AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 DANS L’OEIL DU SATELLITE ENVISAT....

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: DANS L’OEIL DU SATELLITE ENVISAT....   Lun 11 Oct 2010 - 0:58

Tempête de sable au-dessus de l'Atlantique

Sous l'œil du satellite Envisat, un vent chargé de poussière et de sable, appelé le Calima, souffle du désert du Sahara (Mauritanie, Sénégal et Guinée-Bissau) vers les îles du Cap-Vert, puis remonte vers l'archipel des Canaries.



Une tempête de sable venant du désert souffle sur l'océan Atlantique. Crédit: ESA
Ce type de tempêtes de sable est produit par des mouvements convectifs, quand l'air chaud monte tandis que l'air froid descend vers le sol.

Chaque année, ces vents transportent 60 à 200 millions de tonnes de fines particules en provenance du désert sur des milliers de kilomètres. On en retrouve par exemple de grandes concentrations au-dessus des Caraïbes.

Envisat a pris ce cliché le 1er juillet 2010 avec son spectromètre imageur. La résolution est de 300m/pixel.

Emilie Martin, septembre 2010
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/5882

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: DANS L’OEIL DU SATELLITE ENVISAT....   Lun 6 Déc 2010 - 0:26

La Gironde sous la neige

Le satellite européen d'observation de la Terre Envisat a pris en photo la France le 2 décembre 2010, vers 10 h 30 du matin. Si la majeure partir de l'Hexagone était encore sous les nuages, une belle trouée au-dessus de la région bordelaise permet de voir le résultat des chutes de neige: un sol tout blanc !


La région de Bordeaux, sous la neige, le 2 décembre 2010.
Crédit: ESA
Envisat produit régulièrement des images montrant des phénomènes naturels à la surface de notre planète, comme l'éruption du volcan islandais Eyjafjoll, les importants feux de forêt en Russie au cours de l'été 2010 ou encore une tempête de neige sur les îles britanniques en janvier 2010.

Philippe Henarejos, le 3 décembre 2010.
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/6395

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: DANS L’OEIL DU SATELLITE ENVISAT....   Dim 30 Jan 2011 - 0:49

Les inondations en Australie vues de l’espace

Les inondations qui ravagent l'État australien du Queensland sont bien visibles depuis l'espace. Elles apparaissent en bleu, au sud de Rockhampton, sur cette image radar du satellite européen Envisat.


L'Etat australien de Queensland inondé.
Crédit: ESA.
La catastrophe touche une zone vaste comme la France et l'Allemagne réunies. Elle a fait plus de 30 morts depuis le début des fortes pluies, en novembre 2010.

La charte internationale "Espace et catastrophes majeures" a été activée le 3 janvier 2011. Elle permet d'avoir accès rapidement à des données satellites afin de mettre en place une réponse d'urgence.

Les inondations en Australie continuent. Le sud de l'État de Victoria souffre maintenant de l'augmentation du niveau des rivières.

Raphaëlle Tilliette, le 25 janvier 2011.
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/6619

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: DANS L’OEIL DU SATELLITE ENVISAT....   Lun 21 Mar 2011 - 1:40

La Terre vue de l'Espace: l'ouest américain

La caméra Meris du satellite Envisat a réalisé une belle image de l'ouest américain. La variété des paysages des États de Californie et du Nevada, dans l'ouest des États-Unis, est particulièrement mise en valeur sur cette image.

  • Admirez la Terre vue de l'Espace en images satellites >>
La Californie (à gauche sur l'image au bas de cet article) présente quelque 1.350 kilomètres de côtes, des vallées et de nombreuses chaînes de montagnes orientées pour la plupart en parallèle à l'océan Atlantique. Les chaînes côtières, parmi lesquelles on compte le mont Diablo et les Santa Cruz Mountains, s'étirent le long de l'essentiel de la côte californienne. La grande et vaste dépression plate située à l'est des chaînes côtières est la vallée Centrale, longue de 720 kilomètres.

La vallée de Sacramento, qui en constitue la partie nord, est la plus arrosée et la plus verdoyante, tandis que le climat de la vallée de San Joaquin, au sud, est bien plus aride. Principalement consacrée à l'agriculture, la vallée doit sa productivité à un vaste système d'irrigation qui redirige les eaux de surface et pompe les eaux souterraines via un réseau de puits.

Le plus grand désert des États-Unis
La chaîne de montagnes de la Sierra Nevada (couverte de neige, à l'est de la vallée Centrale) s'étire le long de la frontière orientale de la Californie. Le lac Tahoe est situé au cœur de la chaîne, à cheval sur la frontière entre la Californie et le Nevada (à droite sur l'image). Ce n'est pas un hasard si les terres à l'ouest de la Sierra Nevada sont si vertes alors que celles à l'est sont un véritable désert. La chaîne force les nuages se déplaçant en direction de l'est à relâcher leur humidité sur son versant occidental avant qu'ils puissent atteindre le Nevada.

Déserts de sable, montagnes enneigées et bassins sédimentaires figurent parmi les paysages du Nevada (à droite de l'image). L'essentiel de l'État se situe dans le désert du Grand Bassin. Couvrant une zone aride de quelque 492.000 kilomètres carrés, il s'agit du plus grand désert des États-Unis. Le Grand Bassin est de type endoréique, c'est-à-dire que toutes les eaux de surface qui s'y trouvent piégées ne trouvent aucun débouché vers la mer et ne peuvent s'échapper que par évaporation. Sont également visibles à l'image les villes californiennes de San Francisco (la tache blanchâtre sur la péninsule fermant la baie au centre de l'image) et Los Angeles (la tache grise en bas à droite).


Le contraste entre la Californie, à gauche, généreusement arrosée, et le Nevada désertique, à droite, est clairement mis en évidence
sur cette image prise le 9 février 2011 par la caméra Meris (Medium Resolution Imaging Spectrometer)
avec une résolution au sol de 300 mètres.
© Esa
Source: ESA Le       19 mars 2011 à 10h36
Source Actualité Futura-Sciences:
http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/terre-3/d/la-terre-vue-de-lespace-louest-americain_28733/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: DANS L’OEIL DU SATELLITE ENVISAT....   Jeu 24 Mar 2011 - 19:41

Confins arabo-persiques

La caméra Meris du satellite Envisat a réalisé en février une image qui couvre le sud-est de l’Iran et la pointe nord-est de la péninsule Arabique.

La géographie de l’Iran, avec ses chaînes montagneuses escarpées, un plateau central, des déserts, des steppes et des reliefs côtiers, se différencie de celle de la péninsule Arabique, qui est dominée par le désert d’Arabie. Le point le plus proche entre ces deux mondes emblématiques du Moyen-Orient est le détroit d’Ormuz, au centre, qui relie le golfe arabo-persique (à gauche de l'image) au golfe d’Oman (en haut à droite) et la mer d’Arabie (en bas à droite), tous deux faisant partie de l’océan Indien.

Sur la rive iranienne, les failles découpent les reliefs de la province d’Hormozgān entre montagnes et dépressions. L'île de Qeshm (parallèle à la côte) est la plus grande d’Iran. Les volutes vertes et beiges le long des côtes sont dues aux sédiments charriés par les eaux et déversés dans la mer.

Entre la mer et les montagnes
Sur l'image du satellite Envisat proposée par l'Esa (voir au bas de cet article), plusieurs pays sont visibles sur la péninsule: le Qatar (la péninsule le long du bord gauche de l’image), les Émirats arabes unis (à gauche jusqu’au détroit), le sultanat d’Oman (à droite) et l’Arabie Saoudite (à l’intérieur des terres en bas à gauche). La seule zone montagneuse de l’Oman est au nord, avec de nombreux sommets culminant entre 1.500 et 2.100 mètres. La majorité des habitants du sultanat réside dans la région étroite d’Al Batinah au bord du golfe d’Oman (bande orange et verte sur la côte).

Les îles artificielles de Doubaï, au large des Émirats arabes unis, sont entourées de tourbillons de plancton et de sédiments. La construction de ces îles a été rendue possible par la faible profondeur des eaux du golfe ainsi que par l’étendue du plateau continental en face de la ville-émirat.


Cette image a été prise le 4 février par la caméra Meris (Medium Resolution Imaging Spectrometer) d’Envisat,
avec une résolution au sol de 300 mètres.
© Esa
Source: ESA, le 23 mars 2011 à 16h30
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/terre-3/d/la-terre-vue-de-lespace-confins-arabo-persiques_29004/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: DANS L’OEIL DU SATELLITE ENVISAT....   Mer 20 Avr 2011 - 15:20

Le cœur de l'Europe

Cette image prise par Envisat nous fait découvrir une vaste portion de l’Europe – du Danemark à l’Italie et du Benelux à la Pologne – quasiment dépourvue de nuages. Les Alpes, avec la blancheur de leurs massifs enneigés, contrastent avec les régions avoisinantes, recouvertes d’une végétation brunie par l’hiver.

Etendue sur une zone d’environ 200 000 km2, la grande chaine de montagne du sud de l’Europe s’étire sur quelque 1 200 km depuis la côte méditerranée et marque la frontière entre l’Italie (en bas) et la France (à gauche), puis la Suisse (à l’est de la France) et enfin l’Autriche (à l’est de la Suisse).

Elle se transforme ensuite en la chaine des Alpes Dinariques qui se poursuit à travers la Slovénie (au sud de l’Autriche), la Croatie (en bas à droite), la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro, le Kosovo et la Serbie avant de mourir en Albanie, en Macédoine et dans le nord de la Grèce.

Plusieurs grands lacs d’un bleu sombre se détachent clairement. Le lac Léman, en forme de croissant au nord des Alpes, est le plus grand des lacs alpins. Sa rive nord se trouve en Suisse tandis eu sa rive sud est bordée par la France.

Avec une superficie de 218 km2, le lac de Neuchâtel (au dessus du Léman) est le plus grand lac intégralement compris à l’intérieur des frontières helvétiques. Le lac de Constance (au nord-est du lac de Neuchâtel) se situe aux confins des territoires suisses, allemands et autrichiens. Le plus grand lac d’Italie, et le 3e d’Europe centrale, est le lac de Garde, qui apparaît ici au pied des Alpes.


Cette image a été prise le 22 mars par la caméra MERIS (Medium Resolution Imaging Spectrometer)
d’Envisat avec une résolution de 300 m.
Credits: ESA
Du 1er avril 2011
Source ESA Portal-France: http://www.esa.int/esaCP/SEMA757UPLG_France_0.html

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: DANS L’OEIL DU SATELLITE ENVISAT....   Dim 24 Avr 2011 - 0:32

La barrière de Brunt

La barrière de Brunt est une plaque de glace flottante de 100 mètres d’épaisseur qui est alimentée principalement par les glaces s’écoulant depuis la terre de la Reine-Maud. Elle a été photographiée par le satellite Envisat.

La barrière de Brunt s’écoule chaque année de plusieurs centaines de mètres vers l’océan. Une fois qu’elle atteint la mer de Weddel, elle est soumise au stress combiné des températures plus hautes et du mouvement des marées jusqu’à ce que des fragments s’en détachent et forment des icebergs. Depuis le milieu des années 1950, la barrière abrite la station polaire Halley du British Antarctic Survey. Comme la barrière est mouvante, elle emporte avec elle la station Halley, qui dérive vers le nord-ouest d’environ un demi-kilomètre chaque année. L’état de la barrière n’est pas considéré comme stationnaire.

Il y a un risque de fractionnement, par l’extension des fractures et les impacts d’icebergs. Si la barrière venait à se séparer de la péninsule, elle ne causerait pas de montée du niveau des eaux car elle est déjà en flottaison.

Un suivi à long terme
L’étude des barrières de glaces est importante car il s’agit d’indicateurs du changement climatique en cours. L’observation par satellites de l’Antarctique sur le long terme est essentielle car elle fournit des données indiscutables sur les tendances en cours et permet aux scientifiques de faire des prévisions. Au cours des vingt dernières années, les satellites des missions ERS et Envisat de l’Esa ont été les principaux instruments pour l’évaluation et la démonstration de l’utilité des données collectées par l'observation des régions polaires depuis l’espace.

Le radar Asar (Advanced Synthetic Aperture Radar) d’Envisat a acquis cette image le 5 mars 2011. Il est particulièrement adapté à l’acquisisition des données au-dessus de l’Antarctique car il est capable de «voir» à travers les nuages et dans l’obscurité – deux conditions d’observation très courantes dans ces régions. Les images quotidiennes de l’Antarctique prises par Asar sont mises à disposition des scientifiques et aisément accessibles. Également visible à l’image, l’île de Lyddan se caractérise par trois péninsules étroites qui la font ressembler à une queue de baleine.


Sur cette image prise par Envisat apparaît la barrière de Brunt qui s'étend en bordure de la mer de Weddel,
sur les côtes du nord de la terre de Coats, en Antarctique.
© Esa
Le 18 avril 2011 à 08h47
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/terre-3/d/la-terre-vue-de-lespace-la-barriere-de-brunt_29403/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: DANS L’OEIL DU SATELLITE ENVISAT....   Sam 7 Mai 2011 - 14:20

De la poussière et du plancton

Le 8 avril, le satellite Envisat a surpris de la poussière et du sable venus du Sahara algérien, soufflés vers l’ouest au-dessus de l’océan Atlantique.

Le satellite européen Envisat nous a offert le 8 avril dernier une superbe image de l'océan Atlantique, survolé par de la poussière et du sable du Sahara algérien.

S’étirant au-dessus des côtes orientales de l’Atlantique, le nuage de sable et de poussières est emporté par de forts vents et survole le nord de la péninsule Ibérique (en bas de l'image satellite), la pointe bretonne, les Cornouailles britanniques (en haut à droite) et la côte sud-ouest de l’Irlande (en haut à gauche).

Il arrive que le sable du Sahara - le plus grand désert de la planète, avec une superficie d’environ 8,6 millions de km2 - soit transporté sur des milliers de kilomètres par les courants convectifs de l’atmosphère. Ceux-ci se forment quand de l’air chaud, plus léger, s’élève, et que de l’air froid, plus lourd, redescend. Les tempêtes de sable sont très courantes au Sahara, et de larges concentrations des poussières ainsi soulevées peuvent se retrouver dans les régions tropicales de l’Atlantique et même aux Antilles. Ces poussières contiennent de nombreux nutriments, dont de l’azote, du phosphore et du fer, qui peuvent servir d’engrais et stimulent la production massive d’efflorescences de plancton.

Du plancton pour la biodiversité marine
Sur cette image, ces efflorescences apparaissent dans l’Atlantique sous la forme de spirales bleutées et vertes. Les différentes teintes de vert et de beige visibles dans la Manche et autour du pays de Galles sont dues aux sédiments charriés par les eaux.

Le plancton est constitué d’algues marines microscopiques qui dérivent à la surface de la mer ou à proximité de celle-ci. Elles forment la nourriture de base dont dépendent toutes les autres formes de vie marine. Elles contiennent des pigments de chlorophylle et sont capables de transformer des composés inorganiques, comme l’eau, l’azote et le carbone, en composés organiques complexes. Grâce à leur capacité de « digérer » ces composés, elles absorbent autant de dioxyde de carbone de l’atmosphère que la flore terrestre. Il en résulte que les océans ont eux aussi une influence cruciale sur le climat. Comme le plancton joue un rôle important par rapport à la quantité de dioxyde de carbone présente dans l’atmosphère, il est important de le surveiller et de le modéliser dans les calculs prédictifs sur l’évolution du climat.

Bien que la plupart des organismes formant le plancton soient individuellement microscopiques, la chlorophylle qu’ils utilisent pour la photosynthèse confère aux eaux avoisinantes une teinte verte. Cela permet à des caméras dédiées à la couleur de la mer et embarquées sur des satellites, comme Envisat (un satellite de l'Esa), de mener ces observations depuis l’espace.


Le satellite Envisat a surpris le 8 avril de la poussière et du sable venus du Sahara algérien.
© Esa
Source: ESA, le 3 mai 2011 à 08h36
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/terre-3/d/la-terre-vue-de-lespace-de-la-poussiere-et-du-plancton_29889/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: DANS L’OEIL DU SATELLITE ENVISAT....   Dim 15 Mai 2011 - 16:00

Banquises sur la Baltique

Une image prise par le satellite Envisat le 19 avril dernier montre comment la glace obstruait encore plusieurs golfes de la mer Baltique.

La banquise recouvrant la Baltique change de taille d’année en année, mais cet hiver, elle a été particulièrement étendue et épaisse, en particulier dans le golfe de Botnie où des températures de -30°C ont été enregistrées dans les derniers mois. Au moment où l’image a été prise, la banquise atteignait 50 à 80 centimètres d’épaisseur dans la partie septentrionale du golfe de Botnie, au large des côtes finlandaises. Au centre et au sud du golfe, une épaisseur de 30 à 70 centimètres a été rapportée. Dans le golfe de Finlande, une banquise dérivante d’une épaisseur de 20 à 55 centimètres a été mesurée, avec des glaces côtières plus épaisses autour du port de Saint-Pétersbourg (à l’extrémité du golfe).

Bateaux... et cerfs piégés
Considérés comme parties intégrantes de la mer Baltique, ces golfes constituent d’importantes voies maritimes pour le transport de passagers et le fret. Le mois dernier, dans cette zone, plus de cent navires, dont des ferries transportant plusieurs milliers de passagers et des pétroliers chargés de pétrole brut, se sont retrouvés emprisonnés par les glaces et ont dû être délivrés par l’intervention des brise-glaces. Les navires ne sont pas les seuls à être secourus: les pompiers polonais sont intervenus pour venir en aide à deux cerfs qui dérivaient sur des plaques de banquise au large de la Pologne (plus au sud, non visible).

Sont également visibles à l’image fournie par l'Esa, dans le sens des aiguilles d’une montre en partant du coin inférieur gauche: une partie de la Suède, la Finlande (en haut à droite), la Russie (à droite), l’Estonie et la Lettonie (en bas). Les îles suédoises de Öland et Gotland sont visibles en bas de l’image.


Cette image prise le 19 avril par la caméra Meris (Medium Resolution Infrared Spectrometer) d’Envisat
avec une résolution de 300m montre l'emprise de la banquise.
© Esa
Source: ESA, le 13 mai 2011 à 08h39

Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/terre-3/d/la-terre-vue-de-lespace-banquises-sur-la-baltique_30107/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: DANS L’OEIL DU SATELLITE ENVISAT....   Dim 15 Mai 2011 - 16:16

Les enjeux écologiques d'un détroit

Une image prise par Envisat montre les Bouches de Bonifacio, un détroit renommé pour la richesse de sa biodiversité, la complexité de sa configuration géographique et la sévérité de ses conditions de navigation.

Le satellite Envisat nous offre souvent de bien belles images, comme le cliché présentant du sable du désert saharien au-dessus de l'Atlantique. Il nous montre cette fois-ci les Bouches de Bonifacio, un détroit aux multiples particularités.

Situé entre la Corse au nord et la Sardaigne au sud, ce détroit relie la mer Tyrrhénienne (à droite) à la Méditerranée occidentale (à gauche). Son environnement unique abrite une biodiversité marine exceptionnelle qui est mise en danger par l’importante concentration du trafic maritime international. Larges d’à peine 11km, les Bouches sont connues pour leurs soudaines bourrasques de vent qui peuvent brutalement modifier les conditions météorologiques et l’état de la mer. Si l’on ajoute à ces conditions difficiles des eaux parsemées de récifs et d’obstacles variés, on obtient une zone très sensible pour la navigation, avec d’importants risques d’accidents et de pollutions.

Afin de réduire les risques de mise en danger de cet environnement, la France et l’Italie ont réglementé le trafic maritime et assurent un suivi et un contrôle strict des navires commerciaux dans la zone. En outre, un certain nombre de réserves naturelles ont été établies, dont le Parc international marin des Bouches de Bonifacio. Cette image a été créée par la combinaison de trois images acquises au-dessus de la même zone par le radar Asar (Advanced Synthetic Aperture Radar) du satellite Envisat de l'Esa les 18 février, 1er mars et 19 avril. Les couleurs résultent des changements intervenus à la surface entre ces acquisitions.


Les Bouches de Bonifacio sous la caméra du satellite Envisat.
© Esa
Source: ESA, le 14 mai 2011 à 09h27
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/terre-3/d/la-terre-vue-de-lespace-les-enjeux-ecologiques-dun-detroit_30113/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: DANS L’OEIL DU SATELLITE ENVISAT....   Lun 18 Juil 2011 - 19:09

Avions et cendres volcaniques

Une nouvelle image prise par le satellite Envisat nous montre un important nuage de cendres. Venu du volcan islandais Grímsvötn et porté par les vents, il a parcouru quelque 1.000km avant d'atteindre le nord-est de l'Écosse.

Le volcan Grímsvötn, situé au sud-est de l'Islande, à environ 200km à l'est de Reykjavik, est entré en activité le 21 mai. Sa dernière éruption remontait à 2004. Bien que plus puissante que l'éruption de l'Eyjafjöll qui avait fortement perturbé le trafic aérien l'an dernier, l'éruption du Grímsvötn a eu un impact bien moindre. Néanmoins, comme les vents ont poussé le nuage de cendres vers l'archipel britannique, plusieurs compagnies aériennes ont préféré annuler leurs vols en direction ou en provenance d'Écosse et d'Irlande.

Les éruptions volcaniques éjectent dans l'atmosphère une grande quantité de cendres et de composés gazeux tels que le dioxyde de soufre, qui atteignent bien souvent les altitudes de croisière des avions de ligne. En traversant un nuage de cendres, l'ingestion de particules volcaniques par les moteurs peut entraîner des pannes. Les cendres peuvent également endommager les matériaux des avions.

Une surveillance depuis l'Espace
Pour s'assurer que tous ces risques sont pris en compte, des Centres d'alerte sur les cendres volcaniques (VAAC) ont été créés en 1995 pour récolter les informations sur les nuages de cendres volcaniques et évaluer les possibles dangers qu'ils représentent pour le trafic aérien. Les mesures par satellite offrent un excellent moyen de suivre la dispersion, l'extension, les niveaux de concentration et le déplacement des panaches volcaniques. À cette fin, l'Esa a développé des services dédiés pour fournir des alertes rapides en cas d'éruption afin de soutenir l'action des VAAC dans le cadre du projet de Soutien au service de contrôle aérien. Il est intéressant de noter que de nombreuses traînées de condensation (en anglais des « contrails ») laissées par des avions sont visibles au sud de l'Irlande, à environ 800km au sud du nuage de cendres.

Les rejets émis par les appareils à réaction contiennent de grandes quantités de vapeur d'eau, qui, dans certaines conditions atmosphériques, vont se condenser sous la forme de minuscules cristaux de glace. Ceux-ci vont constituer des noyaux de condensation autour desquels davantage de vapeur d'eau issue de l'air environnant va se condenser. Au final, cela aboutit à la formation d'une traînée nuageuse allongée dans le ciel.


Cette image du nuage de cendres émis par le volcan islandais Grímsvötn a été prise le 24 mai par la caméra Meris (Medium Resolution Imaging Spectrometer)
du satellite Envisat avec une résolution de 300m.
© DR
Source: ESA, le 4 juin 2011 à 12h32
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/volcanologie/d/la-terre-vue-de-lespace-avions-et-cendres-volcaniques_30599/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: DANS L’OEIL DU SATELLITE ENVISAT....   Lun 25 Juil 2011 - 20:58

Le delta du Yukon

Le satellite Envisat a photographié le delta du Yukon, en Alaska, où le fleuve Yukon, le cinquième système hydrique le plus long d’Amérique du Nord, se disperse dans un labyrinthe de bras avant de se déverser dans la mer de Béring.

Prenant sa source sur la frontière nord de la Colombie Britannique au Canada, le Yukon coule sur 3.190km à travers le centre de l’Alaska aux États-Unis avant de rejoindre la baie du Norton Sound (en haut à gauche de l'image ci-dessous). Avec ses nombreux affluents, le Yukon draine un bassin de 855.000km2. Avec le delta voisin du Kuskokwim, il forme le delta du Yukon-Kuskokwim, l’un des plus grands systèmes de delta de la planète. Le Yukon est l’un des fleuves les plus importants au niveau mondial pour l’élevage du saumon et chaque année il est le théâtre de la plus grande remontée de saumons du Pacifique au monde. Selon certains anthropologues, il a également été la principale route de migration des premiers habitants humains de l'Amérique du Nord.

Cette image proposée par l'Esa a été créée en combinant trois images radar acquises par Envisat le 19 novembre 2010 ainsi que les 8 avril et 13 mai 2010 au-dessus de la même zone. Les couleurs indiquent les changements intervenus à la surface entre les acquisitions.


Le delta du Yukon, en Alaska, photographié par le satellite Envisat.
© Esa
Source: ESA, le 25 juin 2011 à 10h35
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/terre-3/d/la-terre-vue-de-lespace-le-delta-du-yukon_30973/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: DANS L’OEIL DU SATELLITE ENVISAT....   Lun 1 Aoû 2011 - 14:18

Le joyau du golfe Persique

Le satellite Envisat a photographié l’île iranienne de Qeshm, la plus grande île du golfe Persique.

L'île de Qeshm est une longue terre qui s’étire juste à quelques kilomètres de la côte iranienne, non loin du goulet du détroit d’Ormuz, qui relie le golfe Persique à l’ouest au golfe d’Oman au sud-est. À son point le plus étroit, le détroit d’Ormuz ne fait que 54km de large. Toutefois, il s’agit de l’une des voies de navigation stratégiquement les plus importantes au monde car c’est le seul accès à l’océan pour une bonne partie du golfe Persique. Environ 17 millions de barils de pétrole brut le franchissent chaque jour. Bien qu’elle soit située le long d’une voie maritime aussi active, l’île de Qeshm abrite la réserve de biosphère de Hara, la plus importante étendue de mangrove le long des côtes du golfe Persique.

Longue d’environ 110km et large de 14km, l’île de Qeshm est ceinturée de récifs coralliens. À l’intérieur, un relief bas de collines sédimentaires couvre l’essentiel des terres. Cette image proposée par l'Esa a été réalisée en combinant trois images radar d’Envisat prises les 7 mai, 29 octobre et 3 décembre 2009 au-dessus de la même zone. Les couleurs résultent des changements intervenus à la surface entre les acquisitions.


Cette image prise par Envisat nous dévoile la plus grande île du golfe Persique: l’île iranienne de Qeshm.
© Esa
Source: ESA, le 2 juillet 2011 à 10h23
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/terre-3/d/la-terre-vue-de-lespace-le-joyau-du-golfe-persique_31119/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: DANS L’OEIL DU SATELLITE ENVISAT....   Mer 3 Aoû 2011 - 18:22

Retrait des glaces en été

Alors que commencent les mois d’été dans l’hémisphère nord, Envisat a photographié une portion de la calotte glaciaire et de la côte occidentale du Groenland au moment où la banquise d’hiver entame son retrait.

Cet inlandsis, qui recouvre quelque 80% de la superficie du Groenland, est la deuxième plus grande calotte glaciaire de la planète, après la calotte de l’Antarctique. Toutefois, les températures de l’an dernier, ainsi que celles de 2005 et de 1998, ont été les plus élevées jamais enregistrées depuis qu’un suivi moderne des températures globales a été mis en place en 1880, ce qui envenime les inquiétudes relatives à une fonte des glaces.

Située dans l’Arctique, la calotte glaciaire du Groenland, bien que vieille de plus de 100.000ans, est particulièrement vulnérable aux changements climatiques. La fonte des glaces de la calotte pourrait causer une hausse substantielle du niveau des eaux au cours des prochaines décennies. La banquise arctique est elle-même encore plus sensible aux évolutions climatiques. En septembre 2007, la zone couverte par la banquise pérenne s’est réduite au minimum jamais enregistré depuis que les mesures par satellite ont débuté il y a trente ans. Jusqu’ici, ce printemps marque la troisième plus faible étendue de la glace arctique.

Bientôt une meilleure modélisation
Les satellites ont joué un rôle crucial dans le suivi du retrait des glaciers et de l’étendue des glaces en Arctique et en Antarctique. Toutefois, pour évaluer pleinement ce qui est en train d’arriver aux glaces polaires de notre planète en conséquence du changement climatique, il est nécessaire de comprendre également comment leur volume est en train de varier.

Les scientifiques analysent les données collectées par la mission CryoSat de l’Esa, qui mesure avec précision l’épaisseur des glaces - aussi bien les calottes terrestres que les banquises et les glaces flottantes de l’océan - afin d’en étudier les variations. Ces nouvelles mesures combinées avec les informations sur l’étendue de la banquise permettront de modéliser une image complète de l’évolution actuelle des glaces polaires.


Cette image de la calotte glaciaire nord a été prise le 23 juin par la caméra Meris (Medium Resolution Imaging Spectrometer)
du satellite Envisat avec une résolution de 300m.
© Esa
Source: ESA, le 6 juillet 2011 à 08h37
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/climatologie-1/d/la-terre-vue-de-lespace-retrait-des-glaces-en-ete_31212/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: DANS L’OEIL DU SATELLITE ENVISAT....   Dim 7 Aoû 2011 - 16:57

Guadalupe, l'île aux nuages

Le satellite Envisat a photographié l’île volcanique de Guadalupe en train d'émerger d’une mer de nuages. Cette île se trouve dans l’Océan Pacifique à environ 250km de la côte occidentale de la péninsule mexicaine de Basse Californie.

Avec une population de moins de 30 personnes, la petite île accidentée de Guadalupe mesure 35km du nord au sud et un peu moins de 10km d’Est en Ouest. Elle a été créée par des volcans océaniques de type « boucliers » qui se sont formés le long d’une faille méso-océanique maintenant inactive. L’île est dominée par une chaîne de montagnes escarpées qui culminent à près de 1.300m.

Les tourbillons de nuages au sud de l’île résultent d’un phénomène météorologique connu sous le nom de vortex de Von Karman. Lorsque la masse nuageuse, portée par les vents, rencontre l’île de Guadalupe, les nuages contournent le grand affleurement volcanique et s’enroulent en larges spirales qui apparaissent très clairement sur cette image. La péninsule de Basse Californie, qui marque l’extrémité nord-ouest du Mexique, est visible en haut à droite de l’image. D’une longueur de 1.200km, cette péninsule sépare l’Océan Pacifique du Golfe de Californie. La côte accidentée abrite de nombreuses espèces de mammifères, parmi lesquelles des otaries et plusieurs espèces de baleines qui se reproduisent dans les eaux de la région, tandis que Guadalupe est considérée comme l’un des meilleurs sites au monde pour admirer le grand requin blanc.

Cette image a été prise le 15 juin par la caméra Meris qui équipe le satellite Envisat de l'Esa et qui offre une résolution de 300m.


La petite île volcanique de Guadalupe émerge d'une mer de nuages.
©
Esa
Source: ESA, le 14 juillet 2011 à 10h38
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/terre-3/d/la-terre-vue-de-lespace-guadalupe-lile-aux-nuages_31335/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: DANS L’OEIL DU SATELLITE ENVISAT....   Lun 15 Aoû 2011 - 0:38

Hauts et bas en Patagonie

Le satellite Envisat a photographié une section transverse de la pointe australe de l’Amérique du Sud, avec les plaines d’Argentine à l’est et les terrains montagneux des Andes chiliennes à l’ouest.

Envisat nous offre une vue de la pointe australe de l'Amérique du Sud (les plaines argentines sont à droite de l'image, les Andes chiliennes à gauche).

Les montagnes aux sommets enneigés et aux pentes luxuriantes s’effacent pour laisser la place à des régions arides dans la province argentine de Chubut et sa voisine de Santa Cruz, plus au sud, où l’on trouve une série de plateaux et de dépressions. Au centre de ce cliché d'Envisat proposé par l'Esa, on distingue deux lacs de la province de Chubut, en Argentine. Le lac Musters a une profondeur de 20m, ce qui lui confère une couleur bleu foncé, tandis que le lac Colhué Huapi remplit une dépression de faible profondeur, à peine 2m. La baie circulaire qui découpe la côte orientale de l’Argentine est le golfe de San Jorge, qui mesure quelque 228km de large à son embouchure. Sur sa côte se trouve la ville de Comodoro Rivadavia, célèbre pour ses langoustes et ses crabes araignées.

La tache blanche brillante dans le coin inférieur gauche de l’image est le Champ de glace nord de Patagonie, au Chili austral. Les images par satellite montrent que les glaciers se sont retirés rapidement au cours de ces dernières années. Toutefois, il s’agit toujours de la plus grande masse de glace d’un seul tenant en dehors des zones polaires.


La pointe australe de l'Amérique du Sud photographiée le 3 juin 2011 par la caméra Meris du satellite Envisat.
© Esa
Source: ESA, le 26 juillet 2011 à 10h34
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/terre-3/d/la-terre-vue-de-lespace-hauts-et-bas-en-patagonie_31614/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: DANS L’OEIL DU SATELLITE ENVISAT....   Lun 29 Aoû 2011 - 23:57

Terre volcanique en péninsule du Kamtchatka

Une image prise par Envisat montre la côte orientale de la péninsule du Kamtchatka, dans l’Extrême Orient russe entre l’océan Pacifique et la mer d’Okhotsk.

Le satellite Envisat nous offre aujourd'hui la côte orientale de la péninsule du Kamtchatka. L’élément central de cette vue est un ensemble volcanique isolé qui comprend le plus élevé de tous les volcans actifs d’Eurasie, le Klioutchevskaïa Sopka. Ce « stratovolcan » (semblable au Mont Saint Helens) - composé de multiples couches - a été en activité sans interruption depuis sa première éruption relatée à la fin du XVIIe siècle. Au printemps de 2010, des éruptions de panaches de gaz, de cendres et de lave ont été enregistrées. Le fleuve Kamtchatka, réputé pour ses eaux riches en saumons, coule au nord du complexe volcanique, obliquant vers l’est à hauteur de la colonie de Klioutchi en direction du Pacifique. En raison de son développement minimal, la péninsule est connue pour l’abondance de ses ours bruns. Parmi les autres animaux courants, on notera des renards, des loups, des rennes et des carcajous.

Cette image est une compilation de plusieurs passages du radar Envisat de l'Esa, réalisés les 1er juin, 6 juillet et 10 août 2010. À chaque passage a été assignée une couleur (rouge, vert et bleu) et leur combinaison a produit cette représentation où les couleurs révèlent les modifications intervenues à la surface entre les différents passages d’Envisat.


L'ensemble volcanique du Klioutchevskaïa Sopka.
© Esa
Source: ESA, le 20 août 2011 à 09h35
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/volcanologie/d/la-terre-vue-de-lespace-terre-volcanique-en-peninsule-du-kamtchatka_32834/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: DANS L’OEIL DU SATELLITE ENVISAT....   Mar 30 Aoû 2011 - 21:12

Gemmes africaines

Une nouvelle image prise par le satellite Envisat nous montre le sud de la Namibie et le nord de l'Afrique du Sud sur la côte sud-ouest du continent africain.

Sur ce cliché proposé par l'Esa on distingue clairement les dunes de sable du désert du Namib - que l'on considère comme le plus vieux désert au monde. Partiellement situé dans les limites du parc national de Namib-Naukluft, il est également connu pour abriter les plus grandes dunes de sable de la planète, culminant à plus de 300m d'altitude. Ces dunes bordent le bassin de sel et d'argile de Sossusvlei. Au sud du désert s'étend la région diamantifère de Sperrgebiet. Entre les deux se trouve la ville coloniale allemande de Lüderitz qui a connu la prospérité au début du XXe siècle après la découverte des diamants.

Encore plus au sud coule le fleuve Orange qui matérialise la frontière entre l'Afrique du Sud et la Namibie avant de se jeter dans l'océan Atlantique dans la baie Alexander, où il colore les eaux bleues de l'océan d'une teinte verte avec ses alluvions. Deux villes se font face de part et d'autre du fleuve à son embouchure: Oranjemund en Namibie sur la rive nord et Alexander Bay en Afrique du Sud sur la rive australe. Les deux villes ont été fondées au début du XXe siècle pour l'exploitation des mines de diamant.


Cette image a été prise le 4 juillet 2011 par la caméra Meris (Medium Resolution Imaging Spectrometer)
d'Envisat en mode « pleine résolution ».
© Esa
Source: ESA, le 22 août 2011 à 15h28
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/terre-3/d/la-terre-vue-de-lespace-gemmes-africaines_32844/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: DANS L’OEIL DU SATELLITE ENVISAT....   Dim 4 Sep 2011 - 22:43

Eté fleuri

L’efflorescence du phytoplancton sur l'image prise par le satellite Envisat s’étire en travers de la mer de Barents, au large des côtes du point le plus septentrional de l’Europe continentale, le cap Nord.

Le satellite de l'Esa propose une image de la partie méridionale de la mer de Barents. Cette mer peu profonde - 230m en moyenne - qui s’étend sur le plateau continental, reste largement libre de glaces grâce au courant chaud de la dérive nord-atlantique. Cela contribue à son fort niveau de production biologique comparativement à d’autres océans de latitudes similaires.

Le phytoplancton dérivant met en évidence les tourbillons des courants océaniques en de spectaculaires spirales bleues et vertes. Ces organismes microscopiques qui flottent à la surface des mers et des océans ou à proximité de celles-ci ont été surnommés « l’herbe de la mer » car ils forment la base de la pyramide alimentaire marine. Ces organismes simples jouent également un rôle similaire aux plantes vertes terrestres dans le processus de photosynthèse. Ils sont ainsi capables de convertir des composés inorganiques comme l’eau, l’azote et le carbone en matériaux organiques complexes.

Grâce à cette capacité à recycler ces composés, on estime que le phytoplancton absorbe autant de dioxyde de carbone de l’atmosphère que ses cousins terrestres, ce qui lui confère une très grande influence sur le climat. Il est aussi sensible aux changements climatiques, c’est pourquoi il est important de surveiller et de modéliser le phytoplancton dans les calculs sur l’évolution future du climat. Bien que la plupart des espèces composant le phytoplancton soient individuellement microscopiques, la chlorophylle qu’ils utilisent collectivement pour la photosynthèse colore les eaux avoisinantes. Cela permet de détecter ces organismes minuscules depuis l’espace.


Grâce à son capteur dédié aux « couleurs océaniques », la caméra Meris (Medium Resolution Imaging Spectrometer)
d’Envisat a pris cette image le 17 août 2011.
© Esa
Source: ESA, le 3 septembre 2011 à 12h30
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/climatologie-1/d/la-terre-vue-de-lespace-ete-fleuri_33189/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: DANS L’OEIL DU SATELLITE ENVISAT....   Ven 14 Oct 2011 - 9:39

L'ouragan Irène

Cette semaine, nous regardons deux images, prises simultanément par deux instruments différents à bord du satellite Envisat, nous dévoilant l’ouragan Irène, qui a frappé la côte est des États-Unis la semaine dernière.

La première image, en noir et blanc, provient du radar du satellite Envisat de l'Esa et couvre les zones côtières de la Caroline du Nord, la Virginie, le Maryland et le Delaware. Le radar permet d’obtenir une vue inhabituelle de l’ouragan Irène en nous montrant la surface agitée de l’océan à travers les nuages. Au centre de l’image, une tache sombre est visible là où l’œil de l’ouragan est passé sur le chapelet d’îles des Outer Banks en Caroline du Nord. Cette zone de calme relatif au centre de l’ouragan est visible au radar car les eaux calmes se traduisent par une surface plus lisse de la mer qui apparaît plus sombre. La structure de l’ouragan au-dessus de l’océan Atlantique se dessine clairement: les zones claires indiquent les zones de mer agitée tandis que les zones sombres indiquent des eaux plus calmes. Elles peuvent également être causées par d’importantes précipitations qui atténuent le signal radar.

La seconde image provient de la caméra Meris (Medium Resolution Imaging Spectrometer) d’Envisat et montre la structure cyclonique en spirale de la couverture nuageuse de l’ouragan. Les deux images ont été prises à 11h15, heure locale (15h15 TU) le 27 août. L’ouragan Irène a ravagé les régions côtières tout en se dirigeant vers le nord, laissant derrière lui des douzaines de victimes et des milliards de dollars de dégâts.


Deux images pour un même ouragan, Irène.
© Esa
* Esa

Source: ESA, le 9 septembre 2011 à 08h39
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/climatologie-1/d/la-terre-vue-de-lespace-louragan-irene_33300/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: DANS L’OEIL DU SATELLITE ENVISAT....   Dim 16 Oct 2011 - 16:35

Mini-calotte polaire arctique

Jamais, depuis que des mesures sont réalisées, la calotte polaire nord de la Terre n'a été aussi réduite. Le 11 septembre 2011, sous l'œil du satellite Envisat, les scientifiques découvraient l'étendue de glace (en bleu) la plus petite depuis les années 1970.

Seule l'année 2007 avait montré un recul des glaces aussi important à la même saison. Certaines équipes de scientifiques considèrent que la banquise de 2011 n'est pas aussi petite que celle de 2007. D'autres estiment que ce record est battu. Dans tous les cas, cela signifie que le minimum n'est pas loin !


Le satellite Envisat révèle un calotte polaire boréale (en bleu) la plus petite depuis le début de ce type d’observations, dans les années 1970.
Crédit: ESA
Cette récession s'inscrit dans une tendance générale. En 1980, la surface minimale de la calotte arctique atteignait 7,5 millions de km2. Cette fois, ont est proche des 4 millions de km2... Pour les chercheurs, nul doute que ce recul spectaculaire découle du réchauffement climatique.

Actuellement, un autre satellite de l'ESA, Cryosat, mesure l'évolution de l'épaisseur de la banquise. Ses résultats permettront de mieux préciser la tendance dans les prochaines décennies.

Philippe Henarejos, le 14 septembre 2011
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/7788

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: DANS L’OEIL DU SATELLITE ENVISAT....   Sam 5 Nov 2011 - 14:03

L'île Spitzberg

Spitzberg, la plus grande île norvégienne, est au cœur d'une image étonnante prise par le satellite Envisat de l'Esa.

Le satellite de l'Esa, Envisat, nous offre aujourd'hui l'image de l'île Spitzberg, prise par le radar Asar. Située en bordure de l'océan glacial Arctique au nord et de la mer du Groenland à l'ouest, Spitzberg est la plus grande île de l'archipel de Svalbard et la seule à être habitée en permanence. L'île compte de nombreux glaciers, des montagnes et des fjords qui sont de longues vallées immergées résultant de l'activité glaciaire. En raison de sa haute latitude, la température moyenne à Spitzberg oscille entre 4°C et 6°C en été, tandis qu'en hiver elle tombe à environ -20°C.

Toutefois, la dérive nord-atlantique lui confère des températures bien plus douces que d'autres régions situées à la même latitude. Des renards arctiques, des rennes et des ours polaires habitent les terres tandis que les eaux avoisinantes abritent des baleines, des dauphins et des morses.


Cette image de l'île Spitzberg a été prise le 6 septembre par la radar Asar (Advanced Synthetic Aperture Radar) d'Envisat.
© Esa
* Esa

Source: ESA, le 15 octobre 2011
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/terre-3/d/la-terre-vue-de-lespace-lile-spitzberg_33911/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: DANS L’OEIL DU SATELLITE ENVISAT....   Jeu 10 Nov 2011 - 0:06

Canaries volcaniques

L'archipel subtropical des Canaries, au large de l'Afrique de l'Ouest, est visible sur une superbe image prise par le satellite Envisat.

Le climat agréable et les plages des îles Canaries attirent plus de 12 millions de visiteurs chaque année. Certains de ces vacanciers étaient probablement à bord des avions qui ont laissé ces traînées de condensation bien visibles au nord, sur le bleu profond des eaux de l'Atlantique. Comme l'archipel se situe à grande distance des zones de forte pollution lumineuse créée par exemple par de grandes agglomérations, c'est un site idéal pour les observations astronomiques.

L'île de La Palma abrite ainsi l'Observatoire de Roque de los Muchachos et son Gran Tecan tandis que l'observatoire Teide est situé sur l'île voisine de Tenerife. C'est également sur Tenerife que se trouve le troisième plus grand volcan du globe, le Pic du Teide. Les similitudes environnementales et géologiques entre le Parc national de Teide et la planète Mars ont fait de cette région une zone d'essais pour les instruments destinés à faire le voyage vers la Planète rouge.

La semaine dernière, une éruption volcanique sous-marine au large de la côte sud de l'île de Hierro (dans le coin inférieur gauche de l'image) a poussé les autorités à évacuer des centaines de personnes de la plus petite des îles Canaries. À droite sont visibles les étendues désertiques dépourvues de relief du Maroc et du Sahara occidental. L'archipel portugais de Madère apparaît pour sa part en haut à gauche sur cette image proposée par l'Esa.


Cette image des îles Canaries a été prise le 8 septembre 2011 par la caméra Meris (Medium Resolution Imaging Spectrometer) du satellite Envisat.
© Esa
* Esa

Source: ESA, le 22 octobre 2011
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/terre-3/d/la-terre-vue-de-lespace-canaries-volcaniques_34098/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: DANS L’OEIL DU SATELLITE ENVISAT....   Mer 16 Nov 2011 - 20:00

Les îles de la mer Egée

Le satellite Envisat nous propose cette semaine une image dominée par la Crète, cette île allongée qui sépare la mer Egée de la mer de Libye en Méditerranée orientale.

La plus grande et la plus peuplée des îles grecques, la Crète, comporte de nombreuses plages, des plateaux fertiles, des grottes et des massifs montagneux. Situé au centre de l’île, le Mont Psiloritis (également connu sous le nom de Mont Ida) culmine au-dessus des autres sommets à 2.454m. Selon la mythologie grecque, Zeus, le dieu du ciel et de la foudre, serait né dans une grotte à son pied. En haut de l’image on peut apercevoir les îles les plus méridionales de l’archipel des Cyclades, en particulier Milos, Ios, Anafi et Santorin. Alors que la plupart de ces îles sont les sommets d’un massif montagneux immergé, Milos et Santorin - les deux îles en forme de C inversé - sont d’origine volcanique.

Cette image de l'Esa a été créée à partir de trois passages du radar Asar (Advanced Synthetic Aperture Radar) d’Envisat les 11 décembre 2010, 10 janvier 2011 et 11 mars 2011. Une couleur a été assignée à chaque passage (rouge, vert et bleu) puis ceux-ci ont été combinés pour produire cette représentation. Les couleurs visibles à l’image révèlent les changements intervenus à la surface entre les passages d’Envisat.


Les îles de la mer Egée photographiées par le satellite Envisat.
© ESA
* Esa

Source: ESA, le 5 novembre 2011
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/terre-3/d/la-terre-vue-de-lespace-les-iles-de-la-mer-egee_34434/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: DANS L’OEIL DU SATELLITE ENVISAT....   Mer 23 Nov 2011 - 19:16

Un nouveau « point chaud » aux Canaries

Un volcan sous-marin en activité, au large de la côte méridionale de l’île de Hierro, dans l’archipel des Canaries, est visible sur cette image prise par Envisat.

Les émanations du volcan ont décoloré les eaux avoisinantes et les boues ont atteint les rivages de l’île de Hierro. Les habitants de l’île ressentent également des secousses fréquentes - qui peuvent survenir plusieurs fois par jour - et ont rapporté voir des poissons morts flottant à la surface de la mer. Ils sont également signalé avoir été témoins d’explosions au large, avec des rejets à plusieurs mètres au dessus du niveau de la mer. Le risque que des gaz toxiques puissent être rejetés par un volcan sous-marin a poussé les autorités à interdire certaines plages de l’île.

L’archipel volcanique des Canaries a été formé par le « point chaud des Canaries » et comporte sept îles principales - dont plusieurs sont visibles à l’image - et quelques îlots plus petits.


Volcan sous-marin des Canaries. Cette image a été prise le 9 novembre 2011 par
la caméra MERIS (Medium Resolution Imaging Spectrometer) d’Envisat.
Credits: ESA
Le 18 novembre 2011
Source Esa: http://www.esa.int/esaCP/SEMX50ZW5VG_France_0.html

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DANS L’OEIL DU SATELLITE ENVISAT....   

Revenir en haut Aller en bas
 
DANS L’OEIL DU SATELLITE ENVISAT....
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» "O&P": dans l'oeil du paradoxe
» [Butcher, Jim] Dresden Files - Tome 1: Dans l'oeil du cyclone
» [Chesbro, Georges] Hémorragie dans l'oeil du cyclone mental
» une coquetterie dans l'oeil
» INSÉRER UNE IMAGE DANS L'IRIS DE L'OEIL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PASSION RADIO et PHOTOS :: INFOS ( ***** ici on parle technique , on donne des infos , etc ... ********* ) :: DIVERS :: Le coin des Astronomes-
Sauter vers: