AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 ASTROPHOTOGRAPHIE…Une passion…

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: ASTROPHOTOGRAPHIE…Une passion…   Mar 7 Déc 2010 - 0:51

Time-lapse: Recréez le mouvement du ciel en vidéo

Si vous avez toujours voulu filmer le ciel de nuit sans savoir comment faire, plongez-vous dans le numéro de juin de "Ciel & Espace". Nous vous expliquons pas à pas comment réaliser à partir d'une série de photos ces petites animations appelées time-lapses (voir l'article ''accéléré'' sur wikipedia).


La rotation du ciel au-dessus du télescope Canada-France-Hawaï.
Crédit: Jean-Charles Cuillandre.
Pour obtenir ces films célestes, il vous suffit de disposer d'un reflex numérique, installé sur un pied photo, et d'un déclencheur à fil. Le reste n'est qu'affaire de traitement d'images, facilement réalisable grâce au logiciel gratuit Virtualdub, et au codec Xvid Mpeg4.

Dans l'article, une séquence d'images montrant la Lune se couchant sur la coupole du télescope de 1 m du Pic du Midi est utilisée en exemple. Elle résulte du montage de 400 photos de 30 secondes prises avec un objectif de 11 mm ouvert à 2,8, le 28 janvier 2010. Voici le résultat une fois la vidéo montée ci-dessous, ou directement sur You Tube.

En vous appuyant sur les conseils avisés de Stéphane Guisard et Jean-Charles Cuillandre, vous deviendrez peut-être vous aussi des spécialistes de cette technique simple. Si vous souhaitez partager vos vidéos et échanger sur le sujet, rendez-vous sur le forum de Ciel et Espace. Article édité le 21 mai, pour ajouter le lien direct vers le codec Xvid Mpeg4.

JL Dauvergne, le 2 juin 2010
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/evenement/5351_recreez-le-mouvement-du-ciel-en-video

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: ASTROPHOTOGRAPHIE…Une passion…   Mar 7 Déc 2010 - 0:53

Ils photographient le ciel au Very Large Telescope

Astronomes ou ingénieurs, ils profitent de travailler sous le meilleur ciel du monde pour s'adonner à leur passion de la photographie. Les trois protagonistes de ce vidéocast, diffusé par l'Observatoire Européen Austral (ESO), sont l'astronome Yuri Beletsky, l'ingénieur responsable de l'optique Stéphane Guisard, et l'ingénieur responsable de l'électronique Gerg Hüdepohl.

Tous trois travaillent au Chili, à l'observatoire européen du Cerro Paranal, où est installé le Very Large Telescope. Deux d'entre eux sont d'ailleurs des habitués des colonnes de Ciel & Espace, puisque nous avons consacré un cahier photo à Gerg Hüdepohl, en septembre 2007 (C&E n°448).


Stéphane Guisard est en pleine préparation d'une séance d'astrophotographie, installé devant la "Residencia", où loge
le personnel de l'observatoire. On distingue à l'arrière-plan les quatre coupoles principales du VLT.
Crédit: ESO.
Stéphane Guisard, quant à lui, est notamment arrivé plusieurs fois en tête du challenge photo mensuel de notre site sur les thèmes "Filé d'étoiles", "Votre plus belle photo de constellation" et "La constellation d'Orion". Dans la vidéo "Photographers of the Night", vous découvrirez ces photographes dans leur environnement au cœur du désert et sur leur lieu de travail (durée: 10 min).

Ce document montre, entre autres, des films du ciel réalisés par la technique « time-lapse ». Celle-ci consiste à enchaîner des prises de vue à intervalles réguliers. Celles-ci sont ensuite montées en film pour accélérer le mouvement. Si vous souhaitez vous y essayer, nous vous recommandons de lire notre article « Mettez le ciel en mouvement », paru en juin 2010 (C&E n°481).

JL Dauvergne, le 19 juillet 2010
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/evenement/5588_ils-photographient-le-ciel-au-very-large-telescope

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: ASTROPHOTOGRAPHIE…Une passion…   Mar 7 Déc 2010 - 0:54

Le Very Large Telescope filmé en 3D

En lien avec le numéro 3D de novembre de Ciel et Espace (en kiosque jusqu'à la fin de l'année), nous vous proposons une vidéo exceptionelle montrant le plus grand observatoire européen, de nuit et en relief.

Accélérer le mouvement du ciel
Responsable de l'optique du Very Large Telescope au Chili, Stéphane Guisard est passé maître dans l'art du time lapse. Cette technique à la mode que nous vous présentions dans le numéro de juin de Ciel et Espace, consiste à accélérer le mouvement du ciel en montant un film à partir de photos prises à intervalles réguliers.


Le film de Stéphane Guisard est une prouesse technique: deux appareils photos fonctionnant simultanément
sont nécéssaires pour filmer le ciel de nuit en 3D.
Crédit: Stéphane Guisard.
De la 2D vers la 3D
Non content de maîtriser parfaitement cette technique, Stéphane Guisard l'a poussée ici dans ses retranchements en réalisant un film 3D ! L'effet est d'autant plus marquant que que le matériel était installé cette nuit là sur un système rotatif. Pour obtenir ce résultat exceptionnel, Stépane Guisard a utilisé simultanément deux séries de photos, prises avec deux reflex numériques montés en parallèle. Chacun était équipé du même objectif.

Pour recréer l'impression de relief, il a ensuite mis à profit la technique des anaglyphes, dont le principe est expliqué dans notre numéro de novembre. A ce propos vous pouvez également écouter le podcast enregistré avec l'astrophotographe Cyril Birnbaum.

A vos lunettes !
Pour restituer le relief de la vidéo de Stéphane Guisard vous devrez utiliser les lunettes 3D fournies avec notre numéro de novembre. A défaut, il est également possible de voir la vidéo en taille réduite sans lunettes, en suivant les recommandations que donne l'auteur sur sa page web « 8 Telescopes in action at Paranal observatory ».

JL Dauvergne, le 4 décembre 2010
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/6401

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: ASTROPHOTOGRAPHIE…Une passion…   Dim 30 Jan 2011 - 19:24

Les halos lunaires hivernaux

Que font les astrophotographes quand le lampadaire lunaire les empêche de photographier les étoiles ? Ils traquent les halos, ces couronnes lumineuses qui encerclent notre satellite naturel.

Pour profiter des beautés célestes, il est indispensable de disposer du ciel le plus noir possible. S'il est relativement aisé de s'échapper de la pollution lumineuse générée par les villes et d'aller se réfugier dans un petit coin de campagne, il est par contre impossible d'échapper plusieurs nuits par mois à la présence envahissante de la Lune. La gêne provoquée par notre satellite est alors proportionnelle à sa phase et à sa hauteur dans le ciel. Pour les amateurs d'imagerie astronomique, il reste la possibilité en cette période de l'année de surveiller l'apparition de jolis halos.


Halo lunaire.
© A. Mikalsen
Du froid, mais pas seulement
Pour se former, les halos nécessitent la présence de nuages fins élevés, des cirrus ou des cirrostratus qui se trouvent dans les plus hautes couches de la troposphère (jusqu'à 50 kilomètres d'altitude), là où la température est inférieure à -15°C. Ces nuages sont composés de très grandes quantités de cristaux de glace ayant une forme hexagonale allongée.

Lorsque la lumière pénètre par une des faces, elle ressort par une autre selon un angle précis, généralement 22°, produisant un petit halo de 22° de rayon autour de la lune. C'est généralement celui qu'on observe (c'est le cas pour toutes les images de cet article) mais il existe également des grands halos de 46°.


Halo lunaire.
© R. Rosenberg
La source de lumière à l'origine du halo peut être la Lune ou le Soleil, mais les halos solaires sont en général plus difficiles à détecter en raison de la luminosité du ciel diurne. En principe les cristaux de glace formés dans les nuages de haute altitude ne devraient pas donner de précipitations. Il fait en effet trop froid pour qu'ils trouvent de la vapeur d'eau et s'alourdissent en l'absorbant.

Mais la situation change si les cristaux rencontrent un nuage plus chaud: ils peuvent alors donner de la pluie ou de la neige. Voilà qui pourrait expliquer le vieux dicton « lune cerclée, pluie assurée ». Pour vous faire votre propre opinion, il ne vous reste plus qu'à surveiller les halos lunaires...


Un halo lunaire accompagné d'une légère aurore boréale verte.
© Hakon Iversen
Par Jean-Baptiste Feldmann, Futura-Sciences, le 26 janvier 2011 à 08h25
Source Actualité Futura-Sciences:
http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/meteorologie-1/d/en-images-les-halos-lunaires-hivernaux_27517/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX



Dernière édition par tanka le Mar 29 Mar 2011 - 18:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: ASTROPHOTOGRAPHIE…Une passion…   Dim 30 Jan 2011 - 19:31

24h de mouvements célestes en une seule photo

L'astrophotographe grec Chris Kotsiopoulos a choisi le cadre du temple de Poséidon, à 45 km au sud-est d'Athènes, pour réaliser cette photo originale montrant le mouvement des astres sur 24 heures. Il s'agit d'un panorama à 360° projeté sous la forme de miniplanète.


24 heures au temple de Poséidon (celui-ci est visible à l'horizon, au loin, à 8h environ).
Crédit: Chris Kotsiopoulos.
Trente heures sur place pour une photo
Tout a commencé le 30 décembre 2010 avant le lever du jour pour l'installation. Chris Kotsiopoulos a photographié le Soleil tous les quarts d'heure avec un filtre solaire, sauf au moment où celui-ci culmine, afin d'avoir une photo du paysage. Au crépuscule, il a enregistré plusieurs images à l'ouest et le nord-ouest pour obtenir une transition douce avec la nuit.

En début de nuit, il a d'abord enregistré un filé d'étoiles de 30 minutes vers le nord-ouest, puis un autre vers le nord pendant 11 heures, et enfin une série de 30 minutes, mais cette fois-ci vers le nord-est, en fin de nuit. À l'aube, il enregistre une série d'images vers l'est et le nord-est pour assurer la transition jour-nuit.

Ce dur labeur n'est pas encore fini, car Chris Kotsiopoulos est obligé d'attendre le retour du Soleil. En effet, le matin précédent, des nuages ont contrarié la prise de vue pendant les premières heures...

En tout, près de 600 photos ont été prises. Leur traitement et leur assemblage ont nécessité 12 heures. Une version légendée est visible sur le site Earth Science Picture of the Day. Beau travail !

JL Dauvergne, le 27 janvier 2011
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/6658

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX



Dernière édition par tanka le Mar 29 Mar 2011 - 18:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: ASTROPHOTOGRAPHIE…Une passion…   Dim 27 Fév 2011 - 20:54

Le ciel des Mayas filmé à Tikal

Stéphane Guisard a photographié et filmé le ciel de nuit au pied d'un des plus grands temples guatémaltèques. Responsable de l'optique du Very Large Telescope, au Chili, l'astrophotographe s'est rendu au site archéologique de Tikal, un des plus grands centres urbains de la civilisation maya, situé au nord du Guatemala.


Photo circumpolaire du ciel guatémaltèque, au-dessus du site archéologique de Tikal.
Crédit: Stéphane Guisard.
Un site très protégé
Il a été difficile de se rendre sur ce site très protégé, inscrit au patrimoine mondial par l'Unesco. En effet, son accès est interdit au public la nuit. Après s'être procuré les autorisations nécessaires, Stéphane Guisard est allé photographier le ciel au-dessus des temples précolombiens. Cette photo circumpolaire (ci-contre) donne une belle image du ciel, mais aussi une vue époustouflante du site. Sur la photographie ci-dessous, vous reconnaîtrez la constellation d'Orion, au-dessus du sommet du temple.


Le temple Tikal, photographié par Stéphane Guisard
Un time-lapse du ciel maya
De ses images, Stéphane Guisard a tiré la vidéo ci-dessous, auquel il a ajouté les bruits de la jungle. Le lieu est fréquenté par des animaux sauvages comme le jaguar et les singes hurleurs, ou encore le dangereux crotale fer de lance.


Pour réaliser une telle vidéo, Stéphane Guisard a utilisé la technique du time-lapse, dont le principe est détaillé dans le Ciel & Espace de juin 2010.

Raphaëlle Tilliette, le 28 janvier 2011
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/6662

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX



Dernière édition par tanka le Mar 29 Mar 2011 - 18:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: ASTROPHOTOGRAPHIE…Une passion…   Dim 27 Fév 2011 - 21:50

Cercle irisé à l’observatoire de La Palma

Souvent, la brume s'accumule dans l'immense caldeira de Taburiente, sur l'île de La Palma, aux Canaries. Au sommet, est implanté l'observatoire du Roque de los Muchachos, où se trouve le GTC, le plus grand télescope du monde (10,4 m).


Plus qu'un arc-en-ciel, un cercle irisé complet au-dessus de l'observatoire de La Palma.
Crédit: Capella-Observatory/C&E Photos
C'est de ce sommet volcanique vertigineux que les photographes Rainer Sparenberg et Stefan Binnewies ont réussi le 10 octobre 2010 cet extraordinaire cliché.
En tournant le dos au Soleil, ils ont saisi non pas un arc-en-ciel mais un cercle irisé complet, formé par les fines gouttelettes d'eau qui composent la brume.

Sur la gauche, la coupole argentée du Nordic Optical Telescope, un réflecteur danois de 2,5 m de diamètre est visible. Et juste à gauche du cercle, on devine celle du télescope de 4,2 m William Herschel. Du 20 au 25 juin 2011, cet observatoire accueillera, en même temps que celui du Teide à Ténérife, le festival d'astronomie et de musique Starmus.

Philippe Henarejos, le 22 février 2011.
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/6806

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX



Dernière édition par tanka le Mar 29 Mar 2011 - 18:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ulysse44
Fondateur du forum
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7075
Age : 51
Localisation : Nantes
Loisirs : la radio ; la photo
Points : 1282
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: Re: ASTROPHOTOGRAPHIE…Une passion…   Lun 28 Fév 2011 - 20:54

bravo tanka !

_________________
-
SONY ALPHA100 / Objectif MINOLTA 18-70 AF-DT + SIGMA 70-300mm F4-5,6 DG APO Macro
Sony a200 + 70-200mm F2,8 II DG MACRO APO EX HSM SIGMA

Ce que j'aime dans la photo, c'est qu'il n'y a rien de définitif. La meilleure photo c'est celle qui reste à faire.

ULYSSE44
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://passion-radio.forumactif.com/
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: ASTROPHOTOGRAPHIE…Une passion…   Mar 22 Mar 2011 - 19:49

la galaxie du Tournesol

Nous repartons dans le monde des galaxies avec cette nouvelle image que nous propose un astrophotographe de notre forum d'astronomie. Voici Messier 63, la galaxie du Tournesol.

  • Retrouvez toutes les images de galaxies >>
À un peu moins de 40 millions d'années-lumière, la galaxie spirale du Tournesol est observable dans la constellation des Chiens de Chasse, une petite constellation qui abrite pourtant un amas globulaire et quatre autres galaxies, dont la tumultueuse M 106. Pour la galaxie du Tournesol, sa magnitude de 8,6 et sa taille apparente de 10 x 6 minutes d'arc la rendent accessible à tout astronome amateur équipé d'un télescope d'une quinzaine de centimètres de diamètre. La galaxie fut découverte en 1779 par Pierre Méchain et incluse un peu plus tard par Charles Messier dans son célèbre catalogue. Bien qu'elle en soit éloignée de 6 degrés, M 63 semble liée gravitationnellement à M 51, la superbe galaxie du Tourbillon que le télescope spatial Hubble nous a révélé dernièrement dans le visible et l'infrarouge.

Une spirale tranquille
Avec 100.000 années-lumière de diamètre, M 63 ressemble beaucoup à notre Voie lactée. Les images fournies par les grands télescopes terrestres révèlent un noyau central jaune composé d'étoiles vieillissantes alors que les bras spiraux sont riches en jeunes étoiles bleues dont l'éclat se réfléchit sur de vastes nuages de poussière. Des nébuleuses roses trahissent la présence d'hydrogène ionisé. Des photographies longues poses ont révélé autour de M 63 la présence de traînées d'étoiles qui pourraient résulter d'anciennes interactions gravitationnelles avec d'autres univers-îles. Un tel spectacle s'observe également autour de notre propre galaxie avec la boucle de Arp, une arche de poussière qu'on attribuait par erreur à la galaxie M 81 et qui rappelle des collisions galactiques passées.

À part cela M 63 fait peu parler d'elle : elle a connu la célébrité en 1971 quand une supernova s'est mise à briller dans un de ses bras spiraux avec une magnitude de 11,8. Joseph Mordelet a cumulé 32 minutes de poses avec un appareil photo numérique et un télescope de 20 centimètres de diamètre pour révéler la structure spiralée de M 63.

À propos de Joseph Mordelet
À 38 ans cet astronome amateur ne compte plus les années d'astronomie, un virus qu'il a attrapé enfant. Il profite du joli ciel de Mézel, un village situé dans les Alpes de Haute-Provence, pour admirer et photographier la voûte céleste. Membre assidu de notre forum d'astronomie (son pseudo est bulb), il nous fait partager sa passion à travers sa galerie photos.

Si vous aussi vous souhaitez nous proposer une image astronomique destinée à illustrer cette rubrique, il vous suffit de suivre nos consignes.


M 63 la galaxie du Tournesol.
© J. Mordelet
Par J-B Feldmann, Futura-Sciences, le 20 mars 2011 à 10h29
Source Actualité Futura-Sciences:
http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronomie/d/astrophotographie-la-galaxie-du-tournesol_28842/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX



Dernière édition par tanka le Mar 5 Avr 2011 - 20:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: ASTROPHOTOGRAPHIE…Une passion…   Mar 29 Mar 2011 - 19:27

Une nuit de tests pour les télescopes d’ALMA

L'astrophotographe José Fransisco Salgado a filmé trois des premiers télescopes millimétriques fonctionnels de l'observatoire Alma pendant toute une nuit.

Une future forêt de radiotélescopes
Installé à 5000 mètres d'altitude sur le plateau de Chajnantor, au Chili, l'Atacama Large Millimeter Array (Alma) est en construction. Une fois terminé, il comptera 66 à 80 télescopes spécialisés dans l'observation du ciel à des longueurs d'onde millimétriques.


La Lune se couche derrière les radiotélescopes d'ALMA.
Crédit: ESO/José Francisco Salgado.
Ce projet à 1 milliard d'euros est le fruit d'une collaboration internationale entre l'Europe, les États-Unis, le Japon et le Chili. Reliés entre eux par interférométrie, ces radiotélescopes vont notamment étudier les galaxies primordiales et la formation des étoiles.

Un test grandeur réelle
Alors que trois des premiers télescopes sont en phase de test, d'autres sont en cours d'assemblage ou en maintenance dans les ateliers situés à 2900 mètres d'altitude, comme le montre cette vue panoramique du 17 décembre 2010 (Crédit ESO). Cette phase d'évaluation entamée début 2010 se poursuit afin de vérifier les spécifications exigeantes imposées aux constructeurs.


Alma le 17 décembre 2010.
Crédit ESO
Chaque télescope doit notamment pointer avec une précision de 2", ce qui équivaut à viser depuis Paris une balle de golf située à Khartoum (Soudan). La précision de suivi des objets est encore plus pointue puisque l'axe de visée des instruments ne doit pas dévier de plus de 0,6''. Cet angle correspond à celui représenté par une balle de golf située à Darwin, en Australie, vue depuis Paris. Ces exigences permettent de parfaitement synchroniser les télescopes sur la même cible des heures durant, comme le montre le time-lapse de José Fransisco Salgado:


Dans cette vidéo accélérée, enregistrée sur toute une nuit, on note le passage des véhicules des patrouilles de sécurité. La lumière des phares ne perturbe guère les télescopes sensibles uniquement à des rayonnements micro-onde (au-delà de l'infrarouge). La Voie lactée, visible au-dessus d'eux en début de nuit, laisse ensuite place aux Nuages de Magellan.

Le contre-champ
Un autre film, enregistré simultanément sous un angle différent, montre la Lune en train de se coucher derrière les télescopes en début de nuit. En fin de nuit, c'est au tour du centre de la Voie lactée de venir plonger derrière les paraboles de 12 m de diamètre.


JL Dauvergne, le 25 février 2011
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/6858
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: ASTROPHOTOGRAPHIE…Une passion…   Mar 29 Mar 2011 - 19:30

Premier quartier de Lune

Nous poursuivons notre découverte des images réalisées par des astrophotographes amateurs avec aujourd'hui la vision d'une moitié de notre satellite naturel.
  • Retrouvez toutes les photos de Lune >>
C'est un sujet de prédilection pour tous les astronomes amateurs. La Lune, avec son éclat et sa taille apparente importante est le passage obligé de tous ceux qui débutent en astronomie. Il faut dire que déjà à l'œil nu elle nous montre ses phases, avec parfois la beauté d'une lumière cendrée, et ses différences de teintes: blanc pour les cratères, noir pour les fausses mers qui sont en fait de vastes plaines de lave refroidie. La Lune peut aussi se donner en spectacle et changer de couleur au cours d'une de ses éclipses comme ce fut le 21 décembre dernier, ou s'interposer pour nous masquer le Soleil. En hiver la lumière de notre satellite naturel peut même provoquer de beaux halos en étant réfractée par des cristaux de glace dans les nuages.

On disait la Lune astre mort car les dernières coulées de magma ont cessé il y a 700 millions d'années, mais sa surface peut encore être modifiée par des impacts météoritiques. La découverte d'eau a relancé l'exploration de notre satellite qui pourrait reprendre aux alentours de 2025.

Profusion de cratères
Si vous pointez une paire de jumelles en direction de la Lune, vous remarquerez que de nombreux cratères parsèment la surface. Leur nombre devient de plus en plus important au fur et à mesure que vous grossissez la vision. Une petite lunette en révèle déjà des milliers de toutes tailles, les plus conséquents dépassant 200 kilomètres de diamètre. C'est l'absence d'atmosphère et d'érosion qui est à l'origine de cette intense cratérisation. Mais la surface lunaire révèle aussi des structures géologiques liées à l'activité volcanique qu'a connues notre satellite. Chaînes de montagnes, failles et plissements témoignent de mouvements tectoniques lors des impacts majeurs et au moment du remplissage des grands bassins par de la lave très fluide. Vous retrouverez toutes ces formations géologiques sur l'image ci-dessous réalisée le mois dernier par Moïse Flückiger avec un télescope de 15 centimètres de diamètre. Les cratères les plus brillants sont les plus jeunes, parfois auréolés de projection de matériau en étoile.

À propos de Moïse Flückiger
Cet astronome amateur suisse fréquente notre forum d'astronomie sous le pseudo de BE astr. Il utilise son télescope de 150 millimètres de diamètre principalement pour faire de l'imagerie planétaire avec une caméra PL1M.


Premier quartier de Lune.
© Moïse Flückiger
Le 12 mars 2011 à 10h24
Source Actualité Futura-Sciences:
http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronomie/d/astrophotographie-premier-quartier-de-lune_28658/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: ASTROPHOTOGRAPHIE…Une passion…   Mar 29 Mar 2011 - 19:48

Saturne dans un petit télescope

Nous poursuivons notre présentation d'images d'amateurs. Aujourd'hui il s'agit de montrer comment la planète Saturne se révèle dans un instrument astronomique modeste.
  • Découvrez les images de Saturne >>
À l'origine de beaucoup de vocations d'astronomes, Saturne est un monde merveilleux qui a la particularité de présenter un spectaculaire ensemble d'anneaux. D'autres planètes comme Jupiter, Uranus ou Neptune sont entourées d'anneaux mais beaucoup plus ténus et bien difficiles (voire impossibles) à observer depuis la Terre. Aucune de ces géantes gazeuses n'offre un spectacle équivalent à Saturne dont la particularité était déjà perceptible dans la modeste lunette de Galilée, même si le savant italien n'en compris pas l'origine, ce que su faire quelques années plus tard l'astronome hollandais Christiaan Huygens.

Dans le moindre instrument astronomique, Saturne offre une étonnante vision. Le diamètre imposant de la géante gazeuse (120.000 kilomètres) compense sa distance (1,3 milliard de kilomètres en moyenne) ce qui nous permet d'admirer la sixième planète du Système solaire avec une taille apparente de 15 à 20 secondes d'arc et une magnitude proche de 0 lorsqu'elle est à l'opposition. Pour autant l'observation des anneaux n'est pas toujours facile avec un petit instrument: l'inclinaison du plan des anneaux change au fil des années par rapport à la Terre, provoquant régulièrement la fermeture des anneaux. Ces derniers deviennent alors visibles par la tranche comme ce fut le cas à la fin de l'année 2008. Si cette dernière configuration est favorable à la recherche de nouveaux petits satellites, elle n'arrange par contre pas les affaires des adorateurs d'anneaux qui ne les perçoivent que sous la forme d'un fin tiret, et encore à condition de disposer d'un télescope conséquent.

Depuis 2009 l'inclinaison du plan des anneaux augmente à nouveau (le prochain maximum sera atteint en 2016), comme en témoigne l'image ci-dessous réalisée en février dernier par Jordan Blanchard avec un télescope de seulement 13 centimètres de diamètre et un appareil photo numérique. La géante aux anneaux est actuellement observable toute la nuit dans la constellation de la Vierge (l'opposition de la planète se produira début avril) et vous pouvez la repérer en vous aidant des cartes disponibles dans nos éphémérides.

À propos de Jordan Blanchard
Installé sur l'île de Saint-Barthélémy au nord des Antilles, ce jeune amateur de 23 ans se passionne pour l'astronomie depuis cinq ans. Connu sur notre forum d'astronomie sous le pseudo de Chyneuze, il nous propose régulièrement de belles images réalisées avec un matériel simple, preuve que l'astronomie reste un loisir abordable !


Saturne photographiée à l'aide d'un petit télescope.
© J. Blanchard
Par Jean-Baptiste Feldmann, Futura-Sciences, le 27 mars 2011 à 13h23
Source Actualité Futura-Sciences:
http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronomie/d/astrophotographie-saturne-dans-un-petit-telescope_29055/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: ASTROPHOTOGRAPHIE…Une passion…   Mar 29 Mar 2011 - 19:50

Arc-en-ciel au clair de Lune

La réunion du Soleil et de la pluie procure l'un des beaux spectacles de la nature: l'arc-en-ciel. Pourtant, cette photo d'Ethan Tweedie montrant un double arc irisé a été prise en pleine nuit... Le secret ? C'est la Lune, et non le Soleil, qui éclaire les gouttes de pluies d'une averse sur le point de se terminer.


Un double arc-en-ciel provoqué par la Lune, à Hawaii.
Crédit: Ethan Twedie
La Lune ne produit pas de lumière, elle réfléchit celle du Soleil. Même si la luminosité qui en résulte est nettement moins intense, en effectuant une pose photographique de quelques secondes, il est possible d'immortaliser un arc-en-ciel nocturne, comme l'a fait Ethan Tweedie sur l'île d'Hawaii où il passe le plus clair de son temps.

Philippe Henarejos, le 29 mars 2011.
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/7010

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: ASTROPHOTOGRAPHIE…Une passion…   Mar 5 Avr 2011 - 21:09

La galaxie spirale Messier 51

La plus photogénique des galaxies a retenu l'attention d'un des astrophotographes de notre forum d'astronomie. M51, la galaxie du Tourbillon. Aux oreilles des astronomes, son nom évoque l'un des plus beaux objets célestes, perdu dans la petite constellation des Chiens de chasse, juste à côté de la Grande Ourse.

M51 est régulièrement présentée sur l'APOD (Astronomy Picture of the Day), une source d'images célestes incontournable où se côtoient les clichés des astronomes professionnels comme ceux des amateurs talentueux. Et quand les scientifiques veulent étrenner un nouvel instrument comme le télescope spatial Herschel, c'est encore cette galaxie qu'ils choisissent. Mais qu'a-t-elle donc de si particulier ?

Un feu d'artifice céleste
Découverte en 1773 par Charles Messier, auteur d'un célèbre catalogue d'objets célestes nébuleux, elle se situe à 37 millions d'années-lumière de nous. Son diamètre apparent est de l'ordre de 10 minutes d'arc et sa magnitude de 8,4 ce qui la rend accessible aux petits télescopes, dans lesquels elle apparaît comme une tache cotonneuse. C'est sous cet aspect que Messier a vu la galaxie avant de lui attribuer la 51e place dans son catalogue conçu pour éviter la confusion avec les comètes. Mais il faut attendre 1781 pour qu'un autre astronome, Pierre Méchain, découvre ce qui allait rendre M 51 si célèbre: l'un de ses bras spiraux est en interaction avec une autre galaxie plus petite, NGC 5195.

En 1845 le riche astronome amateur anglais Lord Rosse vient d'achever la construction du Léviathan de Parsonstown, son gigantesque télescope de 183 centimètres de diamètre dont le miroir est un alliage de cuivre et d'étain. Il l'inaugure en pointant M 51: l'image qu'il découvre lui évoque immanquablement un feu d'artifice chinois tourbillonnant. C'est d'ailleurs le nom de tourbillon qui restera à cet objet céleste dont Lord Rosse réalise la première représentation sous forme d'un dessin.

Depuis les observations et les images n'ont jamais cessé. Dans le domaine visible, M 51 présente l'aspect d'une galaxie spirale vue de face avec des bras spiraux occupés par des nuages d'hydrogène ionisé et des regroupements de jeunes étoiles bleues. Dernièrement le télescope spatial Hubble a observé la galaxie du Tourbillon en infrarouge pour en étudier le squelette poussiéreux, une façon pour les astronomes de mieux comprendre comment les nuages de poussière et de gaz s'effondrent pour donner naissance à de nouvelles étoiles. Pour l'heure l'image que nous vous présentons ci-dessous a été obtenue par Jean-Christophe Baudevin en 1 heure de pose avec un appareil photo numérique et un télescope de 20 centimètres de diamètre.

À propos de Jean-Christophe Baudevin
Passionné d'astronomie et de science en général depuis son plus jeune âge, il a profité de l'Année mondiale de l'astronomie pour s'équiper et se lancer dans l'astrophotographie, venant chercher des conseils sur notre forum d'astronomie (son pseudo est Starshoot).


La galaxier spirale Messier 51.
© J.-C. Baudevin
Par Jean-Baptiste Feldmann, Futura-Sciences, le 3 avril 2011 à 10h32
Source Actualité Futura-Sciences:
http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronomie/d/astrophotographie-la-galaxie-spirale-messier-51_29213/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: ASTROPHOTOGRAPHIE…Une passion…   Mer 13 Avr 2011 - 23:59

Le couple galactique M81-M82

Certains champs stellaires sont particulièrement photogéniques. Celui centré sur les deux galaxies M81 et M82 en est un bel exemple. Le spectacle se déroule dans la constellation de la Grande Ourse, une constellation circumpolaire à nos latitudes, c'est-à-dire dont les étoiles ne se couchent jamais.

C'est là qu'en 1774 l'astronome allemand Johann Elert Bode (1747-1826) découvrit une très belle galaxie spirale, M81, et sa voisine irrégulière M82. Bode, qui fut directeur de l'observatoire de Berlin, laissa son nom à la postérité en faisant connaître en 1772 une loi empirique présentée quelques années plus tôt, dite loi de Titius-Bode. Selon cette loi on peut expliquer les distances des planètes au Soleil par une suite arithmétique. Cette loi connut un vif succès quelques années plus tard avec la découverte d'Uranus en 1781 dont la distance correspondait, mais on se rendit compte en 1846 avec la découverte de Neptune qu'elle ne fonctionnait plus. Aujourd'hui les astronomes restent divisés sur la loi Titius-Bode: pour certains il s'agit d'une simple coïncidence, pour d'autres il faut continuer à en chercher l'explication.

Mais revenons à nos deux galaxies. Messier 81 est une spirale parfaite légèrement inclinée par rapport à nous et dont la taille apparente est de 21x10 minutes d'arc. Avec une magnitude de 6,9 elle pourrait presque se deviner sans instrument sous un excellent ciel.

Un passé tumultueux
Il y a quelques centaines de millions d'années, M 81 a croisé la route d'une autre galaxie, M 82. Cette dernière, d'une magnitude de 8,4 pour une dimension apparente de 9x4 minutes d'arc, a beaucoup souffert de cette rencontre, comme le prouve sa forme tourmentée qui lui vaut le surnom de galaxie du Cigare. Elle est le siège d'une intense activité stellaire avec de violentes explosions de supernovae dont les vents stellaires ont produit une immense bulle magnétique autour de la galaxie ainsi qu'un halo gazeux révélé en 2006 par le télescope spatial infrarouge Spitzer. Messier 81 et 82 ne sont éloignées que de 150.000 années-lumière, encore moins que ce qui nous sépare des Nuages de Magellan. Ce couple galactique pourrait suffire à lui tout seul à combler les observateurs et les astrophotographes. Mais, cerise sur le gâteau, une autre galaxie plus modeste complète le tableau. NGC 3077 se situe à 45 minutes d'arc à l'est de M 81. Comme M 82, NGC 3077 est une galaxie irrégulière qui subit l'attraction de son imposante voisine. Ce beau trio est bien mis en valeur sur l'image que nous vous proposons aujourd'hui. Elle a été obtenue par Maxime Simet en un peu plus d'une heure de poses avec un appareil photo numérique et un télescope de 15 centimètres de diamètre.

À propos de Maxime Simet
Si vous êtes un habitué de nos actualités astronomiques le nom de ce jeune astronome amateur de talent ne vous est pas inconnu. C'est lui qui avait surpris l'ISS pendant son bain de Soleil il y a quelques mois et nous proposait en février une belle image de la célèbre nébuleuse d'Orion. Vous pouvez retrouver l'ensemble de son travail sur son site Internet et sur notre forum d'astronomie.


Le couple galactique M 81 et M 82 est accompagné de NGC 3077.
© Maxime Simet
Par Jean-Baptiste Feldmann, Futura-Sciences, le 10 avril 2011 à 10h30
Source Actualité Futura-Sciences:
http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronomie/d/astrophotographie-le-couple-galactique-m-81-m-82_29302/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: ASTROPHOTOGRAPHIE…Une passion…   Mer 20 Avr 2011 - 0:50

La nébuleuse de la Rosette

Les nébuleuses à émission sont des cibles célestes très prisées des astrophotographes, en raison de leur belle couleur rouge. Voici NGC 2237, également connue sous le nom de nébuleuse de la Rosette.
  • Découvrez les lunettes et télescopes pour observer le ciel >>
La constellation de la Licorne est un bien modeste astérisme dont la plus brillante étoile atteint péniblement la magnitude 3,7. On l'oublierait presque tant sa voisine, la célèbre constellation d'Orion, en impose avec sa forme de sablier et ses diverses nébuleuses dont les plus connues sont M 42 et Barnard 33, l'étonnante Tête de Cheval. Pour repérer la constellation de la Licorne, il suffira de trouver Sirius, la plus brillante étoile du ciel après le Soleil, un phare incontournable logé dans la constellation du Grand Chien, la créature légendaire de la Licorne est la constellation suivante si vous déplacez légèrement votre regard en direction du pôle nord céleste. C'est là que niche notre cible astronomique du jour, la nébuleuse de la Rosette.

NGC 2237 se situe à environ 5.000 années-lumière de nous. Il s'agit d'une nébuleuse à émission, un vaste nuage d'hydrogène ionisé par le rayonnement ultraviolet de jeunes étoiles. Ces dernières sont nées il y a seulement 4 millions d'années et forment un amas ouvert au centre de la nébuleuse, l'amas NGC 2244. Voilà une configuration qui nous renvoie à l'une des dernières cibles du Very Large Telescope, NGC 371. Là encore nous observons une nébuleuse illuminée par un jeune amas d'étoiles, mais la situation se passe 40 fois plus loin, dans le Petit Nuage de Magellan, une galaxie qui croise la nôtre et que l'on peut observer depuis l'hémisphère sud.

Petit et grand Nuage de Magellan sont deux objets célestes magnifiques que les astrophotographes ne manquent pas d'immortaliser sous le ciel noir des Andes chiliennes. Dans le cas de la nébuleuse de la Rosette, son centre ne contient plus de gaz. Les vents stellaires puissants émis par les jeunes étoiles de l'amas NGC 2244 ont tout emporté sur leur passage, créant une cavité sombre. L'image ci-dessous a été obtenue par Julien Chauveau en 2 heures 30 de poses avec un appareil photographique numérique installé au foyer d'une lunette de 80 millimètres de diamètre.

À propos de Julien Chauveau
Jeune astrophotographe amateur de 18 ans qui fréquente notre forum d'astronomie, il nous a dernièrement proposé un filé d'étoiles et de Lune. Observateur, astrophotographe et dessinateur d'objets astronomiques, son talent s'exprime dans son album.


Nébuleuse de la Rosette.
© J. Chauveau
Par Jean-Baptiste Feldmann, Futura-Sciences, le 17 avril 2011 à 10h24
Source Actualité Futura-Sciences:
http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronomie/d/astrophotographie-la-nebuleuse-de-la-rosette_29478/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: ASTROPHOTOGRAPHIE…Une passion…   Mer 20 Avr 2011 - 0:52

Arche étoilée pour le VLT

Le désert d'Atacama au Chili où est implanté le Very Large Telescope possède sans doute le ciel le plus sombre de la Terre. La preuve en image.
  • Découvrez les images d'un télescope géant, le Gran Tecan >>
En 1998 l'Observatoire européen austral (ESO) inaugurait le premier de ses quatre télescopes géants de 8,20 mètres de diamètre, surnommé Antu, terme mapuche qui signifie «Soleil». Treize ans après, le site continue d'accueillir de très grands instruments dont l'EELT, le futur géant européen de 42 mètres de diamètre qui devrait être opérationnel en 2018. Si l'endroit propose une telle concentration de télescopes, c'est tout simplement parce que les conditions d'observations y sont exceptionnelles: pas de pollution industrielle ou lumineuse, ensoleillement permanent, faible taux de vapeur d'eau, autant d'atouts pour étudier le ciel dans le domaine visible mais également dans d'autres longueurs d'onde, comme c'est le cas pour l'Alma, le plus grand radiotélescope du monde.

Bien sûr d'autres endroits sur notre planète présentent des ciels de très grande qualité. On pense notamment aux îles Canaries qui hébergent déjà le Gran Tecan et ont caressé un temps l'espoir d'accueillir également l'EELT. Mais rien ne peut égaler les sommets des Andes chiliennes comme balcon pour admirer le cosmos.

Arche de lumière dans un ciel d'encre
L'image ci-dessous a été réalisée par le Biélorusse Yuri Beletsky qui travaille aujourd'hui sur le site du VLT comme astronome et photographe ambassadeur de l'ESO. Le bâtiment de droite abrite Antu, le premier des quatre télescopes géants. Une arche étoilée particulièrement brillante se dégage à l'horizon. Il s'agit de la Voie lactée, notre galaxie vue de l'intérieur. L'arche nous conduit à gauche en direction de deux taches blanches. Ce sont les Nuages de Magellan, deux petites galaxies satellites de la nôtre à moins de 200.000 années-lumière, découvertes au XVIe siècle par le navigateur Ferdinand Magellan quand il effectua son tour du monde.

Il semble que les astrophotographes apprécient particulièrement la Voie lactée vue depuis ce site. C'est en effet là qu'ils ont réalisé en 2009 le GigaGalaxy Zoom, une gigantesque mosaïque de plusieurs milliers d'images de notre galaxie.


La Voie lactée se lève au pied du VLT.
© ESO/Yuri Beletsky
Par Jean-Baptiste Feldmann, Futura-Sciences, le 17 avril 2011 à 14h27
Source Actualité Futura-Sciences:
http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronomie/d/en-image-arche-etoilee-pour-le-vlt_29344/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: ASTROPHOTOGRAPHIE…Une passion…   Mer 27 Avr 2011 - 22:33

Le délicat rayon vert de la Lune

Rares sont les amateurs d'astronomie à avoir déjà observé le rayon vert, phénomène habituellement observé sur le Soleil lorsqu'il se couche. Plus rares sont ceux qui l'ont observé sur la Lune. Non content de l'avoir vu, Gerhard Hüdepohl l'a en plus photographié pour produire cette série de trois images hors du commun.


Cette photo rare montre le rayon vert de la Lune lorsqu'elle se couche.
Cliquez ici pour agrandir l'image.
Crédit Gerhad Hüdepohl.
Responsable de l'électronique du Very Large Telescope au Chili, Gerhard Hüdephol est aussi un passionné de nature et de photo. Il ne manque pas de tirer parti du privilège de travailler au mont Paranal. Situé à 2659 mètres d'altitude à plein désert d'Atacama, et à seulement 15 km de la mer, ce haut site de l'astronomie mondial offre un ciel d'une qualité exceptionnelle. Sa transparence est l'une des clefs de la réussite de cette belle observation.

Le rayon vert est un phénomène complexe. En première approche il s'explique par la décomposition de la lumière de l'astre par l'atmosphère lorsqu'il est proche de l'horizon. L'atmosphère agit à la manière d'un prisme. Mais dans le détail, c'est souvent plus compliqué. En fait, les plus beaux rayons verts se produisent lorsqu'il y a la conjugaison de ce phénomène de réfraction et de mirages plus ou moins complexes dépendant des conditions météo. C'est un effet de mirage qui explique dans cette image pourquoi le rayon vert se détache nettement au dessus de la Lune.

JL Dauvergne, le 22 avril 2011
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/7148

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: ASTROPHOTOGRAPHIE…Une passion…   Sam 7 Mai 2011 - 0:41

La galaxie spirale NGC 4565

On dit souvent que l'union fait la force. Les astronomes amateurs de Futura-Sciences viennent d'en faire la preuve une nouvelle fois en s'alliant pour photographier une somptueuse galaxie dans la constellation de la Chevelure de Bérénice.

À 40 millions d'années-lumière de la Terre, la majestueuse galaxie NGC 4565 attire le regard de nombreux astronomes amateurs. Vue comme un long fuseau étoilé (qui lui a valu le nom de galaxie de l'Aiguille) qui s'étire sur 100.000 années-lumière, NGC 4565 est surtout connue pour la bande de poussière qui semble la séparer en deux parties symétriques sur toute sa longueur.

Son orientation nous permet de l'observer entièrement par la tranche, à la différence de NGC 253 ou de NGC 4945 qui présentent une légère inclinaison. Le fuseau de NGC 4565 est légèrement bombé au centre, révélant un noyau composé de vieilles étoiles jaunâtres. Mesurant 16 minutes d'arc de longueur apparente pour une magnitude légèrement supérieure à 9, cet objet spectaculaire a fait l'objet de très nombreuses photographies et on peut s'étonner qu'il ait échappé à Charles Messier lors de la réalisation de son catalogue.


La galaxie NGC 4565 photographiée avec une lunette de 80 millimètres de diamètre.
© Sylvain Wallart
Une association fructueuse
Les astrophotographes amateurs qui souhaitent imager de lointaines galaxies et en saisir les moindres détails savent qu'il leur faut multiplier les poses, cumulant ainsi plusieurs heures de collecte de photons. C'est la seule manière d'obtenir un bon rapport signal/bruit, le signal (la lumière de la galaxie) devant être le plus élevé possible par rapport au bruit, qu'il soit causé par la mauvaise qualité du ciel (pollution lumineuse) ou par l'électronique des capteurs (caméras ou appareils photos numériques).

Malheureusement il n'est pas toujours possible pour un seul observateur d'accumuler des heures de poses, d'où l'idée d'associer plusieurs d'entre eux qui mettraient ensuite en commun leurs clichés pour obtenir une image finale beaucoup plus spectaculaire. C'est ce qu'ont réalisé au début du mois d'avril sept amateurs de notre forum d'astronomie. Jean-Christophe Baudevin, Jordan Blanchard, David Chiron, Bernard Lesourd, Joseph Mordelet, Richard Morisan et Philippe Renauld ont ainsi uni leurs forces pour photographier la galaxie NGC 4565 et réaliser le traitement informatique de l'ensemble des clichés obtenus depuis différents sites en France, dont un aux Antilles ! Le résultat final présenté ci-dessous est à la hauteur de leur investissement, dont vous pourrez revivre les différentes étapes dans la discussion consacrée à cette acquisition mutualisée d'images.


NGC 4565.
© Jean-Christophe Baudevin, Jordan Blanchard, David Chiron, Bernard Lesourd,
Joseph Mordelet, Richard Morisan, Philippe Renauld
Par Jean-Baptiste Feldmann, Futura-Sciences, le 1er mai 2011 à 10h24
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronomie/d/astrophotographie-la-galaxie-spirale-ngc-4565_29831/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: ASTROPHOTOGRAPHIE…Une passion…   Mer 11 Mai 2011 - 21:32

Une éclipse de Lune

Parmi les phénomènes astronomiques les plus photogéniques, les éclipses de Lune occupent une place de choix. Retour sur celle du 16 août 2008.
  • Découvrez toutes les images d'éclipses de Lune >>
Les éclipses la Lune se produisent quand Soleil, Terre et Lune sont parfaitement alignés. Notre satellite naturel passe alors dans le cône d'ombre que projette notre planète dans l'espace, une circonstance qui n'a lieu qu'au moment de la pleine Lune. En principe la Lune devrait devenir invisible pendant plus d'une heure au cours du phénomène puisqu'elle n'est plus éclairée par le Soleil. Mais il se trouve que l'atmosphère terrestre dévie une partie des rayons solaires, baignant le cône d'ombre d'une lumière rougeâtre du plus bel effet sur notre satellite naturel. Cette couleur est plus ou moins prononcée selon la transparence de l'atmosphère terrestre, qui varie principalement en fonction de l'activité des volcans terrestres, grands pourvoyeurs de poussières atmosphériques. Il se produit environ deux éclipses de Lune par an.


L'éclipse de Lune du 16 août 2008.
© G. Bauza
Un beau spectacle
La dernière éclipse de Lune s'est produite le 21 décembre 2010 et a donné lieu à un festival de belles images sur Futura-Sciences. La prochaine aura lieu dans un peu plus d'un mois, le 15 juin en début de soirée. En attendant, l'astrophotographe amateur Gérard Bauza nous propose une belle image de l'éclipse du 16 août 2008. Le cliché a été pris avec un appareil photo numérique placé au foyer d'un télescope de 15 centimètres de diamètre. L'éclipse du 16 août 2008 fut seulement partielle : au moment du maximum vers 23 heures la grandeur de l'éclipse était de 0,887. On pouvait penser que cette période estivale offrirait à tous les observateurs un ciel dégagé mais ce fut loin d'être le cas comme en témoignent les images qui nous ont été adressées ensuite par les membres de Futura-Sciences.

À propos de Gérard Bauza
Connu sur notre forum d'astronomie sous le pseudo de Roule, cet amateur pratique l'astronomie depuis 2006 dans la région de Toulouse. Il est l'un des gagnants de notre concours photo astro organisé en début d'année 2011 avec un superbe cliché intitulé Le moulin aux étoiles. Vous pouvez également découvrir son travail photographique en admirant les images de son album.


L'éclipse de Lune du 16 août 2008.
© G. Bauza
Par Jean-Baptiste Feldmann, Futura-Sciences Le 8 mai 2011 à 10h41
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronomie/d/astrophotographie-une-eclipse-de-lune_29993/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: ASTROPHOTOGRAPHIE…Une passion…   Sam 14 Mai 2011 - 10:46

Nuit d’éclipse au VLT

Cette splendide vue panoramique du site du Very Large Telescope, au Chili, a été réalisée le 21 décembre 2010 par l'astronome Yuri Beletsky. Cette nuit-là, la Lune était présente dans le ciel, mais éclipsée par l'ombre de la Terre. Seulement éclairée par la portion du spectre solaire transmis par notre atmosphère (le rouge), c'est l'objet rougeâtre qui apparaît à droite au-dessus de l'un des quatre télescopes géants.


Le ciel au-dessus du VLT, une nuit d'éclipse.
Crédit: ESO/Ciel & Espace Photos
La faible intensité de la Lune éclipsée permet d'observer le ciel profond. On voit ici la grande arche de la Voie Lactée, avec ses nuages moléculaires géants à l'avant-plan du disque d'étoiles vu par la tranche, et ses deux satellites les Nuages de Magellan.

Le trait blanc diffus, à gauche, est la lumière zodiacale: la poussière qui circule dans le plan du Système solaire, éclairée par la lumière du Soleil. L'astre le plus brillant, dans le même plan, est la planète Vénus.

David Fossé, le 11 mai 2011.
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/7215

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: ASTROPHOTOGRAPHIE…Une passion…   Sam 14 Mai 2011 - 10:47

Le télescope Gemini colorise la Lagune

Le télescope Gemini sud nous offre une nouvelle vision de Messier 8, la nébuleuse de la Lagune, dont les couleurs psychédéliques obtenues à l'aide de filtres trahissent l'intense activité stellaire qui y règne.

Le télescope Gemini sud est installé sur l'un des sommets des Andes chiliennes. Comme son jumeau le Gemini nord (qui observe le ciel depuis Hawaï), il est doté d'un miroir de 8,1m de diamètre. Inauguré en 2002, le Gemini sud a bénéficié en début d'année d'une cure de jouvence avec la mise en service d'un nouveau système d'optique adaptative destiné à compenser encore plus efficacement les effets néfastes de la turbulence atmosphérique sur les images astronomiques.

L'astrophotographe Stéphane Guisard avait réalisé en 2010 deux petits films en accéléré pour présenter le déroulement d'une nuit au Gemini sud, à l'extérieur comme à l'intérieur de la coupole. Après le télescope Vista il y a quelques mois, c'est au tour du Gemini sud de plonger dans la nébuleuse de la Lagune, l'un des plus beaux objets célestes.


Le télescope Gemini sud et son nouveau laser mesurant la turbulence atmosphérique.
© Gemini/Manuel Paredes
Zoom sur les objets HH
La nébuleuse de la Lagune, enregistrée en huitième position dans le catalogue Messier, est observable dans la constellation du Sagittaire, à un peu moins de 5.000 années-lumière de nous. Elle est constituée d'un amas d'étoiles, NGC6530 (repéré dès 1680 par Flamsteed) et d'une nébuleuse gazeuse signalée pour la première fois en 1747 par l'astronome Le Gentil. L'image présentée ci-dessous surprendrait bien des astrophotographes amateurs qui ne retrouvent pas une telle palette de couleurs chatoyantes sur leurs clichés de M8. Les astronomes du télescope Gemini sud ont en effet associé des images prises à l'aide de filtres très sélectifs permettant de mettre en valeurs les zones où les atomes d'hydrogène et ceux de soufre sont ionisés par le rayonnement des jeunes étoiles turbulentes.

C'est parmi cette jeune population stellaire qu'on trouve des objets Herbig Haro (HH) du nom des deux astronomes (George Herbig et Guillermo Haro) qui les ont étudiés dans les années 1950. Il s'agit d'arcs lumineux composés de gaz et de matière éjectés depuis les pôles de certaines jeunes étoiles très instables. Quand ces jets percutent à grande vitesse le gaz environnant, il se forme une onde de choc lumineuse comme on en observe dans NGC6729.

Sur l'image réalisée par le Gemini sud, les chercheurs ont identifié une douzaine d'objets HH dont certains ont une taille supérieure à 4 années-lumière.


Les couleurs psychédéliques de la nébuleuse de la Lagune.
© I. Arias/Rodolfo H. Barbá/Departamento de Física, Universidad de La Serena (Chile), and ICATE-CONICET
Par Jean-Baptiste Feldmann, Futura-Sciences, le 11 mai 2011 à 08h36
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronomie/d/peut-on-detecter-des-et-construisant-des-stations-spatiales_29833/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: ASTROPHOTOGRAPHIE…Une passion…   Mer 18 Mai 2011 - 15:45

La galaxie Messier 82

La turbulente galaxie du Cigare, alias Messier 82, vient de faire l'objet d'un très beau portrait réalisé par un membre de notre forum d'astronomie.

Située à 12 millions d'années-lumière de nous, dans la célèbre constellation de la Grande Ourse, la galaxie du Cigare fut découverte en 1774 par l'astronome Bode et intégrée en 82e position dans le catalogue de Charles Messier. Avec une magnitude de 8,4 et une taille apparente de 9x4 minutes d'arc, elle se révèle déjà dans un petit télescope comme un fuseau allongé. L'observateur remarque tout de suite que M82 n'est pas seule dans le champ de son instrument.

Juste à côté se trouve une autre galaxie spirale, M81, à l'origine des tourments de la galaxie du Cigare. Il y a quelques centaines de millions d'années les deux galaxies se sont croisées et M82 en a gardé des séquelles. Le couple galactique M81-M82 avait été photographié il y a quelque temps par Maxime Simet, un astrophotographe de notre forum d'astronomie. Mais le zoom que nous propose aujourd'hui Bernard Lesourd sur la galaxie du Cigare permet de se rendre compte de la puissance des interactions gravitationnelles qui ont été en jeu par le passé entre les deux protagonistes.


M82 est victime des perturbations provoquées par son imposante voisine M81.
© M. Simet
Une galaxie atypique
De M82 on sait qu'elle est régulièrement secouée par des explosions de supernovae à l'origine d'un halo gazeux qui entoure la galaxie et qui a été détecté en 2006 par le télescope spatial infrarouge Spitzer. L'image ci-dessous nous montre ce gaz légèrement rougi dans sa partie la plus dense, quand il s'échappe perpendiculairement au plan de la galaxie, poussé par de violents vents stellaires. Le noyau central de M82 est également le siège d'un étonnant phénomène. Le télescope en rayons X Chandra y a déniché trois trous noirs.

Si l'existence d'un trou noir supermassif était prévisible (on en trouve dans la plupart des galaxies), la présence de deux trous noirs intermédiaires a de quoi surprendre. Les astrophysiciens aimeraient bien comprendre comment ils se sont formés et par quels moyens ils résistent à leur très puissant voisin. L'image réalisée par Bernard Lesourd a été obtenue grâce à une caméra CCD placée derrière un télescope de 200mm en cumulant 21 poses de 5 minutes.

À propos de Bernard Lesourd
Découvrant l'astronomie sur notre forum en 2007, Bernard Lesourd s'est vite fait remarquer par ses images (à découvrir dans son album), améliorant sans cesse la qualité de ses prises de vues et des traitements informatiques indispensables pour extraire toute l'information contenue dans ses clichés. Il nous a déjà gratifié d'une image insolite de la nébuleuse et l'avion et fait également partie du groupe d'astrophotographes à l'origine de la photographie de NGC4565.


Messier 82, la turbulente galaxie du Cigare.
© B. Lesourd
Par Jean-Baptiste Feldmann, Futura-Sciences, le 15 mai 2011 à 10h30
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronomie/d/peut-on-detecter-des-et-construisant-des-stations-spatiales_29833/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: ASTROPHOTOGRAPHIE…Une passion…   Jeu 19 Mai 2011 - 18:43

Les étoiles filent !

En cumulant des photos sur plusieurs dizaines de minutes, il est possible de matérialiser la rotation de la Terre. C'est ce qu'a fait le Portugais Miguel Claro, nouveau photographe de l'agence Ciel & Espace Photos.

À gauche de l'image, Saturne a laissé une traînée lumineuse. La Lune apparaît au centre, ainsi qu'une étoile filante juste au-dessus de l'antenne de télé numérique terrestre de Lisbonne, haute de 70m. Enfin, les traits et points lumineux derrière l'antenne sont dus à un avion.


Filé d'étoiles réalisé à Lisbonne.
Crédit: Miguel Claro/Ciel et Espace Photos
Réaliser de telles images est à la portée de tous. Il suffit de disposer d'un reflex numérique, d'un trépied photo et d'une télécommande filaire. En mode manuel, avec un temps de pose de 30s en rafale, l'appareil photo enchaîne les prises de vue aussi longtemps que souhaité. Les images peuvent ensuite être additionnées avec le logiciel Starmax.

Notez que la base technique de la prise de vue est la même pour réaliser un time-lapse, petit film accélérant le mouvement du ciel.

JL Dauvergne, le 18 mai 2011
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/7233

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: ASTROPHOTOGRAPHIE…Une passion…   Lun 23 Mai 2011 - 18:15

L'amas ouvert Messier 35

Le plus bel amas d'étoiles de la constellation des Gémeaux a été pris pour cible par un astrophotographe de notre forum d'astronomie.

La constellation des Gémeaux fait partie des treize constellations du Zodiaque. Comme le Soleil la traverse entre le 20 juin et le 20 juillet, elle est observable pendant les nuits hivernales. Cette constellation est connue pour ses deux étoiles principales, Castor et Pollux, qui portent le nom des deux frères jumeaux d'Hélène de Troie dans la mythologie grecque.

C'est à proximité de Castor que se trouve IC443, la nébuleuse de la Méduse, un rémanent de supernova qu'a étudié dernièrement le télescope spatial infrarouge Wise. Pour les astronomes amateurs, pointer la constellation des Gémeaux avec un télescope est surtout l'occasion d'admirer un très bel amas ouvert, Messier 35. Les amas ouverts sont des concentrations de quelques centaines de jeunes étoiles qui sont nées ensemble et ne se sont pas encore dispersées. Le plus célèbre d'entre eux est M45, l'amas des Pléiades.


Le plus célèbre des amas ouverts est celui des Pléiades, M45.
©
J.-B. Feldmann
De jeunes étoiles groupées
M35 fut découvert au XVIIIe siècle par l'astronome suisse Philippe Loys de Chézeaux et intégré ultérieurement dans son catalogue par Charles Messier. On y dénombre plus de 500 étoiles à une distance d'environ 2.800 années-lumière du Système solaire dont il se rapproche à la vitesse de 5km/s. L'amas présente un diamètre de 24 années-lumière et les astronomes ont calculé que la densité y est de l'ordre d'un peu plus de 6 étoiles par parsec cube. Vue de la Terre la dimension apparente de l'amas équivaut à celle de la Pleine Lune et avec une magnitude de 5,3 Messier 35 se devine sans instrument comme une tache blanchâtre, à condition de l'observer loin de toute pollution lumineuse.

Sur l'image ci-dessous, que nous propose Philippe Renauld, M35 se situe en haut, à ne pas confondre avec un autre amas, NGC2158, son voisin beaucoup plus dense en bas à gauche, un autre amas ouvert plus ancien et cinq fois plus éloigné. L'image est l'addition de 31 poses de 41s réalisées en mars 2011 à l'aide d'un boîtier photo numérique placé au foyer d'un télescope de 200mm.

À propos de Philippe Renauld
Installé à la périphérie de Toulouse, il a commencé à observer le ciel avec une paire de jumelles à l'âge de 14 ans. Vingt-six ans plus tard il est toujours aussi passionné et contribue à la vie de notre forum d'astronomie (son pseudo est philastro). Il a participé dernièrement à la réalisation collective d'une image de la galaxie spirale NGC4565.


Les amas ouverts M35 (en haut) et NGC2158 (plus compact, en bas) dans la constellation des Gémeaux.
© Philippe Renauld
Par Jean-Baptiste Feldmann, Futura-Sciences, le 22 mai 2011 à 10h28
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronomie/d/astrophotographie-lamas-ouvert-messier-35_30269/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ASTROPHOTOGRAPHIE…Une passion…   

Revenir en haut Aller en bas
 
ASTROPHOTOGRAPHIE…Une passion…
Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» La poésie, ma passion.
» PASSION - CHEVRONS
» Passion de Sable, de Rebecca Moleray
» [En vote!] Miss Passion BJD 2010
» Participations Miss Passion BJD Noël 2008

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PASSION RADIO et PHOTOS :: INFOS ( ***** ici on parle technique , on donne des infos , etc ... ********* ) :: DIVERS :: Le coin des Astronomes-
Sauter vers: