles parmi les plus anciennes de la Voie Lactée. Ils ont servi à déterminer sa forme et l’on vient juste d’en découvrir deux nouveaux grâce à la campagne de sondage de la Voie Lactée (VVV pour Vista Variables in the Via Lactea) utilisant le télescope VISTA de l’ESO.

Les amas globulaires sont des concentrations sphéroïdales très denses de quelques centaines de milliers d’étoiles en moyenne qui se sont formées dans les premiers milliards d’années de l’histoire de l’Univers observable. Leurs tailles sont comprises entre quelques dizaines et quelques centaines d’al. Bien que peu nombreux (on en contait jusqu’à présent 158), ils ont joué un rôle décisif en astronomie lorsque Harlow Shapley a entrepris, à partir de 1914, d’utiliser ceux en orbite autour de la Voie Lactée pour déterminer la taille de la Galaxie et la position qu’y occupait le Soleil. Il arriva finalement au résultat escompté en 1918.

Les astronomes de l’ESO ont utilisé le regard pénétrant dans le domaine de l’infrarouge du télescope VISTA situé à l'Observatoire Paranal au Chili pour effectuer un sondage appelé Vista Variables in the Via Lactea (VVV). S’affranchissant du pouvoir d’extinction de la poussière très présente dans les parties centrales de la Voie Lactée, il a permis leur étude de manière systématique.


Un zoom vertigineux dans les profondeurs de la Galaxie en
direction de VVV-CL001, le nouvel amas globulaire.
© ESO/D. Minniti/VVV Team/S. Brunier/S. Guisard/
Digitized Sky Survey 2 - musique: John Dyson
(Moonwind)/YouTube
Cette stratégie a payé puisque les chercheurs ont découvert deux nouveaux amas peu brillants, restés indétectables jusqu’à présent. Le premier, baptisé comme il se doit VVV-CL001 était en fait caché pas très loin d’un autre amas sur la voûte céleste, UKS1. Si cet amas apparaît très brillant sur les images de la vidéo ci-dessus ou de la photo ci-dessous, c’était en réalité le moins lumineux connu à ce jour.

Le premier amas globulaire binaire de la Voie Lactée ?
Cette association sur la voûte céleste n’est peut-être pas due au hasard car les chercheurs envisagent que VVV-CL001 soit gravitationnellement lié à UKS1. Si cela devait se confirmer, ce serait une grande première car on serait en présence du premier amas globulaire binaire de la Voie Lactée. Un autre amas a aussi été découvert et il s’agit de VVV-CL002. Dans son cas, on pourrait être en présence de l'amas globulaire connu le plus proche du centre de la Voie Lactée.

Notre galaxie recèle probablement encore bien des surprises, par exemple au niveau de ses bras étudiés grâce à la raie à 21cm de l’hydrogène. On devrait en savoir plus quand la mission GAÏA sera en orbite pour faire de l’archéologie galactique.


L'amas globulaire VVV-CL001 se laisse deviner à gauche de l'amas UKS1, bien plus brillant sur cette image en fausses couleurs.
© ESO/D. Minniti/VVV Team
* Discovery of VVV CL001. A Low-Mass Globular Cluster Next to UKS~1 in the Direction of the Galactic Bulge
* Three Galactic globular cluster candidates

Par Laurent Sacco, Futura-Sciences, le 28 octobre 2011
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronomie/d/deux-nouveaux-amas-globulaires-pour-la-voie-lactee_34204/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 52
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Nuées Célestes...    Ven 18 Nov 2011 - 0:24

M54, un étranger capturé par la Voie Lactée

Le magnifique amas globulaire Messier 54, photographié ici par le télescope spatial Hubble, n'appartient pas à notre galaxie, la Voie Lactée.

Cette agglomération dense d'étoiles, découverte par le Français Charles Messier en 1778, s'est en réalité formée dans la galaxie naine du Sagittaire - une galaxie découverte en 1994, lentement digérée par la Voie Lactée depuis au moins un milliard d'années.


L'amas globulaire M54 photographié par Hubble.
Crédit: Nasa/Esa/C&E Photos
M54 ne fait pas encore officiellement partie de notre galaxie, mais cela finira par arriver. Lorsque la galaxie du Sagittaire aura terminé de se dissoudre dans le champ gravitationnel de la Voie Lactée (voir ici l'équivalent pour NGC1532), l'amas globulaire aujourd'hui situé à 90.000 al. de distance ne se distinguera plus de ses congénères.

David Fossé, le 7 novembre 2011
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/8080

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 52
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Nuées Célestes...    Sam 19 Nov 2011 - 2:37

Rose cosmique

Ce sont notamment les 130 étoiles très jeunes (à peine un million d'années) de l'amas ouvert NCG7129 qui ont sculpté cette nébuleuse en forme de bouton de rose. L'intense lumière ultraviolette qu'elles émettent a soufflé le gaz environnant créant une gigantesque bulle (de forme ovale, au centre) et excité des zones poussiéreuses (en rose vif). Dans ce maëlstrom, d'autres étoiles à peine nées éjectent de la matière formant des nébulosités (en jaunâtre) appelées objets de Herbig Haro par les scientifiques.


NGC7129 tout en contraste.
Crédit: J. Schelder/C&E Photos
Ce cliché très piqué et contrasté est signé de l'astrophotographe Johannes Schedler. Il l'a réalisé le 11 octobre 2011 depuis son observatoire autrichien avec une caméra CCD SBIG STX16803 au foyer d'un télescope Cassegrain de 400mm de diamètre.

Emilie Martin, le 10 novembre 2011
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/8093

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nuées Célestes...    

Revenir en haut Aller en bas
 
Nuées Célestes...
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Xinran] Funérailles Célestes
» [Kyklos] Les Passerelles célestes de Marie Gisèle Nkom
» [Nkom, Marie Gisèle] Les passerelles célestes
» [Kyklos Editions] Les passerelles célestes
» Galactus vs les Célestes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PASSION RADIO et PHOTOS :: INFOS ( ***** ici on parle technique , on donne des infos , etc ... ********* ) :: DIVERS :: Le coin des Astronomes-
Sauter vers: