AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 LANCEUR FALCON de SPACE X

Aller en bas 
AuteurMessage
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: LANCEUR FALCON de SPACE X    Ven 18 Mar 2011 - 22:09

La fusée privée Falcon 9 sur son pas de tir

La fusée Falcon 9, de la compagnie privée Space X, est installée sur son pas de tir à cap Canaveral, en Floride. Elle est arrivée vendredi 19 février au complexe 40 et son montage s'est achevé le lendemain. La fusée de 333 tonnes sera soumise cette semaine à un ensemble de vérifications qui s'achèveront par un contrôle du moteur.


Le lanceur Falcon 9 a rejoint son pas de tir à cap Canaveral, en Floride.
Crédit: Chris Thompson/SpaceX
Ses deux étages doivent permettre, à terme, de placer 32 tonnes sur orbite basse. À titre de comparaison, la dernière version d'Ariane ne peut lancer que 20 tonnes. Falcon 9 a été conçue afin d'emporter dans l'espace la nouvelle navette Dragon, également mise au point par Space X. La Nasa pourrait utiliser celle-ci pour envoyer ses astronautes vers l'ISS.

Un décollage d'essai est prévu cette année. Pas avant avril ou mai, indique Elon Musk, fondateur de Space X.

Aude Pétin, le 24 février 2010
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/image-du-jour/4916_la-fusee-privee-falcon-9-sur-son-pas-de-tir

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: LANCEUR FALCON de SPACE X    Ven 18 Mar 2011 - 22:10

SpaceX engrange des contrats... et des beaux !

Après le tir du lanceur Falcon 9, l'entreprise Space X a gagné la confiance de la clientèle potentielle et engrange une série de contrats, comme la future constellation Iridium Next.

Le lancement réussi de la fusée Falcon 9 de SpaceX (à la première tentative, ce qui n’est pas rien) a fini de convaincre les plus sceptiques. SpaceX est désormais un acteur à part entière sur le marché des lancements commerciaux. Avec plus d’une quarantaine de lancements prévus, dont 24 Falcon-9 et 40 satellites à lancer, l'entreprise américaine étend son offre de lancement vers les clients institutionnels et privés.

SpaceX vient d’être choisi par Iridium pour lancer entre 2015 et 2017 une partie des satellites de la constellation Iridium Next. D’une valeur de 492 millions de dollars, ce contrat est le plus beau remporté par la firme fondée par Eon Musk pour un lancement commercial. Iridium Next sera construite par Thales Alenia Space qui vient d’être sélectionnée au détriment de l’américain Lockheed Martin. Avec un total de 81 satellites, dont 72 à lancer, cette constellation sera la plus importante en orbite. Pour Thales Alenia Space, le choix de SpaceX n’a aucune incidence particulière puisque ces satellites sont compatibles plusieurs lanceurs du marché, dont ceux de SpaceX. Ils seront lancés par grappe de 9 au maximum. Iridium devrait annoncer très prochainement l’autre lanceur qui sera utilisé pour lancer le reste de la constellation.

Les Taïwanais aussi
Autre contrat signé ces jours-ci, celui portant sur le lancement de FormoSat-5, un satellite d’observation de la Terre de l’Agence spatiale taïwanaise (NSPO). Il devrait être lancé fin 2013 début 2014 par un Falcon 1e depuis la base de l'île d'Omelek dans l'atoll de Kwajalein.

Ce satellite sera utilisé à des fins civiles de télédétections, de recherche spatiale et d’expérimentations scientifiques. Avec une résolution panchromatique (noir et blanc) et multispectrale (proche infrarouge) de respectivement 2 et 4 mètres, ses performances seront supérieures à celles de ses prédécesseurs.

FormoSat-5 est le premier satellite de la série FormoSat entièrement développé par l’industrie spatiale taïwanaise. FormoSat 1, 2 et 3 ont été construits en partenariat, respectivement avec Northrop Grumman, Astrium et Orbital Sciences.


SpaceX veut rendre l’accès à l’espace beaucoup moins cher qu’il ne l’est aujourd’hui.
A l’image, décollage du premier Falcon-9, le 4 juin 2010.
Crédits: Chris Thompson / SpaceX
Par Rémy Decourt, Futura-Sciences               Le 19 juin 2010 à 15h27
Source Actualité Futura-Sciences:
http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronautique/d/spacex-engrange-des-contrats-et-des-beaux_24135/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: LANCEUR FALCON de SPACE X    Ven 18 Mar 2011 - 22:10

Succès complet pour SpaceX et sa capsule spatiale

SpaceX a réussi le premier des trois vols de démonstration imposés par la Nasa avant d’envisager une mission opérationnelle vers l'ISS par une entreprise privée. SpaceX réalise une mission digne des grandes heures de la conquête spatiale, saluée par Charles Bolden, l'administrateur de la Nasa.

La société privée SpaceX a réussi le premier des trois vols de démonstrations commandés par la Nasa. La réussite de ces essais permettra d’envisager une mission opérationnelle vers la Station spatiale internationale.

Le prochain vol, prévu courant 2011, consistera pour la capsule Dragon à effectuer une mission de cinq jours dans l’espace pendant laquelle elle devra s’approcher à moins de dix kilomètres de la Station.

« Nous allons avoir un problème »
Ce succès, matérialisé bien avant le décollage réussi du Falcon 9, s’est fait par étapes. D’abord avec la mise au point, non sans mal, du petit lanceur Falcon 1 et de son moteur principal Merlin 1C. Celui-ci préfigurait le moteur Merlin qu’utilise, par grappe de 9, le premier étage de Falcon 9. L'étape suivante fut la mise à poste d'un satellite, une grande première pour une société privée, suivie du vol inaugural du lanceur Falcon 9, ouvrant la voie aux trois missions du programme Cot.

Consciente que la partie n’est pas encore gagnée, la présidente de SpaceX, Gwynne Shotwell, a tenu à prophétiser de futurs pépins: « L'histoire nous porte à penser que nous allons avoir un problème important au cours de l'un des trois premiers vols... C'est un constat empirique, qui n'a rien à voir avec ce que nous faisons et ce que nous espérons ».


Le lanceur Falcon 9 a décollé du complexe LC 40 de cap Canaveral à 15 h 43 TU. La capsule Dragon a été larguée suivant le plan de vol de la mission.
Elle a tourné deux fois autour de la Terre avant d’entamer sa traversée dans l’atmosphère
et d’atterrir au large des côtes californiennes à 19 h 04 TU.
© Nasa/Tony Gray & Kevin O'Connell
Par Rémy Decourt, Futura-Sciences         Le 10 décembre 2010 à 08h17
Source Actualité Futura-Sciences:
http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronautique/d/succes-complet-pour-spacex-et-sa-capsule-spatiale_26546/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: LANCEUR FALCON de SPACE X    Ven 18 Mar 2011 - 22:11

SpaceX se sent pousser des ailes

L’essai réussi du vol orbital de la capsule Dragon et le retrait des navettes confortent SpaceX qui veut devenir le transporteur attitré de la Nasa pour convoyer vers la Station des Hommes et du fret. La Nasa a donné son feu vert pour développer un système de transport spatial après la remise d’une proposition visant l’adaptation de Dragon aux vols habités.

En dévoilant ses ambitions, alors que la firme n’avait pas été retenue initialement par la Nasa, SpaceX surfe sur sa popularité naissante auprès d’un peuple américain très attaché à l’exploration de l’espace et à l’indépendance de son accès.

Or, avec le retrait des navettes d’ici quelques mois, la Nasa dépendra des seules capacités russes pour envoyer des Hommes dans l'espace. Une situation qui pourrait perdurer quelques années mais que SpaceX compte réduire au minimum. Pour répondre aux exigences de sécurité de la Nasa, qui n’autorisera jamais le lancement d’un équipage à bord d’un système de transport qui n’aura pas démontré sa fiabilité (à travers une série de vols automatiques à vide et sans échec), SpaceX annonce qu’un lancement habité sera envisageable lorsque sa capsule aura volé onze fois et le lanceur dix-sept fois. Compte tenu de son calendrier de lancement, cette échéance pourrait arriver avant la plupart de ses concurrents.

Dragon et les vols habités ?
Bien qu'utilisé pour le transport de fret, le système de transport spatial de SpaceX (Falcon-9 et Dragon) répond à de nombreuses spécifications imposées aux vols humains, de sorte que seules trois modifications sont nécessaires pour rendre habitable la capsule Dragon. Manquent donc la tour d’éjection, le système de support vie et les sièges pilotes et passagers.

La proposition remise à la Nasa vise la mise au point de cette tour d’éjection qui permet à l'équipage de s'échapper sans risque en cas d'une urgence pendant la mise à feu et l'ascension du lanceur. Cela consiste à séparer la capsule du lanceur. Un élément essentiel de la sécurité qui n’est évidemment pas simple à concevoir. Il le sera d’autant moins si SpaceX doit partir de zéro et ne peut pas utiliser ce qui a été fait pour Orion par Orbital Sciences et la Nasa.


Retour sur Terre de la capsule Dragon après son vol historique du 8 décembre 2010 qui marque un tournant
significatif dans la stratégie américaine de l'accès à l'espace.
© SpaceX
Par Rémy Decourt, Futura-Sciences         Le 22 janvier 2011 à 11h33
Source Actualité Futura-Sciences:
http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronautique/d/spacex-se-sent-pousser-des-ailes_27449/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: LANCEUR FALCON de SPACE X    Ven 18 Mar 2011 - 22:29

Une première: un satellite géostationnaire confié à une société privée

SpaceX vient d’engranger son premier contrat de lancement sur une orbite de transfert géostationnaire. L'entreprise lancera en 2013 le satellite de télécommunications SES-8.

Spécialiste de la télévision satellitaire, le groupe luxembourgeois SES va confier le lancement d’au moins un de ses satellites de télécommunications à SpaceX. L’annonce a été faite au salon Satellite 2011 qui se tient actuellement à Washington. SES est donc le premier opérateur de satellite à confier un lancement en orbite géostationnaire à la société fondée par le milliardaire d'origine sud-africaine Elon Musk.

Jusqu’à présent, SES recourait traditionnellement aux services d'Arianespace et d’ILS. Pour SpaceX, qui espère une place privilégiée sur le marché de l’accès à l’espace, c’est une étape de plus. Récemment, la Nasa a choisi cette entreprise privée comme candidate pour transporter du fret vers l’ISS, voire lancer des Hommes si ses systèmes de transport en cours de développement aboutissent.

Ce contrat prévoit le lancement du satellite SES-8 qui sera construit par Orbital Sciences et permettra à SES de renforcer sa couverture de l'Inde et de l'Asie du Sud-Est. Il devrait être lancé par un Falcon 9, au premier trimestre 2013, depuis Cap Canaveral (Floride). C’est le deuxième gros coup signé par SpaceX après la commande de 492 millions de dollars obtenue d'Iridium Communications pour le lancement entre 2015 et 2017 d’une partie des satellites de la constellation Iridium Next.


SES est l'un des premiers opérateurs de satellites dans le monde. En Europe,
il partage le marché des services satellitaires avec Eutelsat.
© SES
Une pierre dans le jardin d'Arianespace ?
Le montant du contrat de lancement n'a pas été rendu public. SES a simplement révélé que le coût d'achat d'une fusée, de son lancement et de son assurance, pouvait atteindre 250 à 300 millions d'euros pour une société comme la sienne et qu'« un peu de compétition dans le secteur était bienvenu ». Une façon polie de mettre la pression sur Arianespace qui pratique les prix les plus élevés du marché. Évidemment, ce contrat ne remet pas en cause la relation qui lie les deux groupes à travers des contrats cadres à long terme.

SpaceX qui se présente comme un lanceur low-cost a vraisemblablement fait un effort important pour obtenir ce premier lancement GTO (Geostationary Transfer Orbit, orbite de transfert géostationnaire), quitte à lancer sans marge. Cependant, la société n'a de low-cost que le nom. Des 45 millions de dollars, les 4,5 tonnes en GTO annoncées au début du développement de Falcon 9, SpaceX a dû réévaluer son offre et la porter à 65,70 millions de dollars. À ce niveau de prix, on s’approche de ce que propose Arianespace. Alors certes le prix est plus élevé mais la performance, la fiabilité et les délais sont sans commune mesure avec ce que propose, sur le papier, SpaceX.


SpaceX, qui est parvenu en décembre à faire revenir sur Terre une capsule lancée dans l'espace, vient de remporter
un premier contrat pour lancer un satcom en orbite de transfert géostationnaire. La mission est prévue
en 2013 avec un Falcon 9, qui dans cette configuration n’a pas encore réalisé de vol d’essai.
© SpaceX
Par Rémy Decourt, Futura-Sciences        Le 16 mars 2011 à 17h31
Source Actualité Futura-Sciences:
http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronautique/d/une-premiere-un-satellite-geostationnaire-confie-a-une-societe-privee_28768/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: LANCEUR FALCON de SPACE X    Jeu 14 Avr 2011 - 20:22

Avec son lanceur lourd, SpaceX voit grand... trop peut-être ?

SpaceX, qui vise tous les créneaux du marché des lancements institutionnels et commerciaux, vient de dévoiler le lanceur lourd qui lui manquait: Falcon Heavy, qui pourrait voir le jour en 2013. Si cette initiative est à saluer, il faut garder à l’esprit que le succès n'est pas garanti. SpaceX est loin d’avoir démontré sa capacité à autofinancer ses futurs développements après avoir bénéficié de la manne financière de la Nasa.

En devenant la première société privée à lancer un satellite et une capsule récupérable (Dragon), SpaceX a acquis une certaine renommée qui lui a permis d'engranger quelques contrats de lancements significatifs. En course pour remporter des contrats de lancement de fret vers l’ISS, SpaceX vise également les vols habités pour le compte de la Nasa.

Alors que la Nasa réfléchit à l’architecture de son futur lanceur lourd, la firme américaine SpaceX vient de dévoiler la version lourde du Falcon 9. Annoncée comme la fusée la plus puissante dans le monde, Falcon Heavy doit réaliser un premier vol d’essai au début de l’année 2013. «Falcon Heavy pourra transporter plus de charge utile sur orbite que n'importe quel autre véhicule spatial dans l'Histoire, à l'exception de la fusée Saturn V des missions sur la Lune, mise hors service à la fin du programme Apollo», a précisé Elon Musk, le P-DG de SpaceX, lors de sa conférence de presse à Washington.


Ce futur lanceur, s'il voit le jour, sera lancé depuis Cap Canaveral.
© SpaceX
Avec une capacité d’emport de 53 tonnes, ce lanceur offre bien évidemment de remarquables perspectives tant pour des missions institutionnelles, scientifiques, que commerciales. Sa capacité sera deux fois plus importante que celle de la navette ou d'une fusée Delta IV, et le double de la version d’Ariane 5 utilisée pour lancer l’ATV en orbite basse.

Si le Falcon 9 sera utilisé pour lancer des Hommes vers l’ISS, cette nouvelle fusée pourra également l'être pour des vols habités en raison de la redondance de nombreux systèmes, donc certains (comme l’avionique) le seront trois fois. Sur le papier, elle semble suffisamment dimensionnée pour des missions lunaires, voire martiennes.

Des subventions pour une politique commerciale agressive
Comme à son habitude, Elon Musk a affirmé que ce nouveau lanceur lourd permettrait de faire baisser considérablement les coûts de lancement du fret sur orbite qu'il a fixé à quelque «2.200 dollars le kilo», dix fois moins qu'avec la navette. Il a également annoncé pouvoir maintenir un tel prix avec seulement quatre lancements par an ! Le prix d'un lancement de satellite sur un Falcon Heavy sera de 100 millions de dollars, un coût inférieur à ce que propose Arianespace. Mais il faut noter qu’Arianespace peut lancer deux satellites et reste ce qui se fait de mieux sur le marché, pour la fiabilité, la disponibilité, la performance et la précision.

Fortement subventionnée par le gouvernement des États-Unis qui finance en partie le développement de ses lanceurs à travers les partenariats public-privé Cots et CCDev, SpaceX peut également utiliser certaines des installations de la Nasa pour réaliser des essais et mettre au point certains éléments de ces lanceurs. Enfin, on peut se demander si les vols gouvernementaux, facturés au prix fort, ne vont pas permettre à SpaceX de se positionner en bonne place sur le marché commercial du lancement de satellites, en proposant des prix très attractifs.

À ce jour, SpaceX compte déjà plus de 2,5 milliards de dollars de commandes de lancements pour les prochaines années sur ce dernier lanceur. La firme a d’ores et déjà capté de beaux contrats, comme celui du lancement d’une partie de la constellation Irridium Next ou du satellite SES-8 à lancer sur une orbite de transfert géostationnaire.


D'une hauteur de 69,2 mètres pour un poids total de 1.400 tonnes au lancement, le Falcon Heavy est un lanceur en ligne à deux étages doté
d'une coiffe de 5,2 mètres de diamètre. Au décollage, il développera une poussée totale de 1.700 tonnes.
© SpaceX
Par Rémy Decourt, Futura-Sciences, le 11 avril 2011 à 08h32
Source Actualité Futura-Sciences:
http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronautique/d/avec-son-lanceur-lourd-spacex-voit-grand-trop-peut-etre_29298/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: LANCEUR FALCON de SPACE X    Mer 27 Avr 2011 - 23:35

La capsule Dragon plus sûre pour les astronautes américains ?

La société SpaceX vient de recevoir 75 millions de dollars de la Nasa pour équiper sa capsule spatiale Dragon d'un nouveau système de sécurité.

Contrairement à tous les systèmes utilisés depuis le début de la conquête spatiale, celui imaginé par SpaceX (Space Exploration Technologies Corporation) serait incorporé au vaisseau.


Vue d'artiste de la capsule Dragon avec son système spatial inédit.
Crédit: SpaceX
Un système spatial inédit
Il remplacerait la très lourde tour de sauvetage (fusée à poudre miniature), qui ne permet d'éloigner la capsule contenant les cosmonautes de la fusée que lors des deux premières minutes suivant le lancement.

En allégeant son vaisseau, SpaceX promet ainsi un système de sauvetage opérationnel pendant toute la phase d'ascension en orbite, d'où une sécurité renforcée pour les astronautes.

Plusieurs sociétés en concurrence
Les 75 millions de dollars sont une partie des 270 millions que la Nasa octroie aux différents opérateurs privés en lice pour développer le vaisseau de remplacement des navettes. Parmi les autres prétendants figurent Boeing, Sierra Nevada Corporation, et Blue Origin.

SpaceX en pole position
Dans cette course, SpaceX semble avoir une longueur d'avance. Le 8 décembre 2010, depuis cap Canaveral en Floride, elle a lancé avec succès un premier exemplaire de Dragon dans l'espace. Ce jour-là, la capsule a bouclé deux orbites autour de la Terre avant d'amerrir dans le Pacifique sous trois parachutes.


Fusée Falcon 9.
Crédit: SpaceX
La mise au point du système de sauvetage est nécessaire pour que Dragon soit déclaré apte à accueillir des hommes.

Sidir Abaroudi, le 21 avril 2011
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/7133

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: LANCEUR FALCON de SPACE X    Lun 2 Mai 2011 - 12:28

La Russie pourrait refuser à SpaceX l’amarrage à la Station

La Russie pourrait ne pas autoriser le cargo spatial de SpaceX à s’amarrer à la Station comme envisagent de le faire en fin d’année la firme américaine et la Nasa. En réduisant de trois à deux le nombre de vols de démonstration, la Russie craint qu’il soit difficile de s’assurer que cet engin réponde bien à toutes les normes de sécurité pour cette manœuvre.

Avant de commencer toute activité opérationnelle, le cargo spatial de SpaceX (Dragon) doit réaliser trois vols de démonstrations dans le cadre de Cots, le partenariat public-privé de la Nasa mis en place pour financer en partie son développement. Après un premier vol réalisé avec succès en décembre 2010, SpaceX a demandé à la Nasa de fusionner les deux vols restants en une seule mission. La Nasa, qui n’est pas contre cette idée, doit donner sa réponse d’ici quelques semaines.

Tels qu'ils sont planifiés, les deux vols de démonstration restants sont prévus en juillet 2011 et janvier 2012. Le deuxième vol consistera en une mission de cinq jours au cours de laquelle Dragon s’approcherait à moins de 10 kilomètres de l’ISS. Une distance suffisamment grande pour éviter tout risque de collision avec la Station et permettre un échange d’informations entre les deux engins. Quant au troisième vol, il durera trois jours et verra le cargo s’amarrer et ravitailler la Station. À l’issue de ces vols, Dragon retournera sur Terre.

Deux vols sont-ils suffisants ?
En réduisant le nombre de vols nécessaires à la qualification de l’engin, la Nasa souhaite réaliser quelques économies et réduire sa période de dépendance aux capacités russes pour envoyer des Hommes et du matériel sur l’ISS. Avec le retrait des navettes, l’absence de successeur et l’arrivée d’un des deux prestataires privés pour du transport de fret dans le cadre de Cots, la Nasa va se trouver pendant un ou deux ans sans moyen d’accès à l’espace.


En décembre 2010, SpaceX réussit son premier vol de démonstration en lançant avec succès Falcon 9 et Dragon. La capsule tournera deux fois
autour de la Terre avant de revenir amerrir au large des côtes californiennes.
© Nasa/Tony Gray & Kevin O'Connell
Si la Nasa autorise ce vol, l’idée est de le faire en novembre 2011. Sa réalisation impose que toutes les vérifications planifiées sur les deux vols soient effectuées sur cette seule mission. Une situation qui inquiète la Russie pour qui l’approche automatique vers l’ISS est une des phases du vol les plus difficiles. Alexeï Krasnov, chef du département des vols habités de l’Agence spatiale russe (Roscosmos), a déclaré que la Russie « n’autoriserait pas son amarrage avant de s’assurer de la fiabilité du cargo ». Roscosmos veut être sûr que ce seul vol sera suffisant pour démontrer la conformité de la capsule aux normes de sécurité en vigueur pour s’amarrer à la Station.

Bien que SpaceX ait réussi son premier vol de démonstration, de nombreux points restent en suspens et la question de son amarrage à l'ISS au cours du second vol divise encore.


La Nasa et SpaceX envisagent d'envoyer s'amarrer le cargo Dragon à l'ISS dès son prochain lancement. Un scénario qui n'enchante pas la Russie,
soucieuse de s'assurer que l'engin est conforme à toutes les normes de sécurité avant de s'amarrer. Elle préférerait que la Nasa respecte
le plan initial qui prévoyait trois vols de démonstration.
© SpaceX
Par Rémy Decourt, Futura-Sciences, le 27 avril 2011 à 11h36
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronautique/d/la-russie-pourrait-refuser-a-spacex-lamarrage-a-la-station_29742/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: LANCEUR FALCON de SPACE X    Lun 2 Mai 2011 - 19:48

SpaceX veut aller sur Mars

Sélectionnée par la Nasa pour convoyer du fret vers la Station spatiale internationale et en course pour développer un véhicule spatial habité, SpaceX, emportée par son élan, annonce maintenant avoir la planète Mars en ligne de mire.

Dans un entretien accordé au Wall Street Journal, Elon Musk, le P-DG de la société SpaceX n’a pas hésité à affirmer qu’il pourrait être en mesure d’envoyer un équipage humain dans l’espace d’ici à trois ans et une expédition sur la planète Mars dans dix à vingt ans. « Un avenir où l'Humanité est partie pour explorer les étoiles est un avenir incroyablement enthousiasmant, et inspirant, et c'est ce que nous essayons d'aider à accomplir. »

Après avoir été sélectionnée par la Nasa pour desservir la Station spatiale en fret, SpaceX n’est plus à un défi près. La firme est également engagée dans le développement d’un véhicule spatial habité qui pourrait être utilisé par la Nasa pour envoyer des Hommes à bord de l’ISS. Enfin, avec sa gamme de lanceurs, SpaceX compte bien être présente sur tous les créneaux du marché des lancements institutionnels et commerciaux.


Dévoilé il y a quelques jours, le lanceur Falcon Heavy de SpaceX pourrait se voir confier des missions martiennes.
© SpaceX
L'ascension de SpaceX
Pour l’instant, les succès initiaux de SpaceX, devenue la première société privée à lancer un satellite et une capsule récupérable, lui ont permis d’engranger des contrats de lancements importants, comme celui du lancement d’une partie de la constellation IridiumNext ou du satellite de télécommunications SES-8 à placer sur une orbite de transfert géostationnaire. Mais qu’adviendra-t-il aux premiers échecs ?

L'assurance d'Elon Musk face à l’avenir est à encourager. Il aura d’ailleurs l’occasion de s’expliquer sur l’avenir de sa société lors de la seconde conférence sur l’accès à l’espace par des firmes privées, organisée par l’Académie internationale d’astronautique et qui se tiendra à Arcachon en France du 30 mai au 1er juin.


Mars figure au programme de SpaceX. Son P-DG, Elon Musk, a annoncé que son entrprise pourra y envoyer un équipage d'ici dix à vingt ans.
© Pat Rawlings/Johnson Space Center
Par Rémy Decourt, Futura-Sciences, le 28 avril 2011 à 10h22
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronautique/d/en-bref-spacex-veut-aller-sur-mars_29740/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: LANCEUR FALCON de SPACE X    Jeu 7 Juil 2011 - 13:45

SpaceX, une entreprise privée, veut aller sur Mars

C’est cher, c’est loin, c’est risqué et on ne possède pas les technologies pour le faire. C’est en ces termes que la Nasa a toujours expliqué pourquoi elle n'envisageait pas sérieusement d’envoyer des Hommes sur Mars. Une position qui pourrait voler en éclat avec les ambitions de SpaceX et la volonté forte de personnalités charismatiques comme Robert Zubrin, président de la Mars Society...

Lorsqu’en 2010, le président des États-Unis annonce qu'il abandonne le programme Constellation de retour sur la Lune, il décide en même temps de privatiser l’accès à l’espace. Ce faisant, il fait le pari de réussir à diminuer les coûts en faisant appel au secteur privé plutôt que de confier à la Nasa le développement de nouveaux systèmes de transport spatial. Au vu des premières réalisations de SpaceX et des projets qui émergent, il semblerait que ce pari soit en passe d’être gagné.

Lorsque Eon Musk (président de SpaceX) présente son futur lanceur lourd et précise qu’une version plus puissante serait capable de lancer jusqu’à 150 tonnes en orbite basse pour un coût inférieur à un vol de navette, Robert Zubrin voit là une opportunité unique de concrétiser son vieux rêve d’envoyer des Hommes sur Mars pour un coût nettement inférieur à ce qu’a toujours budgétisé la Nasa. L'agence américaine a continuellement soutenu qu’une mission habitée vers Mars reviendrait à une centaine de milliards de dollars. Pour son projet Mars Direct, Zubrin, lui, s'en tient à 20 milliards. Avec SpaceX et ses projets « low cost », le rêve peut-il devenir réalité ?


Vue d’artiste de 1994 montrant un MAV rejoignant un véhicule spatial en orbite martienne. Pour Zubrin, la capsule Dragon du voyage aller
serait utilisée comme habitat sur Mars. L’exploration de la planète se ferait à l’aide d’un véhicule tout terrain.
© Nasa/Johnson Space Center
SpaceX voit rouge, rouge comme la planète Mars
La version plus puissante du lanceur Falcon Heavy de SpaceX consisterait à le doter d’un étage supérieur rendant possible l’envoi de plus de 17 tonnes vers Mars, dont 14 tonnes installées en orbite martienne (la différence étant le carburant consommé) ou 11 tonnes descendues sur sa surface. Avec ces performances, une mission habitée martienne pourrait être réalisée en trois vols.

Le premier vol installerait autour de Mars, une capsule Dragon, dotée d’un module de propulsion, qui serait utilisée pour ramener sur Terre un équipage martien. Le deuxième amènerait les éléments de surface dont un véhicule d’exploration, une petite unité de production d’énergie (solaire ou nucléaire) et le MAV (Mars Ascent Vehicle) destiné à faire décoller depuis Mars les astronautes pour rejoindre l'orbite martienne, d'où ils partiront en direction de la Terre. Cet engin arriverait sur la Planète rouge avec ses réserves de méthane (2,6 tonnes) et fabriquerait sur place pendant une période de 500 jours plus de 9 tonnes d’oxygène à partir du dioxyde de carbone qui compose 95% de l'atmosphère martienne.

Les explorateurs martiens arriveraient avec le troisième vol, une fois produit l’oxygène nécessaire à la mission. En raison de la taille de la capsule Dragon, seulement deux astronautes embarqueraient à bord avec du fret et environ 2.500k de consommables pour un vol direct de 6 mois. Le retour sur Terre se ferait après une mission de 18 mois sur place. Les deux « martionautes » rejoindraient la capsule Dragon en orbite à l’aide du MAV et retourneraient sur Terre en 6 mois.

Accepter l'échec avant de penser au succès
Contrairement au lancement de satellites commerciaux, le développement de ce lanceur martien ne pourra pas être rentable. Or, SpaceX est une entreprise privée et n’a pas vocation à financer des missions de cette nature. Le gouvernement devra donc financer ce lanceur.

Reste que de nombreux points sont à éclaircir. SpaceX sera-t-elle en mesure de parvenir à ses fins et serons-nous capables d’utiliser les ressources naturelles de Mars pour soutenir une expédition ? Le pouvoir politique et la communauté scientifique seront-ils prêts à dépasser les limites qu’ils se sont fixées et à prendre le risque que cette première mission humaine vers Mars puisse arriver à bon port mais ne jamais revenir sur Terre ?


Comme le souligne Robert Zubrin, avec son lanceur Falcon Heavy et sa capsule Dragon, SpaceX montre qu'il est techniquement envisageable
d'envoyer des Hommes sur Mars en utilisant le plan Mars Direct de Zubrin et dont Griffin, le précédent administrateur de la Nasa,
s'était inspiré pour préparer le programme Constellation.
© SpaceX
Par Rémy Decourt, Futura-Sciences, le 25 mai 2011 à 13h27
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronautique/d/space-x-une-entreprise-privee-veut-aller-sur-mars_30265/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: LANCEUR FALCON de SPACE X    Lun 15 Aoû 2011 - 0:40

SpaceX se prépare à ravitailler la Station spatiale

La Nasa devrait autoriser SpaceX à fusionner en une seule mission les deux vols de démonstration qui restent à effectuer pour tester le cargo spatial Dragon. L'engin pourrait être lancé le 30 novembre avec un amarrage à la Station le 7 décembre.

Après trente ans de voyage dans l’espace en navette, la Nasa a définitivement tourné la page avec le retour sur Terre d'Atlantis et prépare avec SpaceX le prochain vol du cargo spatial Dragon. Dorénavant il faut se faire à l’idée que l’accès à l’orbite basse des États-Unis est du ressort du secteur commercial. Déléguer au privé des vols spatiaux a été une décision prise par le président américain quand il est devenu certain que les retards et les dépassements de coûts du programme Constellation, destiné à remplacer la navette et retourner sur la Lune, menaient à une impasse.

Pour apporter un soutien technique et financier à ce secteur balbutiant, la Nasa a mis en place les partenariats public-privé Cots (pour le fret) et CCDev (pour le vol habité). SpaceX et Orbital Sciences, qui bénéficient du financement de Cots, ont remporté chacun un contrat significatif portant sur des services transport spatial d'au moins 20t pour ravitailler l’ISS du 1er janvier 2009 au 31 décembre 2016. La Nasa a commandé huit vols à Orbital Sciences (évalués à moins de 2 milliards de dollars) et douze à SpaceX pour un montant de 1,6 milliard de dollars.


La capsule Dragon pourra transporter 6t jusque dans l'espace et faire revenir 3t sur Terre. En configuration habitable,
elle accueillera jusqu'à sept personnes.
© Space X
L'avancée des projets de transport spatial
Aujourd’hui, aucune de ces deux entreprises n'est prête pour un service opérationnel. Seule SpaceX a réalisé un premier vol d’essai réussi de son système de lancement Falcon 9/Dragon. Quant à Orbital Sciences, le premier vol de démonstration de son cargo spatial Cygnus, réalisé en partenariat avec Thales Alenia Space, a été repoussé à début 2012 en raison de retard dans le développement du lanceur Taurus II.

Pour accélérer le développement de Dragon, la Nasa et SpaceX travaillent sur la fusion des deux derniers vols de démonstration en une seule mission avec pour objectif un amarrage de Dragon à l’ISS. Pour l’instant aucune décision officielle n'a été prise. Les derniers détails de ce vol sont en passe d'être réglés mais il subsiste une incertitude de taille. Le déploiement de deux petits satellites pendant cette mission, tel qu'il est planifié, induit en effet un risque de collision avec la Station.

À bord de l'ISS on se prépare également à l’arrivée de ce nouveau cargo spatial. En janvier et mars 2011, le système de communication entre Dragon et l’ISS a été testé avec succès à plusieurs reprises. Lorsqu’il sera opérationnel, ce système permettra aux membres de l’ISS de surveiller et commander l’approche ou le de départ du cargo spatial de SpaceX.


Le cargo spatial de SpaceX, Dragon, pourrait s'amarrer à la Station lors de son prochain lancement.
© SpaceX
Par Rémy Decourt, Futura-Sciences, le 26 juillet 2011 à 11h30
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronautique/d/spacex-se-prepare-ravitailler-la-station-spatiale_31606/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: LANCEUR FALCON de SPACE X    Dim 23 Oct 2011 - 18:14

La Russie refuse que la capsule Dragon s'amarre à l'ISS le mois prochain

On pensait le sujet clos mais la Russie a réitéré son refus de laisser la capsule Dragon, de l'entreprise SpaceX, s’amarrer à la Station spatiale en novembre. Roscosmos estime que l'engin, dont ce serait là le deuxième vol de qualification, n'a pas suffisamment fait ses preuves pour s'approcher de l'ISS. Problème: la Nasa et SpaceX ont déjà programmé le lancement...

La Nasa et SpaceX, qui prévoient d’amarrer la capsule Dragon à la Station spatiale lors de son prochain vol, devront peut-être revoir leur plan en raison de l’opposition de Roscosmos. L’Agence spatiale russe ne tolère qu’un vol de proximité, arguant qu'il est difficile de s’assurer que la capsule réponde à toutes les normes de sécurité imposées aux engins venant s’amarrer à l’ISS.

Pour les Russes, un véhicule spatial qui n’a volé qu’une seule fois - et c'est le cas de ce Dragon - n’est pas suffisamment mature pour s’amarrer à l’ISS. Les craintes portent moins sur la capacité de la capsule à s’amarrer qu'à se sortir de situations à risque en réalisant, dans l’urgence, des manœuvres d’évitement ou de dégagement sans rentrer en collision avec l’ISS.


Malgré le désaccord entre les agences spatiales américaine et russe, le lancement de Falcon 9 et de la capsule Dragon
est toujours prévu le 30 novembre et l’amarrage à l’ISS neuf jours plus tard.
© SpaceX
Dragon pourra-t-elle s'amarrer lors de son deuxième vol ?
Comme l’a précisé Alexeï Krasov, chef du Département de vols habités de Roscosmos, à l'agence de presse RIA Novosti, « nous n’autoriserons pas SpaceX à s’amarrer à l’ISS tant que nous n’aurons pas la garantie que cette capsule spatiale respecte les normes usuelles de sécurité des vols habités ». Pour sa défense, SpaceX a répondu qu’elle avait travaillé pour que sa capsule Dragon remplisse toutes les conditions imposées et puisse devenir le premier engin privé à rejoindre l’ISS et à s’y amarrer.

Après un premier vol réalisé avec succès en décembre 2010, ce deuxième vol de qualification pourrait également être le dernier si Dragon démontre sa capacité à rejoindre l’ISS et à s’y amarrer. Initialement, trois vols de démonstration étaient prévus. Mais, dans un souci d’économie et de réduction de la période de dépendance aux capacités russes pour l'accès à l’ISS, la Nasa et SpaceX ont fusionné les deux missions restantes en une seule.


Si le deuxième vol de qualification de Dragon réussit, SpaceX pourrait commencer son activité opérationnelle la mission suivante auprès de la Nasa
qui lui a déjà commandé 12 vols de ravitaillement de l’ISS pour un total de 1,6 milliard de dollars.
© SpaceX
* SpaceX
* Commercial Crew & Cargo (Nasa)
* Roscosmos

Par Rémy Decourt, Futura-Sciences, le 22 septembre 2011 à 15h33
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronautique/d/la-russie-refuse-que-la-capsule-dragon-samarre-a-liss-le-mois-prochain_33505/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: LANCEUR FALCON de SPACE X    Dim 13 Nov 2011 - 19:36

La capsule spatiale Dragon se prépare pour son vol vers l'ISS

Une capsule Dragon, de l'entreprise privée SpaceX, qui doit à terme assurer la navette avec l'ISS, en cargo ou habitée, est arrivée au Centre Spatial Kennedy de la Nasa pour un prochain lancement.

Malgré le retrait des navettes, le Centre Spatial Kennedy de la Nasa retrouve des couleurs. Boeing et la Nasa ont signé un accord portant sur l'utilisation d’un des bâtiments du Centre spatial pour construire la capsule orbitale CST-100 de Boeing, avec à la clé 500 emplois. Et SpaceX vient de débarquer avec sa capsule inhabitée Dragon qui sera préparée en vue de son lancement, début 2012 vers la Station Spatiale Internationale. Un vol réalisé dans le cadre du partenariat public-privé Cots mis sur pied par la Nasa pour apporter un soutien financier et technique aux initiatives d'entreprises privées engagées dans le développement de système de transport spatial.

Un an après son vol d’essai autour de la Terre, Dragon s'apprête de nouveau à rejoindre l'espace. Cette fois, avec un amarrage à l'ISS, la mission promet d'être beaucoup plus attrayante et risquée. Cet exemplaire de la capsule Dragon est une version différente, nettement améliorée, de celle du premier vol. Elle est équipée de panneaux solaires qui se déploieront pour alimenter en électricité les équipements de bord, dont un système de communication avec la Terre, un poste de pilotage capable de réaliser des manœuvres orbitales complexes et le système de communication avec l’ISS et permettant l'amarrage. Toutefois, cette question de l’amarrage n’est pas encore tranchée car les Russes n'ont toujours pas donné leur accord. En cause, la phase finale d'approche avant la capture de la capsule par le bras Canadarm2 de l'ISS, qui n'a jamais été testée.


Vue d'artiste de l'amarrage de la capsule Dragon. Après une phase d'approche automatique, la capsule est saisie par le bras de l'ISS
pour être dockée sur le nœud de jonction Harmony (node 2) sur lequel s'amarraient les navettes.
© SpaceX
Quant à la date du lancement, elle a été repoussée au début de l’année 2012 en raison de la suspension des vols habités après les échecs à répétition qu’ont connus les lanceurs russes. Une suspension aujourd’hui levée mais qui a nécessité un nouveau calendrier des vols à destination de l’ISS. L’équipage formé pour l’amarrage de la capsule Dragon, avec notamment l’astronaute de l’Agence Spatiale Européenne André Kuipers (qui passera six mois à bord de l’ISS dans le cadre de la mission Promisse), sera lancé le 20 décembre. D'où le report.

La vision audacieuse de l’avenir de SpaceX
En parallèle, SpaceX poursuit le développement de la version habitable de sa capsule qui pourrait voler dans quelques années. Elle planche également sur une version réutilisable de son lanceur Falcon 9. L’idée serait de récupérer les étages du lanceur qui reviendrait se poser près du pas de tir. Un projet audacieux qui semble difficilement réalisable quoi qu’en dise Elon Musk, président et fondateur de SpaceX. « Nous avons une conception de ce système sur le papier et avons fait une simulation qui fonctionne. »

SpaceX réfléchit également aux missions martiennes habitées. Elon Musk part du postulat que les efforts réalisés pour mettre au point un système de transport spatial en orbite basse et pour la récupération de son futur Falcon 9 réutilisable ouvriront la voie à un engin spatial capable d’atteindre Mars.

À ce jour, SpaxeX a réalisé plusieurs premières. En juillet 2009, avec le lancement réussi du satellite RazakSat, elle devenue la première société privée à lancer un satellite, puis, en décembre 2010 une capsule spatiale qu’elle a ensuite récupérée après deux tours de Terre.


La capsule Dragon de SpaceX vient d'arriver au Centre Spatial Kennedy de la Nasa. Elle sera lancée par un Falcon 9 début 2012.
© Nasa/Charisse Nahser
* Station Spatiale Internationale

Par Rémy Decourt, Futura-Sciences, le 30 octobre 2011
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronautique/d/la-capsule-spatiale-dragon-se-prepare-pour-son-vol-vers-liss_34242/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: LANCEUR FALCON de SPACE X    Mar 13 Déc 2011 - 21:16

SpaceX a rendez-vous avec l'ISS

La Nasa vient d'annoncer que la compagnie privée SpaceX, avec laquelle elle collabore, va effectuer son second vol d'essai le 7 février 2012. Lors de ce vol, son vaisseau Dragon devrait s'amarrer à l'ISS. Une première...

SpaceX veut remplacer la navette
En 2008, SpaceX a remporté la compétition COTS (Commercial Orbital Transportation Service) lancée par la Nasa et visant à ravitailler l'ISS, voire y envoyer des équipages, via des sociétés privées après le retrait de la navette. SpaceX a effectué un premier essai réussi en décembre 2010. Sa fusée Falcon 9 s'était correctement séparée du vaisseau Dragon, qui était retombé dans l'océan.


Le vaisseau Dragon, de la société SpaceX, doit s'amarrer à l'ISS en février 2012
Dragon vise l'ISS
Cette fois, les objectifs sont plus ambitieux. Dragon doit approcher l'ISS à une distance d'environ 3km avant que le bras robotisé de la Station ne l'agrippe. Il sera ensuite amarré à l'ISS comme n'importe quel autre cargo automatique (Progress, ATV, HTV). A la fin de la mission, l'équipage de l'ISS détachera Dragon, qui retournera sur Terre et plongera dans l'océan. Si le vol a bel et bien lieu, SpaceX deviendra la première société privée de l'histoire à arrimer un véhicule à l'ISS.

Les Russes ont retardé le vol
SpaceX avait repoussé ce vol d'essai initialement programmé le 30 novembre car la Russie s'opposait à l'amarrage de la capsule Dragon à l'ISS, prétextant que le vaisseau n'était pas encore assez sûr. Cette opposition a visiblement été levée. A ce jour, la Nasa a financé SpaceX à hauteur de 376 millions de dollars pour le développement de sa fusée et de son vaisseau. En parallèle, elle soutient Orbital, une société américaine concurrente.

Emilie Martin, le 12 décembre 2011
Source Ciel&Espace: http://www.cieletespace.fr/node/8241

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: LANCEUR FALCON de SPACE X    Ven 13 Jan 2012 - 1:40

Le rendez-vous entre Dragon et l'ISS les derniers préparatifs…

Avec le lancement de Falcon 9 et Dragon prévu en février, SpaceX va donner le coup d’envoi des vols de démonstrations COTS à destination de la Station Spatiale Internationale. Une capsule qui pourrait être utilisée à l’avenir pour transporter des humains jusqu’à Mars.

L'année 2012 montrera si les États-Unis avaient raison en 2006 de prendre la décision de confier à deux entreprises privées des contrats de livraison de fret à destination de la Station Spatiale Internationale pour remplacer la navette. Malgré l’incertitude sur la date de lancement, SpaceX se prépare à lancer en février sa capsule Dragon pour réaliser son deuxième vol de démonstration COTS, le premier vers l'ISS avec un possible amarrage. Cette capsule, dont le premier tir a été réalisé avec plus ou moins de succès en décembre 2010, sera cette fois-ci équipée d’une paire de panneaux solaires déployables, qui produiront jusqu’à 5.000W de puissance.

Chose étonnante, la Nasa n’avait encore jamais utilisé de panneaux solaires pour ses programmes de vols habités. Des capsules Mercury et Gemini aux missions Apollo et au programme des navettes spatiales, les Américains ont toujours préféré les batteries ou les piles à combustibles. Le choix se justifiait à l'époque par la faible durée des séjours dans l’espace mais aujourd'hui SpaceX compte utiliser sa capsule pour envoyer des humains sur Mars.


Mis au point et construits par SpaceX, les panneaux solaires de Dragon sont ici testés sous une lumière artificielle simulant celle du Soleil.
© Roger Gilbertson/SpaceX
Réduire la dépendance aux Russes
Pour la puissance et la capacité opérationnelle, l’énergie solaire offre un avantage indéniable sur les batteries. La combinaison des deux permet un bon rendement lorsque la capsule passe dans l’ombre de la Terre. Les batteries prennent le relais et les panneaux sont rechargés dès que l'engin retrouve la lumière solaire. Le coup d’envoi des vols de démonstrations COTS est une bonne nouvelle pour le programme ISS. En mai ce sera au tour d’Orbital Sciences d’envoyer son cargo Cygnus s’amarrer à la Station.


Choisie en 2006 par la Nasa et mise en concurrence avec Orbital Sciences pour fournir un service de
transport spatial privé, la société SpaceX s’apprête à envoyer sa capsule Dragon s’amarrer à l’ISS.
© SpaceX
Le ravitaillement et la rotation des équipages de la Station, dont l’exploitation est prévue au moins jusqu’en 2020, dépend fortement des capacités russes et des deux autres vaisseaux ravitailleurs, l'ATV européen et le HTV japonais. Or, depuis plus d’un an les Russes ont d'indéniables problèmes dans la qualité de la construction de leurs lanceurs, ce qui s'est traduit par une invraisemblable série noire de sept échecs depuis décembre 2010 et la production des cargos ATV a été arrêtée en mars 2011.

* SpaceX
* Commercial Crew & Cargo (Nasa)
* Station Spatiale Internationale

Par Rémy Decourt, Futura-Sciences, le 12 janvier 2012
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronautique/d/rendez-vous-entre-dragon-et-liss-les-derniers-preparatifs_35888/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: LANCEUR FALCON de SPACE X    Mer 18 Jan 2012 - 1:37

Le vol du premier cargo spatial privé reporté

Le lancement du premier vaisseau spatial privé Dragon vers la Station Spatiale Internationale, prévu pour le 7 février, a été différé sine die, a annoncé la société américaine SpaceX, concepteur du vaisseau. "SpaceX poursuit ses essais et analyse des données dans le cadre de la préparation du lancement. Nous considérons qu'il y a des dossiers qui nécessitent une étude supplémentaire, ce qui permettra de garantir la sécurité et le succès de la mission (…). A présent, nous discutons d'une nouvelle date de lancement avec l'OTAN. Le vaisseau sera mis en orbite dès qu'il sera prêt", a indiqué SpaceX dans un communiqué.

Dragon doit mener une série d'essais après son décollage. Il survolera la Station à une distance de 3,22km pour tester ses équipements et démontrer qu'il est capable d'avorter le rapprochement à tout moment. Ensuite, le cargo sera arrimé au module Harmony au moyen d'un bras robot de l'ISS. Après sa mission en orbite, Dragon amerrira dans le Pacifique au large de la Californie.


La Station Spatiale Internationale.
© RIA Novosti
Dragon est capable d'emporter 6t de fret en orbite et d'en ramener une charge de 3t, selon la NASA. Les vaisseaux de transport russe Progress, qui desservent l'ISS, peuvent emporter une charge de 2,5t, mais ils ne ramènent rien. Les Progress brûlent dans les couches denses de l'atmosphère après leur désorbitation.


Son lanceur Falcon-9, doté d'une capsule d'essai sans pilote, Dragon.
© RIA Novosti
Suite à la fin de l'exploitation des navettes américaines, les vaisseaux habités russes Soyouz sont les seuls à transporter les astronautes vers l'ISS. En 2006, la NASA a lancé un programme de création des vaisseaux appelés à desservir le segment américain de l'ISS. La NASA compte verser respectivement 396 et 288 millions de dollars à SpaceX (Space Exploration Technologies Corporation) et à une autre société américaine privée, Orbital Sciences dans le cadre de ce programme. SpaceX a déjà touché 376 millions de dollars et Orbital Sciences 261,5 millions de dollars.

MOSCOU, RIA Novosti, le 17 janvier 2012
Source RIANOVOSTI Sciences: http://fr.rian.ru/science/20120117/193056169.html

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: LANCEUR FALCON de SPACE X    Jeu 2 Fév 2012 - 1:42

Visitez la capsule spatiale Dragon

SpaceX vient de publier sur son site un panorama à 360° de l’intérieur de sa capsule Dragon, conçue pour ravitailler l’ISS. Une manière de faire oublier l’annulation du lancement, qui devait avoir lieu le 7 février prochain ?

Il devait se passer quelque chose le mardi 7 février 2012. Ce jour-là, à Cap Canaveral, pour la première fois, une fusée fabriquée par une société privée, Space Exploration Technologies Corp., alias SpaceX, devait décoller pour lancer un engin spatial conçu par elle - la capsule Dragon - et rejoindre la Station Spatiale Internationale. Le vol devait ainsi inaugurer le début réel du programme COTS (Commercial Orbital Transportation Services), un transfert au privé de l’accès à l’orbite terrestre engagé par la Nasa en 2006, pour le fret d’abord, puis, à terme, pour des Hommes. Deux sociétés ont été retenues, Orbital Science et SpaceX.

La seconde, qui s’est engagée à assurer 12 vols vers l’ISS, est la plus avancée. En 2008, sa fusée Falcon-1 lançait un premier satellite et, en 2010, SpaceX réussissait le lancement de sa Falcon-9, capable d’expédier en orbite basse la capsule Dragon. Portée par son élan, la société fondée par le Sud-Africain Elon Musk, lequel a fait fortune sur Internet, notamment avec Paypal a même annoncé son intention de lancer un jour un vaisseau vers Mars.


Le lanceur Falcon-9 au décollage pour son premier vol, depuis Cap Canaveral, le 4 juin 2010.
L'engin mesure 54,9m de hauteur pour un diamètre de 3,60m.
© Space X/Chris Thompson
Visite virtuelle de Dragon pour tous
Le premier lancement de la capsule Dragon a cependant été reporté sine die, sans qu’il soit donné de raisons précises. D’après les propos laconiques des représentants de SpaceX, il reste encore à régler des problèmes techniques et aucune date n’a été précisée. En attendant, pour faire patienter les foules, SpaceX offre sur son site Web une visite de l’intérieur de la capsule Dragon en vision panoramique. On y remarque beaucoup de placards, qui abriteront toutes sortes de colis à destination de la Station et de ses occupants. Sur l’image, l’emplacement de la porte - ouverte - est remplacé par des images défilantes montrant notamment ce que verrait un astronaute entré dans la capsule après son amarrage à l’ISS.


Vue d'artiste de la capsule Dragon, avec ses panneaux solaires déployés.
© Space X
Pour ravitailler l’ISS en fret, il reste encore les cargos russes Progress, les ATV européens et les HTV japonais. L’ATV-3, baptisé Edoardo Amaldi, attend son départ à Kourou le 9 mars prochain et le HTV-3, appelé Kounotori, doit décoller en juin. Demain, 26 janvier, un cargo automatique Progress devrait décoller vers la Station Spatiale Internationale.

* SpaceX
* Orbital Science
* Calendrier NASA des lancements 2012

Par Jean-Luc Goudet, Futura-Sciences, le 25 janvier 2012
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronautique/d/visitez-la-capsule-spatiale-dragon_36277/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: LANCEUR FALCON de SPACE X    Mar 20 Mar 2012 - 22:29

Le premier vaisseau spatial privé décollera vers l'ISS fin avril

Le premier vaisseau spatial privé Dragon conçu par la société SpaceX décollera à destination de la Station Spatiale Internationale le 30 avril, a annoncé vendredi l'agence spatiale américaine NASA sur son Twitter. "Le lancement de la fusée-porteuse Falcon 9 avec le vaisseau Dragon vers l'ISS est programmé pour le lundi 30 avril, à 12h22, soit 17h22 UTC depuis Cap Canaveral, en Floride", a indiqué l'Agence.

SpaceX a effectué le premier tir de la capsule Dragon au moyen du lanceur Falcon en décembre 2010. Le deuxième vol, dont le programme prévoyait l'arrimage de Dragon au module Harmony de l'ISS, était initialement programmé pour le 7 février dernier, mais SpaceX l'a remis à plus tard le 17 janvier.


Le premier vaisseau spatial privé Dragon.
© flickr.com/brunosan
Le site SpaceflightNow a plus tard rapporté que Dragon décollerait vers l'ISS entre le 20 mars et la mi-avril. Selon le site, la date de décollage dépend du calendrier des travaux établi pour l'équipage de la station qui doit également accueillir le cargo européen ATV-3 et un Soyouz russe. Dragon est capable d'emporter 6t de fret en orbite et d'en ramener une charge de 3t, selon la NASA. Suite à la fin de l'exploitation des navettes américaines, les vaisseaux habités russes Soyouz sont les seuls à transporter les astronautes vers l'ISS.

En 2006, la NASA a lancé un programme de création des engins spatiaux appelés à desservir le segment américain de l'ISS. La NASA compte verser respectivement 396 et 288 millions de dollars à SpaceX (Space Exploration Technologies Corporation) et à une autre société américaine privée, Orbital Sciences dans le cadre de ce programme. SpaceX a déjà touché 376 millions de dollars et Orbital Sciences 261,5 millions de dollars.

MOSCOU, RIA Novosti, le 16 mars 2012
Source RIANOVOSTI Sciences: http://fr.rian.ru/science/20120316/193926962.html

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: LANCEUR FALCON de SPACE X    Jeu 22 Mar 2012 - 21:27

Le 30 avril, la capsule Dragon, de SpaceX, tentera de rejoindre l'ISS

SpaceX vient d’annoncer que le lancement de sa capsule Dragon est prévu le 30 avril. Ce remplaçant de la navette, du moins pour le transport de fret, doit s’approcher de la Station Spatiale Internationale, tester les procédures de sécurité et, si tout se passe bien, s'amarrer à l'ISS le 3 mai.

Prévu initialement au deuxième semestre 2011 et cumulant plusieurs reports, le décollage de l'engin spatial de SpaceX est désormais fixé au 30 avril, après la revue d’aptitudes en vol du 12 avril. Tous les clignotants sont au vert pour lancer Falcon 9 et la capsule Dragon à destination de l’ISS pour son vol de démonstration. Si tout se passe bien, l’amarrage est prévu le 3 mai.


L'amarrage de Dragon à l'ISS est prévu le 3 mai.
© DR
Au début du mois de mars, SpaceX a réalisé un essai grandeur nature d'un lancement avec remplissage du lanceur et compte à rebours ne s’arrêtant que cinq secondes avant H0 et l'allumage des moteurs. Cette répétition n'a montré aucune anomalie, que ce soit sur le lanceur ou les systèmes au sol. S’en est suivi un essai tout aussi réussi d’allumage des neuf moteurs Merlin 1C du premier étage pendant dix secondes. Cet essai a eu lieu sur le site de McGregor Rocket Development Facility, au Texas.

Dernière étape pour SpaceX, le vol de démonstration
La capsule Dragon s’amarrera à la Station spatiale de la même façon que le cargo spatial japonais HTV. De sorte que le plan de vol est assez similaire, à l'exception de certaines phases liées à la démonstration. En effet, la capsule de SpaceX sera saisie par le bras robotique de la Station qui l’amarrera au nœud de jonction Harmony, situé dans la partie américaine. Les principaux objectifs de ce vol de démonstration prévoient un survol de la Station à une distance d’environ 1,5km de façon à valider le fonctionnement des capteurs et tous les systèmes nécessaires à l’approche et au rendez-vous avec l’ISS.


Avec deux tirs réussis au compteur, en juin et décembre 2010, le lanceur Falcon 9 est prêt à lancer la capsule Dragon à destination
de l'ISS. Dix ans après la création de SpaceX, la société fondée par Elon Musk est-elle en passe de gagner son pari d’être
la première société privée à mettre au un système de transport spatial ?
© SpaceX
La capsule Dragon devra également démontrer sa capacité à interrompre le rendez-vous en cas de nécessité. Si elle réussit cette phase de la démonstration, elle sera autorisée à poursuivre son approche vers l’ISS pour être capturée par le Canadarm2. SpaceX, tout comme Orbital Sciences avec qui elle est en compétition, bénéficie du financement du partenariat public-privé COTS de la Nasa. La petite société de 1.600 personnes a remporté un contrat portant sur des services de transport spatial pour ravitailler l’ISS lors de douze missions à réaliser avant le 31 décembre 2016.

* Programme C3PO (Nasa’s Commercial Crew and Cargo)
* Les vols habités (Nasa)

Par Rémy Decourt, Futura-Sciences, le 19 mars 2012
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronautique/d/le-30-avril-la-capsule-dragon-de-spacex-tentera-de-rejoindre-liss_37476/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: LANCEUR FALCON de SPACE X    Ven 23 Mar 2012 - 21:46

Pour ses dix ans, SpaceX vise l'ISS... et d'autres destinations spatiales

Il y a dix ans naissait SpaceX. Fondée par Elon Musk, cette start-up compte aujourd’hui plus de 1.600 employés. Elle a déjà réussi plusieurs premières en qualité de société privée, dont le lancement d’un satellite, et se prépare à lancer, le 30 avril prochain, une capsule à destination de l'ISS. Son président veut aller beaucoup plus loin...

SpaceX, acronyme de Space Exploration Technologies Corporation, a été fondée il y a dix ans par Elon Musk, cofondateur de PayPal et également P-DG de Tesla Motors. Cet entrepreneur milliardaire et visionnaire veut réduire les coûts d’accès à l’espace pour donner un coup d'accélérateur à son exploration. « Je pense que nous sommes à l'aube d'une ère nouvelle », a-t-il dit lors de l’émission '60 minutes' de CBS, le 18 mars. La création de l'entreprise a été grandement facilitée par une opportunité sans précédent dans l’histoire spatiale des États-Unis. Avec la fin du programme des navettes, l’absence de véritables alternatives et la décision de l'actuel président américain de recourir au secteur privé pour se rendre en orbite basse, SpaceX s’est engouffrée dans la brèche, proposant des solutions spatiales pour d’une part réduire la dépendance américaine vis-à-vis des Russes et d’autre part casser le duopole Boeing-Lockheed.

En route pour l'ISS
Pour y parvenir, SpaceX est aidée par la Nasa qui l'a choisie en 2006, avec d’autres, dans le cadre du partenariat public-privé COTS qui vise à soutenir financièrement et techniquement le développement de services de transports commerciaux pour du fret à destination de la Station Spatiale Internationale. En décembre 2008, la Nasa retient les projets de SpaceX et Orbital Sciences, et signe avec la première un contrat portant sur 12 vols à destination de l’ISS pour le transport de fret. Le premier vol d'essai de Dragon à destination de l'ISS est prévu le 30 avril.


Premier vol d'essai en 2010 et lancement réussi du Falcon 9, le lanceur conçu
pour envoyer la capsule Dragon vers la Station Spatiale Internationale.
© SpaceX
Toujours en 2008, avec son petit lanceur Falcon 1, SpaceX devient la première société privée à faire décoller un lanceur et placer un satellite en orbite, avec dans ce cas une charge utile factice. Puis en 2009, c'est un véritable satellite opérationnel qu'elle lance avec la mise à poste de RazakSat. Cette réussite a permis à la société d'engranger plusieurs contrats de lancement dont ceux d'une partie de la constellation de nouvelle génération Iridium et d’autres pour le compte de grands opérateurs de satellites comme celui de SES-8 pour le compte de SES.

Les vols habités au programme de SpaceX
En décembre 2010, elle réalise une nouvelle première bien plus significative avec le lancement de la capsule Dragon par un lanceur Falcon 9. Après deux tours autour de la Terre à 180km d’altitude et un séjour de 3h20mn dans l’espace, elle retourne sur Terre en atterrissant dans l’Océan Pacifique, où elle est récupérée.


Retour sur Terre de la capsule Dragon, après son premier vol d'essai en décembre 2010.
Le premier vol à destination de l'ISS est prévu le 30 avril.
© SpaceX
Enfin, bien qu'il se cantonne au fret, le système de transport spatial de SpaceX - Falcon-9 et Dragon - répond à de nombreuses spécifications imposées aux vols humains. C’est pourquoi en avril 2011 la Nasa le sélectionne dans le cadre de son autre partenariat public-privé CCDev 2, pour la mise au point d’un système de transport spatial habité. Dans dix ans, quand il sera temps de revenir sur les 20 ans de SpaceX, on saura si la vision d’avenir d’Elon Musk, telle qu'il l'envisage aujourd'hui, s'est réalisée. Une mission vers Mars et l’élargissement de sa gamme de lanceurs avec un engin partiellement ou totalement réutilisable.

Par Rémy Decourt, Futura-Sciences, le 21 mars 2012
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronautique/d/pour-ses-dix-ans-spacex-vise-liss-et-dautres-destinations-spatiales_37509/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: LANCEUR FALCON de SPACE X    Jeu 10 Mai 2012 - 23:02

La capsule Dragon, de SpaceX, prête à rejoindre l'ISS

SpaceX va devenir la première société privée à rejoindre la Station spatiale par ses propres moyens. La Nasa vient d'autoriser le lancement du Falcon-9 et de la capsule Dragon. Moins d’un an après la fin du programme des navettes, les États-Unis s’apprêtent à ouvrir un nouveau chapitre de l’exploration jusque-là du seul ressort des agences spatiales.

La société privée SpaceX qui vient de fêter ses 10 ans peut avoir le sourire. Après une revue qui a consisté à vérifier tous les aspects techniques de la mission de Dragon à destination de l’ISS, la Nasa a autorisé un lancement le 30 avril. Du travail reste à faire mais tous les voyants sont au vert. Cette mission, qui s’inscrit dans les vols de démonstration COTS-2, a officiellement été baptisée SpX-D.


D'une masse de 6t et mesurant 5,2m sur 3,6m, la capsule Dragon a déjà volé dans l'espace. En décembre, elle a effectué
plusieurs tours autour de la Terre avant de revenir amerrir dans l'Océan Pacifique.
© Nasa
À bord de l’ISS on s’affaire également à préparer l’arrivée de la capsule, qui n’est pas conçue pour s’amarrer à l'ISS, contrairement aux cargos russes et européens, Progress et ATV. Il sera donc capturé par le bras robotique de la Station qui le dockera comme le font les astronautes avec le cargo spatial japonais HTV. Il sera amarré dans la partie américaine de la Station sur le nœud de jonction numéro 2 Harmony où venaient s’amarrer les navettes américaines.

Approche de précaution pour Dragon
Pour SpaceX et la Nasa, ce vol de démonstration doit démontrer que le système Falcon-9/Dragon peut ravitailler l'ISS sans coup férir en respectant toutes les procédures et règles de sécurité d'amarrage mises en place par les partenaires de la Station. L’amarrage est prévu le quatrième jour de la mission. Un premier survol de l’ISS sera réalisé le troisième jour à une distance de sécurité d’environ 2,5km. Ce vol en patrouille servira à valider le fonctionnement des capteurs et de tous les systèmes nécessaires à l’approche et au rendez-vous avec la Station. La capsule Dragon devra également démontrer sa capacité à interrompre le rendez-vous en cas de nécessité. Si elle réussit cette phase de la démonstration, elle sera autorisée à poursuivre sa manœuvre vers l’ISS et s'en approchera jusqu'à 30m avant d’être capturée par le bras robotique Canadarm2.


Le lanceur Falcon-9 de SpaceX qui sera utilisé par lancer Dragon à destination de
la Station Spatiale Internationale. Ce sera le troisième vol de ce lanceur.
© Nasa
En raison du caractère de démonstration de la mission, la charge utile que transporte Dragon est considérée comme superflue. Si pour une raison ou une autre le cargo spatial ne parvenait pas à s’amarrer la Station, la perte de sa cargaison ne serait pas problématique pour l’équipage à bord de l’ISS. La capsule restera amarrée à la Station durant deux à quatre jours. À la fin de sa mission, elle sera désamarrée de l’ISS et effectuera un retour sur Terre contrôlé avec un amerrissage prévu dans le Pacifique au large des côtes californiennes.

Par Rémy Decourt, Futura-Sciences, du 19 avril 2012
Source Actualité Futura-Sciences: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronautique/d/la-capsule-dragon-de-spacex-prete-a-rejoindre-liss_38186/

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tanka
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3922
Age : 53
Localisation : Nantes
Loisirs : photos; peche ; astronomie; aéronautique
Points : 3425
Date d'inscription : 02/05/2005

MessageSujet: Re: LANCEUR FALCON de SPACE X    Mar 29 Mai 2012 - 23:54

Le tir du vaisseau privé Dragon vers l'ISS reporté

Le tir vers la Station Spatiale Internationale du lanceur Falcon 9 avec le vaisseau spatial privé Dragon, conçu par la société américaine SpaceX, a été reporté à mai, ont rapporté mardi les médias internationaux citant le président de SpaceX, Elon Musk. "Je repousse le lancement (initialement prévu pour le 30 avril-ndlr.) d'environ une semaine pour mener des tests supplémentaires. Une nouvelle date de tir sera fixée après des consultations avec la NASA", a indiqué M.Musk.

SpaceX a effectué le premier tir de la capsule Dragon au moyen du lanceur Falcon en décembre 2010. Le deuxième vol, dont le programme prévoyait l'arrimage de Dragon au module Harmony de l'ISS, était initialement programmé pour le 7 février dernier, mais SpaceX l'a reporté à plusieurs reprises, d'abord au 17 janvier, puis au 20 mars et au 30 avril. Suite à la fin de l'exploitation des navettes américaines, les vaisseaux habités russes Soyouz sont les seuls à transporter les astronautes vers l'ISS.


Vue de la Station Spatiale Internationale en construction.
© NASA
En 2006, la NASA a lancé le programme Commercial Orbital Transportation Services (COTS) visant à créer des engins spatiaux appelés à desservir le segment américain de l'ISS. La NASA compte verser respectivement 396 et 288 millions de dollars à SpaceX (Space Exploration Technologies Corporation) et à une autre société américaine privée, Orbital Sciences, dans le cadre de ce programme. SpaceX a déjà touché 376 millions de dollars et Orbital Sciences 261,5 millions de dollars.

Le cargo spatial Cygnus d'Orbital Sciences décollera pour son premier vol d'essai le 1er septembre et s'arrimera à l'ISS le 6 septembre. Cygnus sera capable de transporter une charge utile de 2t à 2,7t, alors que Dragon pourra emporter 6t de fret en orbite basse et en ramener une charge de 3t, selon la NASA.

MOSCOU, RIA Novosti, du 24 avril 2012
Source RIANOVOSTI Sciences: http://fr.rian.ru/science/20120424/194429687.html

_________________
MINOLTA 5D - objectif Minolta 18/70 mm - zoom minolta 75/300 mm
SONY ALPHA 700 + Objectif Professionnel SIGMA EX 50-500mm F4-6,3 DG APO HSM EX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LANCEUR FALCON de SPACE X    

Revenir en haut Aller en bas
 
LANCEUR FALCON de SPACE X
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SPACE MARINE 1500pts
» Lockheed Martin F-16 CJ Figthing Falcon
» [vente] Flottes BFG, ork, impériale/space marine
» [vente] Man O'War et Epic Space Marine (le retour)
» Tutorial d'un Space Marine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PASSION RADIO et PHOTOS :: INFOS ( ***** ici on parle technique , on donne des infos , etc ... ********* ) :: DIVERS :: Le coin des Astronomes-
Sauter vers: