AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mars 500, l'aventure...

Aller en bas 
AuteurMessage
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Mars 500, l'aventure...   Sam 19 Fév 2011 - 20:53

Un Français choisi pour Mars 500

Le Français Romain Charles participera à l'expérience Mars 500, qui reproduit les conditions d'un voyage vers Mars pour un équipage de 6 personnes.

À partir de juin, ces six volontaires vivront enfermés dans un « vaisseau » de 550m² près de Moscou (voir plan ci-contre) durant 520 jours - soit la durée d'un aller-retour vers la planète rouge (visitez les lieux en vidéo).


Le Français Romain Charles participera au projet Mars 500 qui débute en juin à Moscou.
Crédit: S. Corvaja/ESA/Ciel & Espace Photos.

Découvrez l'événement en image
[vaisseau de mars500.jpg]
Ce test inédit vise à reproduire les conditions d'un voyage martien à durée réelle, avec ses contraintes: confinement, gestion humaine de l'équipage, décalage dans les communications avec la Terre...

Le projet Mars 500 est mené conjointement par l'Institut russe pour les problèmes biomédicaux (IBMP) et l'Agence spatiale européenne (ESA).

"L'équipage" sera composé de

+ trois Russes
+ un Chinois
+ deux Européens.

Seuls ces deux derniers sont pour le moment choisis: Romain Charles, donc, et l'Italien Diego Urbina.

Romain Charles, ingénieur de 30 ans, vit à Saint-Malo. Malgré quelques appréhensions, il est très motivé pour sa participation à l'étude: « Les liens avec la famille, la petite amie, les amis vont être difficiles à gérer. Mais je suis heureux de sacrifier cette partie de ma vie pour aider à aller sur Mars. »

Pour en savoir plus:
À l'occasion de l'expérience Mars 500, le mensuel "Ciel & Espace" de mai consacre son dossier à la vie dans l'espace. Dossier complété par le DVD “Vivre dans l’espace”, avec un documentaire de l'ESA expliquant les enjeux et les difficultés à reproduire ailleurs que sur Terre des conditions propices à la vie.

Et pour découvrir les détails du futur voyage vers Mars, son déroulement, le matériel, écoutez le podcast "L'homme sur Mars: le premier voyage" avec Charles Frankel, sur le site cieletespaceradio.fr.

Maxime Serignac, le 11 mai 2010
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/evenement/5300_un-francais-sur-mars-500

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Mars 500, l'aventure...   Sam 19 Fév 2011 - 20:55

Mars 500: le voyage immobile vers la planète rouge commence

Ils sont partis pour un voyage virtuel vers la planète rouge. Ce 3 juin à 11h 49, six hommes se sont enfermés dans les caissons cylindriques d’un vaisseau spatial pour une durée de 520 jours. Parmi eux, le Français Romain Charles.


Les six participants à la simulation de voyage vers Mars (plus un remplaçant): Sukhrob Kamolov, Romain Charles,
Diego Urbina, Wang Yue, Alexey Sitev, Alexandr Smoleevskiy, Mikhail Sinelnikov.
Crédit: IMBP.
Simulation de voyage vers Mars
L’objectif de l’expérience, menée conjointement par l'IBMP russe et l'Agence spatiale européenne (ESA), est de simuler un voyage aller-retour vers Mars avec, pour la moitié de l’équipage, un séjour d’un mois à la surface de la planète.

Au cours du séjour, l’équipage devra piloter le vaisseau, l’entretenir et aussi résoudre des avaries volontairement provoquées par les scientifiques qui dirigent l’expérience.

Tests psychologiques
Avec la technologie actuelle, il faut près de six mois pour rallier Mars et autant pour en revenir. La question est donc la suivante: un humain est-il capable d’endurer un enfermement aussi long ?

Mettre les six membres d’équipage dans les conditions les plus proches d’un vol réel (hormis l’apesanteur) devrait permettre aux scientifiques russes et européens de tester la psychologie des candidats au voyage. Et de mieux préparer un éventuel voyage réel, d’ici quelques décennies.

Délai radio
Les modules qui constituent le vaisseau spatial ont été assemblés dans la banlieue de Moscou. Leurs occupants n’auront toutefois pas d’autre contact avec l’extérieur qu’une liaison radio.

Ce lien sera soumis aux même aléas que lors d’un voyage réel: à mesure que le vaisseau est censé s’éloigner de la Terre, le délai de réception d’un message augmentera jusqu’à 20 minutes. Ce qui signifie qu’entre une question et sa réponse, il pourra s’écouler 40 minutes.

La vidéo ci-dessous résume (en anglais) les principaux objectifs de la mission:



Pour en savoir plus:
Lisez le dossier complet consacré à Mars 500 dans Ciel et Espace de mai 2010.

Ecoutez le podcast sur Mars 500 avec Cyrille Fournier, qui a passé 105 jours dans le simulateur de vaisseau.

Philippe Henarejos, le 3 juin 2010
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/evenement/5429_mars-500-le-voyage-immobile-vers-la-planete-rouge-commence

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Mars 500, l'aventure...   Sam 19 Fév 2011 - 20:55

Trois hommes de Mars 500 marchent sur une planète rouge virtuelle

Trois membres de l'expérience Mars 500 ont foulé le sol reconstitué de la planète, durant 70 minutes.

Mars 500 a pour but de simuler et de préparer un voyage sur Mars. "Parti" de Terre en juin 2010, son équipage est aujourd'hui à la mi-temps de son odyssée virtuelle: l'exploration humaine de la quatrième planète du Système solaire.


Diego Urbina et Alexandr Smoleevskiy, au début de leur première excursion
sur le sol simulé de Mars, le 14 février 2011.
Crédit: ESA / IPMB
Mars à Moscou
Le 3 juin 2010, les six hommes de Mars 500 se sont enfermés volontairement dans des modules aménagés simulant un engin spatial. Depuis, confinés à bord de leur vaisseau statique, installé dans la banlieue de Moscou, ils ont fait route vers la planète rouge.

Un petit pas sur une fausse planète
Le 8 février 2011, trois membres de l'équipage sont entrés dans l'atterrisseur virtuel: le Russe Alexandre Smoleevskiy, l'Italien Diego Urbina et le Chinois Wang Yue. Ils ont « atterri » sur Mars quatre jours après.

Ce 14 février, une première sortie a été réalisée. Équipés de combinaisons spatiales russes Orlan, les astronautes ont évolué sur un terrain de 60 m2 dont le sol, fait de sable ocre et de roches, reproduisant la surface du cratère martien Gusev.

La deuxième sortie sera effectuée par Smoleevskiy et Yue, le 18 février 2011, et la dernière, par Smoleevskiy et Urbina, le 22 février 2011.

Les trois hommes vont vivre dans l'atterrisseur pendant 16 jours. Puis, ils vont remonter « en orbite » le 23 février 2011, pour s'amarrer au vaisseau principal le jour suivant. Le sas entre les modules sera ouvert le 27 février, date à laquelle les trois astronautes rejoindront le reste de l'équipage, resté « en orbite » (en réalité, à quelques mètres d'eux).

Une étude psychologique des longs voyages spatiaux
La mission Mars 500 est un partenariat entre l'Institut des problèmes biomédicaux de Moscou (IPMB) et l'Agence spatiale européenne (ESA). Elle a pour but principal d'étudier les comportements des astronautes durant un si long voyage spatial.

Une étude psychologique dont l'intérêt augmentera encore le 1er mars, avec le début du retour vers la Terre. Un voyage monotone de huit mois, sans temps fort à attendre, une fois l'exploration martienne passée.

Pour en savoir plus, lisez également "Allo la Terre, ici Mars 500", l'interview de Romain Charles, actuellement à bord de Mars 500, dans le Ciel & Espace de janvier 2011.

Raphaëlle Tilliette, le 14 février 2011
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/6765

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Mars 500, l'aventure...   Mer 23 Mar 2011 - 23:34

Mars 500: le film de la sortie extravéhiculaire

Moment fort résumé en vidéo: les astronautes de l'expérience Mars 500 ont foulé à trois reprises le sol virtuel de la planète rouge.

L'expérience Mars 500, en Russie, simule un voyage aller-retour vers la planète rouge. Six hommes sont ainsi enfermés depuis juin 2010 dans des modules installés dans la banlieue de Moscou, exactement comme ils le seraient dans un vaisseau spatial en route vers la voisine de la Terre.


La sotie virtuelle de l'expérience Mars 500.
Crédit: IBMP.
Premiers pas sur Mars
"Arrivés" à destination le 1er février 2011, trois membres de l'équipage sont entrés dans l'atterrisseur virtuel le 8 février. Après 4 jours de descente simulée vers la surface de la planète, ils ont effectué leur première sortie le 14 février, sous l'œil du Français Romain Charles, resté dans l'orbiteur.

Sur un sol reconstitué de 60 m² reproduisant l'environnement du cratère martien Gusev, ils ont effectué une sortie de 70 minutes, équipés des combinaisons russes Orlan. Deux autres sorties ont eu lieu les 18 et 22 février 2011.

Les différentes étapes de ce moment fort de la mission sont résumées dans la vidéo ci-dessous:



Un long retour immobile
Après 16 jours passés dans l'atterrisseur, ils sont remontés virtuellement vers l'orbiteur le 23 février, pour rejoindre le reste de l'équipage le 27 février.

Enfermés depuis le 3 juin 2010 à Moscou, les six hommes doivent passer en tout 520 jours dans leurs caissons cylindriques. Ils sortiront de leur vaisseau le 5 novembre 2011. Mais d'ici là, il leur reste à effectuer une batterie d'expériences psychologiques, médicales et biologiques.

JL Dauvergne, le 22 mars 2011
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/6960

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Mars 500, l'aventure...   Mar 15 Nov 2011 - 22:51

Vivez le retour sur Terre des voyageurs immobiles...

Demain prendra fin la deuxième phase de l’expérience Mars 500, un événement que vous pourrez vivre en direct vidéo sur Futura-Sciences ! Les six volontaires, coupés du monde depuis juin 2010, retrouveront la liberté après 520 jours de simulation d'un aller et retour sur Mars. L'objectif est d'étudier les effets d'un tel isolement, qui sera la principale épreuve pour les futurs explorateurs martiens.

Après avoir été enfermés pendant 520 jours dans un simulateur reproduisant pratiquement tous les aspects d’un voyage vers Mars, les six volontaires, trois Russes, un Chinois, un Italien et le Français Romain Charles, terminent demain, en bonne santé, leur expérience.

Mise sur pied par l’Agence Spatiale Européenne, Roscosmos, l'Académie russe des sciences et pilotée par l’Institut Biomédical de Moscou (IBMP), l'expérience Mars 500, unique en son genre, a pour but de simuler une mission martienne dans des conditions proches de celles d'un vol vers la Planète Rouge de façon à étudier les effets psychologiques et physiques d'une mission de longue durée dans l'espace.

La première phase a duré 105 jours, en 2009. Cette fois, c'est un voyage complet qui a été simulé, pendant 520 jours. Cette durée correspond au temps nécessaire d'une mission typique vers Mars - 250 jours pour l'aller, un mois sur place (en orbite et en surface) et 240 jours pour le retour.


Le simulateur du voyage martien installé à Moscou est composé de cinq modules, dont l'un reproduit
l'environnement martien et a permis des sorties extravéhiculaires durant 12 jours.
© Idé
Une simulation - presque - complète d'un voyage vers Mars
Commencée le 3 juin 2010 à l'Institut russe des problèmes biomédicaux de Moscou, l'expérience Mars 500 s’est voulue réaliste autant que possible tout au long de sa durée. Les voyageurs immobiles ont donc embarqué tous les consommables nécessaires, ont vécu dans un environnement sans lumière solaire et communiqué avec la Terre en tenant compte de la distance censée les séparer.

Cependant, quelques aspects d’un vol spatial et non des moindres ont été exclus de l’expérience, en particulier l’apesanteur et les risques qu’elle fait peser sur la santé et la condition physique des astronautes.

Mais c’est surtout le voyage en lui-même et les dangers encourus dans l’espace (rayonnement, collision, panne mécanique) qui n’ont pas pu être simulés. De plus, sur le plan psychique, ces volontaires savaient qu’ils ne risquaient pas grand-chose, alors que les astronautes en route vers la Planète rouge auront conscience que bien des mésaventures pourront leur arriver et qu'ils mettent leur vie en jeu.


Constamment surveillés, comme ici lors d'une simulation de sortie sur Mars, les six volontaires
de Mars 500 ont vécu en autonomie pratiquement totale pour les besoins de l'expérience.
© IBMP/Oleg Voloshin
Malgré cela, Mars 500 est une grande réussite. Totalement coupés du reste du monde, les six membres d’équipage ont été en permanence surveillés. Des spécialistes ont pu observer et analyser leur comportement et leur réaction face à l'isolement et aux différents problèmes auxquels ils ont fait face. Enfin, pour rendre l'expérience encore plus réaliste, une série de sorties dans un simulateur de surface martienne a été réalisée. Habillés d'une combinaison et accompagnés d'un rover mobile, ils ont gambadé sur la planète, planté des drapeaux, récupéré des échantillons...



La mission de simulation du voyage vers Mars aura duré 520 jours.
© ide.fr
Les valeureux astronautes immobiles retrouveront demain la liberté, seront pris en charge par les services médicaux et pourront ensuite parler de leur expérience. Futura-Sciences tendra son micro à Romain Charles, qui nous racontera son expérience unique.



Après un séjour de 520 jours dans un simulateur, les six volontaires de l'expérience Mars 500 vont pouvoir retrouver leurs proches
et la lumière du soleil. Cette expérience aidera à définir de nouveaux critères et procédures
qui seront appliqués aux futurs vols habités de longues durées.
© Esa
* Mars 500 sur le site de l'Esa
* Le site des vols habités et de l'exploration de l'Esa
* L'Institut russe des problèmes biomédicales

Par Rémy Decourt, Futura-Sciences, le 3 novembre 2011
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronautique/d/mars-500-demain-vivez-le-retour-sur-terre-des-voyageurs-immobiles_34373/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Mars 500, l'aventure...   Mer 16 Nov 2011 - 0:00

Retour sur Terre pour l’équipage de Mars 500

A 10h57, ce 4 novembre 2011, les six hommes qui s'étaient isolés du monde pendant 520 jours pour l'expérience Mars 500 sont sortis de leurs modules. Ils s'étaient enfermés le 3 juin 2010 pour simuler un voyage aller-retour entre la Terre et la planète Mars.

Trois hommes sur "Mars"
En février 2011, trois d'entre eux s'étaient séparés des autres dans un module plus exigu pour simuler un atterrissage sur Mars. Ils avaient même effectué, en scaphandre, trois sorties sur un sol martien reconstitué.

Le but de l'expérience Mars 500 était principalement de savoir si six hommes de nationalités et de cultures différentes pouvaient rester confinés pendant presque deux ans pour effectuer une mission spatiale vers la planète rouge. Le tout s'est déroulé dans la banlieue de Moscou, dans les locaux de l'IBMP, sans quitter la Terre. L'expérience est allé jusqu'au bout, ce qui est un premier succès.


Le Français Romain Charles est sorti en deuxième des modules de Mars 500.
Crédit: ESA
"Fier de prouver qu'un voyage sur Mars est possible"
S'exprimant en français quelques minutes après être sorti de l'isolement, Romain Charles a qualifié ainsi son voyage immobile - "parfois monotone" et "parfois intense". Il a déclaré que les six hommes ressortaient de l'expérience "comme une équipe, toujours soudée". Il a conclu en se disant "honoré et fier de prouver qu'un voyage vers Mars est possible".

Les premières déclarations de l'équipage, en anglais, russe, italien, espagnol, chinois et français, peuvent être vues et écoutées sur ce site de l'ESA.

Après l'isolement, la quarantaine
Les six membres de l'équipage ne sont pas encore tout à fait sortis de l'isolement. Ils doivent rester en quarantaine pendant quatre jours pour subir des examens médicaux et éviter de contracter des virus ou des maladies. Coupés de tout contact avec la population terrestre depuis 520 jours, il est possible que leurs défenses immunitaires soient affaiblies.

Ci-dessous, les six hommes (trois Russes, un Chinois, un Italien et un Français), face aux personnes venues les accueillir dès leur sortie des modules, quelques minutes après l'ouverture de la porte.


L'équipage de Mars 500 peu après sa sortie le 4 novembre 2011.
Crédit: ESA
Philippe Henarejos, le 4 novembre 2011

Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/8072

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Mars 500, l'aventure...   Mer 16 Nov 2011 - 0:30

L’équipage de Mars 500 est libre

Les six hommes de l’expérience Mars 500 sont sortis ce matin en bonne santé de leur cocon métallique où ils ont passé 520 jours. Débriefing à partir de la semaine prochaine.

C’est en grande pompe que les six hommes ont été accueillis ce matin à l'Institut russe de médecine spatiale (IBMP), dans la banlieue de Moscou, pour leur sortie, retransmise en direct sur Futura-Sciences, marquant la fin de l’expérience Mars 500, menée en collaboration avec l'Esa. Sous les applaudissements, un par un, souriants, en combinaison bleue, ces drôles d’astronautes ont retrouvé le monde libre.

Une chose paraît certaine, ils ne semblent pas avoir souffert de leur long isolement, commencé le 3 juin 2010. Dans leur installation, qui reproduisait les conditions d’un voyage vers Mars, et même l’exploration de sa surface, ils ont pu tester en grandeur nature les problèmes pratiques et les difficultés psychologiques que connaîtront des voyageurs de l’espace au long cours dans les décennies à venir.


Romain Charles, quelques minutes après la sortie de l'équipage, commence la suite de l'expérience Mars 500 - parler aux médias...
(Capture d'écran de la vidéo transmise par l'Esa.)
Après l’ouverture, les six hommes ont successivement pris la parole pour un petit discours. Le Français Romain Charles, ingénieur, s’est exprimé en anglais et en français pour dire son plaisir d’avoir fait partie de cet équipage qui « a accumulé des expériences instructives », espérant que « cela pourra aider à réaliser de futures missions spatiales. Nous avons prouvé que les humains peuvent aller sur Mars. »

Depuis ce matin, l’équipage est aux mains des équipes médicales et s’exprimera publiquement mardi prochain. Futura-Sciences sera au rendez-vous pour recueillir les impressions du Français Romain Charles. Après 520 jours d’isolement, ces six hommes viennent de plonger dans une petite tempête médiatique… comme les astronautes au retour d’un voyage lointain…


Les six membres d'équipage de Mars 500, photographiés pour fêter la première année à bord.
© Esa
Par Jean-Luc Goudet, Futura-Sciences, le 4 novembre 2011
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronautique/d/en-bref-lequipage-de-mars-500-est-libre_34456/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Mars 500, l'aventure...   Jeu 9 Fév 2012 - 1:46

L'ISS pourrait accueillir une mission martienne simulée

La Russie mène des consultations avec la NASA et l'ESA sur l'organisation d'une mission martienne simulée à bord de la Station Spatiale Internationale dans le cadre du projet Mars-500, a annoncé jeudi à Moscou le directeur de l'Agence Fédérale Spatiale Russe Roskosmos Vladimir Popovkine.

"Mars-500 était une bonne expérience qui a permis d'étudier la psychologie humaine. Nous envisageons de réitérer cette expérience dans l'espace. Nous menons des consultations en ce sens avec la NASA et l'Agence Spatiale Européenne", a indiqué M.Popovkine à la radio Echo de Moscou.


Le commandant Alexey Sitev de la mission Mars-500.
© Photo Institut russe des problèmes médico-biologiques
La mission martienne simulée de 520 jours "Mars-500" s'est terminée le 4 novembre 2011 à l'Institut des problèmes médico-biologiques de Moscou. Les membres de l'équipage international - les Russes Alexeï Sitev (commandant), Soukhrob Kamolov (médecin) et Alexandre Smoleïevski (chercheur), le Français Romain Charles (ingénieur de bord), le Chinois Wang Yue (chercheur) et l'Italien Diego Urbina (chercheur) - ont mené près de 200 expériences scientifiques. Le but de la simulation d'un vol habité vers Mars consistait à étudier l'influence du confinement sur le sommeil, le moral, l'immunité et le système hormonal de l'organisme humain.

MOSCOU, RIA Novosti, le2 février 2012
Source RIANOVOSTI Sciences: http://fr.rian.ru/science/20120202/193237607.html

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Mars 500, l'aventure...   Dim 19 Fév 2012 - 1:48

La durée de séjour des équipages pourrait dépasser un an

"Certains équipages de la Station spatiale internationale (ISS) pourraient séjourner en orbite pendant plus d'un an dans le cadre de la préparation à un vol vers Mars", a annoncé mardi à Moscou Alexeï Krasnov, chef du département des vols habités de l'Agence Fédérale Spatiale Russe Roskosmos.


Séjour des équipages pour les missions futures vers Mars.
© NASA
"Il est tout à fait probable qu'on organise des séjours d'un an (contre six mois actuellement - ndlr.) à bord de l'ISS, c'est nécessaire pour étudier la possibilité de préparation à des vols plus prolongés, notamment vers la Lune et Mars. Pour le moment, il ne s'agit pas d'entraîner les cosmonautes à un vol vers la Lune", a indiqué M.Krasnov. L'ISS hébergera en outre une nouvelle édition de l'expérience de simulation d'une mission martienne Mars-500, a rappelé M.Krasnov.

"Nous étudions la possibilité de mener l'Expérience Mars-500 à bord de l'ISS, cela n'implique pas un isolement de plus de 500 jours pour l'équipage. Il importe surtout de créer des conditions d'un vol autonome dans l'impesanteur afin de se préparer aux futurs vols vers la Lune et Mars", a ajouté M.Krasnov.


Mission martienne simulée russe Mars-500
© RIA Novosti
La mission martienne simulée de 520 jours "Mars-500" s'est terminée le 4 novembre 2011 à l'Institut des problèmes médico-biologiques de Moscou. Les membres de l'équipage international - les Russes Alexeï Sitev (commandant), Soukhrob Kamolov (médecin) et Alexandre Smoleïevski (chercheur), le Français Romain Charles (ingénieur de bord), le Chinois Wang Yue (chercheur) et l'Italien Diego Urbina (chercheur) - ont mené près de 200 expériences scientifiques. Le but de la simulation d'un vol habité vers Mars consistait à étudier l'influence du confinement sur le sommeil, le moral, l'immunité et le système hormonal de l'organisme humain.

MOSCOU, RIA Novosti, le 14 février 2012
Source RIANOVOSTI Sciences: http://fr.rian.ru/science/20120214/193363730.html

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Mars 500, l'aventure...   Mar 28 Fév 2012 - 20:16

L’astronaute Romain Charles raconte ses 520 jours d’expérience

Commencée en juin 2010, l’Expérience Mars 500, à forte contribution de l'Agence Spatiale Européenne, qui consistait à enfermer un équipage de six personnes dans un simulateur spatial, a pris fin en novembre 2011. Futura-Sciences a rencontré l'un de ses membres, le Français Romain Charles, qui nous fait partager son expérience de 520 jours. Un des grands regrets, ne pas avoir pu cuisiner.

Mise sur pied par l’Agence Spatiale Européenne, Roscosmos, l'Académie russe des sciences et pilotée par l’Institut biomédical de Moscou (IBMP), l'Expérience Mars 500 avait moins pour but de récréer les véritables conditions d’un voyager aller-retour vers Mars que de savoir si l’Homme était psychologiquement et physiologiquement capable d’endurer le confinement d’un tel voyage vers Mars. C’est sur cette question du confinement que la simulation était centrée, toutes les questions opérationnelles, laissées de côté, seront abordées dans des missions futures.


Sélectionné parmi 6.000 candidats, le Français Romain Charles aura vécu l'expérience unique de Mars 500, un voyage virtuel de 520 jours.
Virtuel, certes, mais bien réel pour les chercheurs qui planifient et planchent sur une première mission habitée.
Les résultats des expériences scientifiques seront disponibles au printemps 2012.
© Esa
Trois Russes, un Chinois et deux Européens, dont le Français Romain Charles, se sont retrouvés enfermés dans un ensemble de modules totalisant une superficie de 550m³, installé à l’IBMP. « Nous partions à l’inconnu et nous voulions savoir si notre équipage allait rester uni jusqu’à la fin. » Pour les chercheurs qui surveillaient l’expérience, « l’objectif était de voir si cohabiter avec les mêmes personnes pendant une durée aussi longue pouvait être une source de tensions, de stress, voire mener à un état dépressif. »

Mars 500, le premier bilan d'une mission martienne virtuelle
L’expérience a bien été positive. « Les six participants sont ressortis "heureux" de leur confinement et malgré quelques tensions inévitables, aucune ne s’est installée dans une durée trop longue qui aurait été préjudiciable à la bonne marche du groupe. » Mars 500 apporte d’ores et déjà beaucoup de réponses sur l’aspect humain d’un voyage spatial de longue durée. Plusieurs mois d’analyses des données enregistrées sont maintenant prévus. Pour la petite histoire, on retiendra qu'aussitôt après la fin de l'expérience, le 4 novembre 2011, les six hommes ont été placés en quarantaine. Une nécessité, car ne l’oublions pas, l’équipage a vécu en vase clos pendant 520 jours. « Notre système immunitaire n’a pas été sollicité pendant cette période. » La première question qui vient à l’esprit est de savoir si l’absence de femmes a été préjudiciable. À les voir sourire à leur sortie on peut penser que non mais Romain Charles apporte une réponse d’une très grande subtilité. « S’il ne fait guère de doute que les femmes peuvent exacerber les conflits ou les apaiser, le fait que notre mission soit un succès démontre que six hommes ensemble, cela fonctionne très bien. »

Cela dit, « même si globalement l’expérience s’est très bien passée, les participants ont dû gérer quelques périodes de lassitude et désamorcer les prémices de conflits. » Rien de grave nous précise-t-il, « mais il serait faux de dire qu’en 520 jours aucune tension n’est survenue entre un ou plusieurs des membres. » Une réponse confirmée par les responsables de la mission qui les surveillaient 24/24 et qui n’ont jamais surpris le moindre signe d’une mauvaise relation entre un ou plusieurs des membres de l’équipage. « Nous sommes restés unis malgré de petites tensions qui s’expliquent par nos cultures et éducations différentes. On a toujours réussi à trouver des compromis. »


« Nous avions quotidiennement un entraînement physique d’une heure qui nous a permis de maintenir de bonnes capacités physiques. »
Les exercices physiques étaient assez variés et changeaient régulièrement.
© Esa
Malgré cette complicité "qui n’a cessé de se renforcer au fil du temps", notre voyageur immobile a ressenti à certains moments une certaine lassitude. « J’ai eu des périodes de vague à l’âme, surtout pendant le mois de novembre 2010 et lors de la période simulant le vol du retour vers la Terre. Les périodes les plus difficiles sont apparues en juin 2011, le point dans le temps qui a marqué la fin de la première année. » En les contactant pour fêter cet anniversaire, proches, chercheurs de l’expérience et autres journalistes, « nous ont fait prendre conscience du nombre de jours enfermés et du temps qu’il restait avant de terminer l’expérience. Regarder si loin dans le temps, c’est quelque chose que l’on ne faisait pas, on préférait rester dans le présent et vivre semaine après semaine. Il sera intéressant de voir comment les chercheurs analyseront le fait qu’une date précise ait pu à ce point perturber l’équipage. Un effet collatéral surprenant, car après 365 jours d’expérience, il n'en restait plus que 155 (5 mois). Malgré ce qui avait été déjà fait, en prenant du recul sur la période écoulée, ça été assez difficile de voir ce qu’il nous restait à parcourir . Concernant la monotonie, je me suis souvenu des conseils d’un ami sous-marinier qui m’avait conseillé de trouver toujours une occupation. Lecture, photos, vidéos et écriture ont été des passetemps apaisants, j’ai beaucoup écrit et je me suis intéressé à l’Histoire de l’art. »

Si jusqu’à cinq langues pouvaient être parlées dans cet équipage, le langage n’a pas été une barrière et encore moins favorisé l’émergence de clans. « Il vrai que l’on avait tendance à se rapprocher de ceux qui avaient le même niveau de communication mais on veillait, peut-être inconsciemment, à ce que personne ne se retrouve seul dans son coin. » Cela dit, cette question est un faux problème. Chacun peut comprendre facilement qu’un langage commun à tous les participants d’une mission est nécessaire pour la bonne marche du projet.

Les trois événements les plus marquants selon Romain Charles
Quel que soit le séjour, on garde en mémoire essentiellement les meilleurs souvenirs. Trois ont particulièrement marqué Romain Charles. Le 31 décembre 2010, « je me suis rendu compte que le Nouvel An russe était quelque chose d’énorme, comme si, pour nous Français, on réunissait Noël et le Jour de l’An en même temps. L’ouverture des modules martiens a également été un très grand moment. » L’expérience comportait aussi une simulation d’atterrissage et plusieurs sorties sur Mars, à l’intérieur d’un module simulant le sol martien. « Pour nous qui nous nous prenions vraiment au jeu, on a pris conscience que l’on avait atteint notre but. Dans les modules martiens, on a découvert des vivres, des vêtements et des objets personnels. »


Durant Mars 500, les repas étaient des moments à part dans la journée.
© Esa
Pour l’équipage, « en donnant un surcroît d’activité et de nouvelles tâches à effectuer, cette période de deux semaines a été très exaltante. On avait aucun mal à se mettre dans la peau de véritables explorateurs martiens. » Pour Romain Charles, le troisième événement marquant et peut-être son "meilleur souvenir" restera le jour de son second anniversaire dans Mars 500 en juillet 2011. « Les autres membres d’équipage m’ont offert des cadeaux plus personnels, signe que des liens s’étaient tissés et qu’ils me connaissaient un peu mieux. Ça m’avait vraiment touché. »

Eau et nourriture, comment vit-on le rationnement ?
À bord de Mars 500, le repas était devenu un véritable rituel. « C’est bien simple, on parlait tout le temps de nourriture, c’était devenu le sujet de conversation principal. » C’est d’autant plus surprenant que l’équipage n’a pas eu à se plaindre de faim malgré un menu très strict pour les besoins de l'expérience. Les six membres avaient droit à un menu qui se répétait toutes les semaines avec quelques variations possibles. C’est-à-dire qu’ils avaient le choix de remplacer quelques aliments par d’autres. Leur seul regret, « les repas étaient tout prêts, on avait juste à faire bouillir de l’eau pour les plats lyophilisés. »


Initiée et organisée par l’Agence Spatiale Européenne et l’Institut des problèmes biomédicaux de Moscou, l’Expérience Mars 500
a permis de recueillir des données physiologiques et psychologiques, essentielles pour l’envoi d’Hommes sur Mars. © Esa
Cette absence de préparation de repas a été vécue comme un véritable manque. « On est resté en quelque sorte... sur notre faim. » On s’en doutait avec le retour des astronautes qui ont séjourné à bord des Stations spatiales ISS et Mir et cela se confirme après Mars 500, dégager du temps pour la préparation du repas est fortement recommandé pour être bien dans son assiette ! Quant à l’eau qui aurait pu être un sujet de préoccupation, malgré des quantités limitées pour estimer les besoins, l’équipage en a dans l’ensemble utilisé très peu. « Dès le début, nous nous étions imposé un rythme de douche assez faible de une tous les dix jours. »

* Mars 500 sur le site de l'ESA
* Le site des vols habités et de l'exploration de l'ESA
* L'Institut russe des problèmes biomédicales

Par Rémy Decourt, Futura-Sciences, le 27 février 2012
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronautique/d/mars-500-laastronaute-romain-charles-raconte-ses-520-jours-daexpacrience_36881/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: Mars 500, l'aventure...   Jeu 10 Mai 2012 - 19:24

La vie après Mars

Le voyage simulé vers Mars d’une durée de dix-sept mois, vécu en isolation, a touché à sa fin il y a cinq mois. La mission terminée, les "marsonautes" ont pu de nouveau respirer l’air frais. Que font Diego Urbina et Romain Charles depuis qu’ils ont quitté leur "vaisseau" ?

Mars 500 avait pour objectif de préparer les missions d’explorations vers Mars. Pendant 520 jours, les six membres d’équipage ont été confinés dans un module dans le but d’étudier le comportement humain lors d’une longue période d’isolation. Les expériences scientifiques qu’ils ont menées à bord portaient sur leur état physiologique et psychologique, ainsi que leurs performances.


Credits: IBMP/Oleg Voloshin
Malgré la fin de leur séjour en isolation le 4 novembre 2011, la mission Mars 500 n’est pas tout à fait terminée pour Diego et Romain. Une grande partie des expériences effectuées pendant leur "voyage" vers Mars sont à nouveau réalisés afin de pouvoir comparer les résultats entre les deux environnements. A leur sortie du vaisseau les marsonautes ont passé un mois à Moscou, soumis à différents examens biomédicaux approfondis. Trois mois plus tard c’est en Allemagne qu’ils ont une fois de plus été examinés avant d’y retourner en mai pour les derniers tests. Une des expérimentations scientifiques conduites à bord consistait à surveiller la température du corps pendant 36h au travers d’un capteur sur le front.


Les échantillons de salive des membres d'équipage de Mars 500.
Credits: ESA
Ce type d’expérience anodine en milieu confiné, entouré uniquement de ses cinq collègues, se révèle embarrassante à l’extérieur du module et suscite des regards curieux. « On s’habitue à dormir avec un capteur mais on ne s’habitue pas aux gens qui vous fixe du regard dans le métro moscovite », se souvient Romain.


Le marsonaute Alexej Sitew avec le capteur de température.
Credits: ZWMB, Charité Berlin
Aujourd’hui Romain et Diego rédigent un rapport détaillé sur la période vécue en isolation. Le compte-rendu d’une expérience de 520 jours qui inclue des recommandations sur les missions d’explorations futures est chronophage, mais il n’en demeure pas moins essentiel à la conduite du projet. Ainsi, les scientifiques qui travaillent sur des missions similaires sont impatients d’en apprendre d’avantage quant aux expériences des marsonautes. D’autres sont également enthousiastes d’écouter leur récit de la mission.


Diego répond aux questionnaires.
Credits: ESA
Entre les expérimentations qu’ils mènent et la rédaction de leur compte-rendu, Romain et Diego voyagent à travers l’Europe et présentent leur expérience lors de conférences et d’évènements médiatiques, publics et Universitaires. En parallèle, ils sont impatients d’enrichir les nouveaux projets de l’industrie spatiale en Europe de leur expertise acquise au cours de cette mission.


Un bilan médical pour Romain.
Credits: IBMPO.Voloshin
Enfin, lors de la campagne de vols paraboliques de l’ESA en mai, les marsonautes pourront réellement ressentir la condition d’apesanteur accompagnés de leurs partenaires d’équipage Russe et Chinois, bien que les épisodes en microgravité ne durent que 20s. Une fois de plus, ils seront soumis aux mêmes examens que pour la mission Mars 500. « Nos corps sont parmi les plus examinés au monde. Il est très intéressant pour les scientifiques d’observer la réaction de nos corps dans des conditions d’apesanteur », rapporte Diego. Après des années de contrôles, de sollicitations et de prises de sang, la mission exigeante de Diego et Romain prendra fin en mai, date à laquelle leur contrat avec l’ESA sera terminé.

Du 18 avril 2012
Source ESA: http://www.esa.int/esaCP/SEMT9EKWZ0H_France_0.html

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mars 500, l'aventure...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mars 500, l'aventure...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PC Medion chez Aldi le 31 mars (€599,00)
» L'Aventure à Hélice
» Exposition Japon à la foire de Lyon du 19 au 29 mars 2010
» Aventure MP3
» Festival Jules Verne Aventure (Paris 2009)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PASSION RADIO et PHOTOS :: INFOS ( ***** ici on parle technique , on donne des infos , etc ... ********* ) :: DIVERS :: Le coin des Astronomes-
Sauter vers: